L’équilibre du monde : grande épopée sur l’Inde des années 1970 et 1980

5154xXgkLCL

Dans un article précédent, je vous disais que j’avais reçu un très beau cadeau 

https://julitlesmots.wordpress.com/2014/02/19/%E2%99%A1-un-cadeau-dans-ma-bal-%E2%99%A1-une-merveilleuse-surprise-%E2%99%A1/

♡♡♡♡♡♡♡♡♡

896 pages plus tard, je peux vous donner mon avis 😉

QUATRIEME DE COUVERTURE :

C’est précisément en 1975 à Bombay, lorsque Indira Gandhi décrète l’Etat d’urgence, que quatre destinées radicalement différentes se rejoignent contre toute attente dans l’appartement de Dina Dalal. Jolie veuve d’une quarantaine d’années, Dina est la digne fille de son père, médecin parsi qui s’était sacrifié pour soigner les pauvres dans les campagnes. Rejetant l’autorité de son frère Nusswan, Dina avait épousé par amour un homme sans envergure sociale. Sa mort accidentelle l’avait laissée dans la misère. Sa seule ressource: le modeste appartement conjugal. Elle y ferait de la confection avec l’aide de deux tailleurs, y ajouterait un hôte payant, le tout en cachette du redoutable propriétaire et de son pittoresque collecteur de loyers.Les deux tailleurs, Ishvar et son neveu Omprakash, appartiennent à la caste des intouchables Chamaar. Leur effroyable histoire soulève le gravissime problème des castes en Inde: en abandonnant le métier de tanneur de cuir auquel le vouait irrémédiablement sa naissance, le frère d’Ishvar avait dramatiquement bousculé l’ordre des choses. Lorsque Ishvar et son neveu tentèrent leur chance à la ville après le massacre de leur famille, ils se retrouvèrent au chaud dans l’appartement. Le locataire enfin, Maneck Kohlal, quitte une montagne admirable et un père rétrograde pour étudier en ville les techniques de la réfrigération. Voilà un conflit de générations froidement réglé. Quatre personnages apprendront à se connaître, à cohabiter, malgré leurs différences de caste, d’âge, de classe, de religion, pendant qu’au dehors l’Etat d’urgence fait rage avec le massacre des opposants et le scandale des stérilisations forcées. Outre l’étude des caractères, les tragédies personnelles et politiques, une multitude de silhouettes et d’aventures cocasses ou dramatiques animent cette fresque grouillante d’humanité, qui couvre avec humour et tendresse huit ans de vie contemporaine en Inde.

MON AVIS :

Un livre sur le temps qui passe. Un livre aussi sur l’utilité ou le sens de la vie. un livre enfin sur un pays puissant, violant, incoherant et magnifique à la fois. Les personnages tous meurtris par la vie, se trouvent, s’aiment et s’entraident dans ce pays sans pitié qui écrase ceux qui ne peuvent suivre. 5 personnages de castes différentes, nous entrainent dans une Inde impitoyable où le mot « destinée » prend tout son sens. Poids des traditions, lois absurdes du gouvernement, malchance… et pourtant l’envie de vivre est la plus forte.

Presque, même si celui-ci est inégalable, à la hauteur de la « Cité de la Joie » (j’ai aimé à en pleurer)

J’ai passé un très bon moment, je vous le conseil le nombre de pages ne doit pas inquiéter. On voudrait que cela ne s’arrête jamais. Ce texte est sublime, ces personnages attachants ou révoltants à la fois. On arrive même à trouver le chef des mendiants sympathique. C’est foisonnant et chatoyant, et si on ferme les yeux (ce serait dommage, on ne pourrait plus lire), on peut sentir les effluves issus des bidonvilles, de masala…Quel portrait saisissant de l’Inde contemporaine et de la complexité de sa société.

Publicités

2 réflexions sur « L’équilibre du monde : grande épopée sur l’Inde des années 1970 et 1980 »

  1. Tu ma donne envie de lire, bon il part sur la pal 😉 ton avis est bien construit et complet on s’est dans quoi on s’aventure !! merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s