Les gens des Hauts de Hugues Boulet

 

Parution : 7 mars 2017 – Auto-édité –

Prix numérique : 3.99€ – Prix broché : 12,60€ –

184 Pages  – Genre : dictature – imaginaire

Un ovni dans le monde de la littérature ! Je parle d’ovni, car l’auteur avec une plume poétique d’une grande finesse, présente un texte raffiné élégant, pour plonger son lecteur dans une ville entièrement sortie de son imagination, tout en s’inspirant de notre époque !

Le récit est troublant de  vérité et de réalité. Decamon est une ville d’Amérique du Sud, tout droit sortie de l’imagination de Hugues Boulet. Grande ville d’une ancienne dictature communiste, où les gens des hauts, cherchent une vie meilleure. Mais s’exiler a un prix et les hommes se brulent parfois les ailes…

L’auteur, à travers un récit semi-réaliste, présente une étude de notre société avec une dualité très intéressante !

Le récit se focalise sur, Francisco, Inès et Juan, que l’on suit tout au long de notre lecture, sur une période précise de leur vie. Des personnages   bien travaillés, ce qui permet à chaque lecteur de s’identifier facilement. 

« La nuit était tombée mais la Grande ville, emportée par l’élan de sa journée, semblait encore se mouvoir en tous sens. Protégé par la vitre du train, Juan observait ce paysage encore sans réalité, scène d’une pièce dans laquelle il ne jouait pour l’instant aucun rôle. Bientôt, l’Expreso serait à quai. Il lui faudrait alors descendre du train et prendre part à ce nouveau monde, se mélanger à ces gens qui vivaient au cœur de cette cité sans foi ni loi, les charmer ou les frapper, leur faire l’amour ou les tuer. »

Ce livre a une atmosphère propre avec une ambiance feutrée qui plonge directement le lecteur dans cette chaleur oppressante, où la consommation de drogues est devenue normale, avec une tension érotique au rendu quasi réaliste, un moment hors du temps avec une alternance passé/présent, des personnages attachants avec une dualité les hauts »/la ville basse rondement présentée.

C’est un récit dans lequel on s’immerge facilement et rapidement, avec des intrigues qui parlent au lecteur tellement elles sont restituées avec talent.

Je regrette juste, que l’auteur, n’ait pas plus exploité la notion des « immortels » et leur drogue I-30.

Publicités

2 réflexions sur “ Les gens des Hauts de Hugues Boulet ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s