Archives pour la catégorie Auteurs de A à Z – Livres chroniqués

Index des livres chroniqués – Par auteurs

Chaque livre lu, mérite sa chronique. Que ce soit un coup de cœur ou une déception, je fais un retour pour vous donner envie, ou pas de le lire.

Alexis Arend : Josh

Amélie Antoine : Sans elle

Davy Artero : Bienvenue

Federico Axat : L’opossum Rose

Niccolo Ammaniti : Anna

Amir & Khalil : « Zahra’s paradise »

Santi Anaya : Clara et Alex, tome 2 : Des monstres à l’école

Yael Adler : Dans ma peau

Angel Arekin : Le Porteur de Mort, tome 1 : L’Apprenti

Azel Bury : la Baie des Morts

Philémon Le Bellégard : Syndrome de Stockholm

Bouffanges : Triumvirat

Hugues Boulet : Les gens des Hauts 

Dany Boutingy : La chambre de Mamie

Solène Bakowski : Une bonne intention

Solène Bakowski : Un sac

Solène Bakowski : Avec elle

Olivier Bal : Mille morts

Sophie Blitman : Elle vivait dans nos yeux

Slimane-Baptiste Berhoun : Les Yeux

Bertrand Boileau : Le cimetière des veaux sous la mère

Mehdy Brunet : Sans raison…

Delphine Biaussat : Les survivants d’Aglot

Ludovic Bouquin : Olagarro

Cassandra Bouclé : Une si jolie maison

Mathieu Bertrand : Les émeraudes de Satan

Jof Brigandet : La balade électrique d’Emily Archer

William BlattyL’exorciste

Djemila Benhabib : Ma vie à contre Coran

Fabrice Brunon : Rivales

Xavier-Marie Bonnot : La Vallée des ombres

José-Louis Bocquet : Olympe de Gouges

Olivier Bocquet : Le Prédicateur

Olivier Bocquet : La princesse des glaces

Christopher Buehlman : Ceux de l’Autre Rive

Derf Backderf : Mon ami Dahmer

Évelyne Brisou-Pellen : La maison aux 52 portes

Fabrice Brunon : Rivales

Olivier Bourdeaut : En attendant Bojangles

Thierry Berlanda : La Fureur du Prince

Thierry Berlanda : L’insigne du boiteux

Michel Bussi : Nymphéas noirs

Alexandra Bracken : Les insoumis Tome 1

Ray Bradbury : L’arbre Halloween

Mathieu Bertrand : Je pleurerai plus tard

Christian Blanchard : Iboga

Camille Bouchard : La Puanteur des morts

Nico Bally : Le Baron Miaou

Olivier Casaliva : Prière de sang

Jane Casey : Ceux qui restent

Eric Costa : Aztèques-Harem

Eric Costa : Réalités Invisibles

Sam Carda : Secrets Mortels 

A.J. Crime : Le château de Tanna’Saoghal

Marlène Charine : Tombent les anges

Justin Cronin : Le passage – Tome 1

Justin Cronin : Le Passage – Tome 2 : Les Douze

Justin Cronin : Le passage – tome 3 : La cité des Miroirs

Jacques Cassabois : Les Mille et une nuits

Joël Callède : Dans la nuit – tome 1 : légion

Joël Callède : Dans la nuit – tome 2 : 3ème sous-sol

Joël Callède : Dans la nuit – tome 3 : Profondeurs

I.N.J Culbard : L’affaire Charles Dexter Ward

Christian Carayon : Un souffle une ombre

Donato Carrisi : Le Chuchoteur

Donato Carrisi : L’Ecorchée

Maxime Chattam : Autre-Monde, Tome 2

Maxime Chattam : Autre-Monde, Tome 1 : L’Alliance des Trois

Elsie Chapman : Dualed

Suzanne Collins : Hunger Games – Tome 1

Magali Cervantes : Le cri de l’engoulevent

Cindy Costes : C’est pour ton bien

Franck Calderon et Hervé de Moras : Là où rien ne meurt

Daniel Cole : Ragdoll

Amélie De Lima : Le Silence des Aveux 

J-P Delaney : La fille d’avant

Jennifer Del Pino : La fille à la peau pâle et frêle

Jean Dardi : Les sept stigmates

François-Xavier Dillard : Fais-le pour maman

Line Dubief : Meurtre sur Oléron – Les mouettes ne se marrent plus

Delphine Dumouchel : Miss Zombie, détective décharnée

Cécile Duquenne : La Tour

Arthur De Pins : Zombillénium – tome 1 – Gretchen –

Jean-Michel Darlot : NiNN Tome 1 : La ligne noire

