Zone, chronique d’un dernier jour de Steeve Hourdé

41fBmEGOLcL

Titre : Zone, chronique d’un dernier jour

Auteurs : Steeve Hourdé

Éditeur : auto-édition

Pages : 508
Parution : 2014
Prix : 16,90€

Septembre 2009, Ullapool, 6 morts. Octobre 2011, Mer du Nord, 38 morts. Août 2013, Skägen, 72 morts. 8 Septembre 2015, Folkestone. Les troupes du Major Kieran Wallace prennent position. Personne n’entre, personne ne sort. Zone est un thriller sombre construit sous la forme d’un huis-clos à la mécanique implacable, dans lequel un ensemble de personnage sera confronté à une catastrophe terrifiante. Un seul choix: survivre. Une seule question: comment ? OSEREZ-VOUS PÉNÉTRER DANS LA ZONE ?

En apprendre un peu sur les auteurs

Steeve Hourdé est né en 1986, c’est un auteur français qui vit dans le sud de la France avec sa femme et ses trois enfants. Après avoir suivi un cursus littéraire à l’Université Sud de Toulon (Var), il a travaillé dans les domaines de la grande distribution et de la Formation pour adultes. Sa véritable passion, c’est l’écriture. C’est en novembre 2014 qu’il publie son premier roman : « ZONE : Chroniques d’un dernier jour » tome 1 de la saga ZONE qui sera suivi du tome 2 et dont vous retrouvez mon avis sur le blog. Au mois de mai 2015, il publie son second roman « Résilience » , puis son troisième au mois de décembre 2015, « BUILDING »

Avis

Dès le début de ma lecture j’ai été intrigué ! cela faisait un moment que je voulais lire ce livre de Steeve Hourdé . Le genre d’horreur que j’aime, les monstres, l’être humain face à ses peurs… Bref tous les ingrédients qui font que je vais plonger dans l’univers d’un auteur ! Et là la sauce a bien pris ! Même si l’entrée en matière a été assez floue pour moi, je me suis demandée à quelle sauce j’allais être mangé et à quoi j’allais être confronté ?

J’ai été prise au piège avec ces personnages et impossible pour moi de m’extraire de l’horreur !

« Personne n’entre, personne ne sort. » – Kieran Wallace

J’ai vite compris que l’auteur ne me laissait pas beaucoup d’espoir de sortir indemne de cette lecture, j’ai été tout autant malmenée que ses personnages face à leur  combats sans merci. Un huis clos horrifique dans toute sa splendeur.

A l’intérieur de la Zone c’est le carnage, la panique, la détresse lorsque l’ont sait que l’on va mourir et surtout les ténèbres ont enveloppé aussi bien les personnages que la Zone. Oui ce roman est noir à souhait ! Pas seulement à cause des créatures, mais surtout  lorsque certains personnages montrent leur vrai visage.

L’auteur distille les informations et m’a rendu accro, il a joué avec mes nerfs et j’ai été sur le qui vive d’un bout à l’autre, tour à tour je me suis attachée à certains personnages et je me suis prise à espérer leur survie face à leurs monstres et ses monstres, pour l’instant d’après être complètement désappointé par le comportement qu’il vont avoir. On peut donc s’attacher à un personnage et le détester quelques pages plus loin! L’auteur joue avec nos sentiments et cela est un délice ! La psychologie de chaque personnage a été travaillée avec talent, leur donnant vie et réalisme. « L’homme est un loup pour l’homme » prend tout son sens. L’être humain, est mauvais et c’est ce que démontre l’auteur.

« Le Major Wallace n’était pas là pour rétablir une situation, ni même pour la contrôler. Sa mission était d’être présent au moment où, de toute façon, ça allait dégénérer, et d’improviser. Ni plus, ni moins. Tout simplement, car il était la seule personne sur cette planète à posséder cette expérience si particulière. »

Les personnages sont mis à rude épreuve quelque soit le côté où ils se trouvent ! d’un côté ceux de la « zone »  livrés à eux-même et aux « monstres » et de l’autre ceux dans le camp militaire ou scientifique, qui doivent « régler » la situation. Les deux camps s’opposent, les deux camps ont des choix à faire et dans les deux camps j’ai senti du désarroi et des remises en cause de mes convictions.

« — J’en ai rien à battre de ce que vous pensez. Je me suis fait dessus, ça vous va ? Je suis qu’un être humain. Qu’est-ce que vous avez à me regarder !? »

Aucune réponse claire et précise n’est apportée par l’auteur qui fait le choix de laisser le lecteur libre de ses pensées et libre des choix qu’il aurait pu faire et pour moi cela n’a pas de prix ! Bravo à Steeve Hourdé qui m’a entrainé dans de questions aussi existentielles les unes que les autres, sans pour autant que je ne trouve une réponse satisfaisante à chacune d’elle. L’auteur a joué avec mes sentiments jusqu’au bout.

« Un cauchemar. Oui. C’était un horrible cauchemar. »

« comment je réagirais »? Serais-je mieux ou pire que ces humains, confrontés à la peur absolue » ?

L’écriture est très nerveuse et visuelle ce qui donne un rythme effréné au roman et maintient une tension tout le long de la lecture dont je suis ressortie essoufflée, scotchée, abasourdie mais en fin de compte aucun des personnages de m’aura marqué ! En cela l’auteur a l’art de manipuler son lecteur et de le malmener.

Pour conclure, si vous aimez les huis-clos, si vous aimez l’être humain dans ce qu’il a de plus horrible en plus des monstres qui peuplent nos cauchemars, je vous conseille fortement ce livre, véritable coup de coeur.

challenge-un-pave-par-mois.jpg

1312260953538502211846259

 

Publicités

3 réflexions sur « Zone, chronique d’un dernier jour de Steeve Hourdé »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s