Zombi de Joyce-Carol Oates

9782253099697-001-t

 Edition : Livre de poche
 Parution : 03/12/2014
 Pages : 216 
 Prix : 6,10€        
Genre : Thriller psychologique

Il pose bien un peu problème à à ses parents, mais ni l’un ni l’autre ne croient à l’accusation d’agression sexuelle sur un mineur dont il est l’objet. Il est un cas pour le psychiatre-expert auprès des tribunaux chargé de le suivre, qui se sent néanmoins encouragé par la nature toujours plus positive de ses rêves et sa franchise à en discuter. Il est le plus exquis des garçons pour sa riche grand-mère incapable de lui refuser quoi que ce soit. Il est le plus vrai et le plus terrifiant des tueurs-psychopathes jamais imaginés dans un roman dont on se demande par instants comment l’auteur a pu trouver les mots pour l’écrire. Joyce Carol Oates nous offre encore une fois la preuve de son immense talent. En donnant la voix à une âme des plus noires, elle plonge dans l’ignominie, et le lecteur avec elle de pénétrer l’innommable.

trait-rouge

Tout l’art de l’auteur Joyce Carole Oates, est de nous faire entrer dans la tête d’un monstre. Avec Zombi on se balade dans les pensées d’un véritable malade mental qui peut parfois sembler sympathique, mais sa folie reprend le dessus !

On sent bien que l’auteur s’est largement inspirée de Jeffrey Dahmer, le livre est écrit à la première personne, ce qui fait encore plus froid dans le dos ! Quentin s’est fait pincer pour agression sexuelle, mais dès le départ, on sent qu’il y a plus que ça et on est vite immerger dans les méandres d’un cerveau malade, qui a l’idée  de se « créer » son Zombi !

« C’est il y a cinq ans que l’idée de créer un ZOMBI à mes propres fins m’est venue pour la première fois comme un coup de tonnerre qui a changé ma vie. »

forcément ce sera un homme !

« Un ZOMBI dirait : « Dieu te bénisse, maître. » Il dirait : « Tu es bon, maître. Tu es généreux & miséricordieux. » Il dirait : « Encule-moi à me défoncer les boyaux, maître. » Il mendierait sa nourriture & il mendierait l’air qu’il respire. Il mendierait la permission d’aller aux toilettes pour ne pas souiller ses vêtements. Il serait toujours respectueux. Jamais il ne rirait ni ne ricanerait ni ne froncerait le nez de dégoût. Il lécherait avec sa langue comme demandé. Il poserait la tête sur mon épaule comme demandé. Il ferait l’ours en peluche comme demandé. Il poserait sa tête sur mon épaule comme un bébé. Ou je poserais ma tête sur son épaule comme un bébé. »

Pour cela il compte pratiquer la lobotomie transorbitale, mais de manière artisanale :  il lui « suffirait » d’enfoncer un pic à glace dans l’œil d’un homme pour  atteindre une partie du cerveau qui réduirait nombre de ses facultés. Acheter un pic à glace excite tellement Quentin, qu’à peine l’a-t-il entre ses mains qu’il éjacule dans son pantalon. Le crime a toujours un caractère extrêmement sexuel chez Quentin. S’il y a sang, il y a aussi forcément du sperme.

L’auteur nous présente ici, un cas clinique, une étude de cas, une plongée sans temps morts et sans respiration, dans le cerveau d’un fou.

Avec des chapitres courts, un récit glaçant qui ne verse jamais dans l’exhibitionnisme, l’auteur ne laisse pas le temps à son lecteur de reprendre son souffle ! On a accès au chaos qui règne dans le cerveau de Quentin, qui ne se pose jamais la question de savoir pourquoi il est comme ça ! Il tue, c’est parce qu’il ne peut pas faire autrement. Il est prisonnier de ses pulsions et n’a aucun moyen de leur échapper, encore plus lorsqu’il ne prend pas ses médicaments…

Il est conscient du mal qu’il fait, mais il se voile lui-même la face, pour pouvoir faire bonne figure face aux autres.

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

trait-rouge

avt_joyce-carol-oates_7786

Née en 1938, Joyce Carol Oates est l’une des grandes dames de la littérature américaine. Professeur de littérature à l’université de Princeton, elle mène une prolifique carrière d’auteurs (une trentaine de romans, des essais, des nouvelles, des pièces de théâtre, de la poésie). Par mi ses ouvrages les plus célèbres : Blonde, Eux, Confessions d’un gang de filles, Bellefleur ou La légende de Bloodsmor.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s