Le chant du Diable de Frédérick Rapilly

Lorsque j’ai refermé le chant des âmes, le premier opus de Frédérick Rapilly, je n’avais qu’une envie c’est de me plonger directement dans cette suite, dans l’univers technoïde.

Mais en fin de compte, le Chant du Diable est totalement différent et totalement éloigné de l’univers du premier ! Donc on lit une suite, mais sans qu’elle n’en soit une. Ce qui est un peu déstabilisant au départ, mais on s’y fait très bien ! Pas besoin d’avoir lu le premier, puisque l’auteur fait des renvoie habillement.

Frédérick Rapilly, a fait le pari d’un roman surprenant : il sépare son duo qui a fait le succès de son premier livre, pour les placer sur deux terrains totalement différents, mais qui finissent par se rejoindre au niveau de leur enquête, sans jamais se recroiser physiquement, malgré l’amitié qu’ils éprouvent, ils sont présents l’un pour l’autre et cela convient parfaitement à la tournure que prend l’auteur, il n’a d’ailleurs jamais été question d’amourette entre eux !

Il forme un nouveau duo, bien surprenant :  Marc, journaliste solitaire doublement meurtri par la perte de sa femme et de Jillian, qui lui a redonné goût à la vie, qui disparaît enlevé par le tueur en série, donc il est de nouveau dégoûté de la vie …. Trop de cliché, trop de similitudes par rapport au premier livre… Et Kiefer Wiseman, à qui l’auteur consacre quelques lignes en italique, je me suis dis on va avoir une révélation du tonnerre (de ouf comme dit ma fille) bein même pas ! L’effet est retombé comme un soufflé au fromage qui a mal pris…  Je n’ai pas compris ces digressions qui n’apportent rien au livre !

L’auteur part donc de l’enquête de son premier livre, mais tisse une trame différente, mais toujours avec notre technokiller… Qui a changé radicalement de modus operandi. On sent sa présence sous-jacente tout le long de ce thriller, mais la fin sera une chute surprenante et formidable aux deux romans, malgré une fin trop rapide à mon goût

Malgré ses différences ce roman apporte une complémentarité, cela aurait pu être un seul livre.

L’absence de référence musicales, qui faisaient l’originalité du premier, est bien dommage. Même si chaque chapitre débute avec les paroles de Paint it black des Rolling Stones et des infos réelles plus ou moins détournées.

Bon, vous l’aurez compris, j’ai été moins emballée par ce livre, même s’il est très bien !  Sûrement que l’univers de la techno m’a manqué. Le rythme est moins haletant et j’ai trouvé, dans l’ensemble, que le thème était plus « banal » je dirais même qu’on a l’impression que l’auteur entre dans un « moule » comme pour faire profiter un plus large « lectorat ». L’univers musical qui rendait le livre unique a laissé la place à une enquête limite ordinaire, pour la fan de thriller que je suis.

Mais pour avoir un livre « fini » je vous recommande sa lecture, sans en attendre le plaisir que le premier procure. 

 

91mdma71ojl

♦ Editions : Pocket ♦ Parution : 13 novembre 2013 ♦ Pages : 281 ♦ Prix : 5.50€

Sur une plage espagnole, une touriste hollandaise est découverte nue, choquée, incapable de parler, serrant entre ses mains une tête coupée… Le lendemain, en France, la rédaction du magazine Paris Flash reçoit une étrange vidéo : bâillonnée, une inconnue terrorisée est filmée en gros plan tandis que résonnent les cris de terreur d’une autre femme qui supplie qu’on l’achève. Missionnée par sa hiérarchie, la photographe Katie Jackson couvre l’affaire. Au même moment, à des milliers de kilomètres, en Thaïlande, son ancien collègue, le journaliste Marc Torkan, enquête sur le meurtre sauvage d’une escort-girl russe… Ces deux affaires sont-elles liées ? Pourquoi Marc Torkan se retrouve-t-il à chaque fois impliqué ? Et qui chasse qui ? Le Diable seul le sait…

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

frederick_rapilly

Frédérick Rapilly, né le 18 mai 1968 à Vannes (Morbihan), est un journaliste, essayiste et auteur de thrillers français. Il vit à Paris.  Il est rédacteur en chef de Télé 7 Jour.

Publicités

12 réflexions sur “ Le chant du Diable de Frédérick Rapilly ”

  1. Je ne savais pas qu’il était breton. C’est un style de livre qui m’attire toujours car ça détend. Je n’ai pas lu le premier ni celui-ci. Hop sur ma liste de noël, ça pourrait faire une jolie surprise pour un proche ou un(e) ami(e) 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s