Florence Dutruc-Rosset : L’assassin habite à côté

Joël Dicker : Le livre des Baltimore

Joël Dicker : La vérité sur l’affaire Harry Québert

Thomas Dietrich : Les enfants de Toumaï

José Rodrigues Dos Santos : La Formule de Dieu

Sélène Derose : Alter Ego : Au-delà des apparences

Kate Del Ferra : Jinjinaji

Johan Duval : Tempus Morturorum (l’Ere des morts) Sweet Home

Yann Déjaury : Quand les hirondelles me reviennent

Claire Douglas : Les jumelles

Nicolas Elie : Viktor

Jean-Luc Espinasse : Intelligences

Erik Emptaz : La malédiction de la Méduse

Jeffrey Eugenides : Middlesex 

Sacha Erbel : L’Emprise Des Sens

Michael Farris Smith : Nulle part sur la terre

Jean-Charles Flamion : Karma

Jim Fergus : Mille Femmes Blanches

Jim Fergus : La Vengeance des Mères

Alain et Désirée Frappier : « Dans l’ombre de Charonne »

Claire Favan : Miettes de sang 

A.J. FINN : La femme à la fenêtre

Sébastien Fritsch : L’Expérience Cendrillon

Sylvain Forge : Tension Extrême

Sophie Guizani : Les enfants de l’ile aux cendres

Karine Giebel : D’ombre et de silence

Karine Giebel : Juste une ombre

Pierre Gaulon : Enragés

Christophe Gallo : Bienvenue

Amy Gentry : Les filles des autres

Lisa Gardner : Famille parfaite

Lisa Gardner : Le septième mois

Christopher Golden : Snowblind

Zoran Drvenkar : Sorry

Valentina Giambanco : 13 jours

Kriss F. Gardaz : Dans le silence des oiseaux

Johana Gustawsson : Block 46

David Guidat : Le meurtre était écrit

Elisabeth Hand : Images Fantômes

Loana Hoarau : Buczko 

Solenne Hernandez : LA RUMEUR tome 1 : La fuite 

Solenne Hernandez : La rumeur tome 2 : L’espoir

Jane Harper : Canicule

Jane Harper : Sauvage

Patricia Hespel : La fille derrière la porte

Keigo Higashino : La maison où je suis mort autrefois

Julia Heaberlin : Ainsi fleurit le mal

Steeve Hourdé : Zone, chronique d’un dernier jour

Freeric Huginn : Vegan Psycho

James Herbert : Sanctuaire

Jack Heath : mange tes morts

Fabienne Josaphat : à l’ombre du Baron

Sophie Jaff : L’amour est rouge

Julie Jkr : Le Couloir des Ames

Julie Jkr : Le couloir des âmes Tome 2 : la vengeance de Claire

Dan Jolley : Les cinq éléments : La Tablette d’Émeraude

Thierry Jonquet : La Bête et la Belle

Nicolas Jaillet : La Maison et autres histoires

Hillary Jordan : Ecarlate

Christophe Kayser : Freaks

Dorothy Koomson : Signé A

Megan Kruse : De beaux jours à venir

Joseph Kessel : L’armée des Ombres

Stephen King : Marche ou crève

Stephen King : Carrie

Stephen King : 22/11/63

Keisuke Matsuoka : Q Mysteries – volume 1

Mickaël Koudero : Les enfants d’Érostrate 

Olivier Michael Kim : Ne réveille jamais un ours qui dort : L’ordre de Saint-Michel – Tome 1

Théo Lemattre : La malédiction du Vatican

Théo Lemattre : Le complot de Tchernobyl

Lydia Le Fur : Apparences

Fabienne Lejamble : 1902 

Maes Larson : Amisseum : Les Terres Inconnues

Pierre-Olivier Lacroix : Anima Noctis

Frederic Livyns : Petites histoires à faire peur…

Fabrice Liegeois : Aby (n’y descendez jamais)

Maes Larson : Amisseum : Les Terres Inconnues

Fabienne Lejamble : 1902

Jean-Bernard Lemal : Sentinelle

F. Livyns et JB Leblanc : Le Miroir du Damné

James Lasdun : la chambre d’ami

Philip Le Roy : Léviatown

Philip Le Roy : La Porte du Messie

Ira Levin : Un bébé pour Rosemary

Ira Levin : Le Fils de Rosemary

Emmy Laybourne : Sweet

Keith Lee Morris : Good night Idaho

Christina Lamb : Nujeen- L’incroyable périple

William Landay : Défendre Jacob

Pierre Lemaitre : Trois jours et une vie

Nicolas Lebel : L’heure des fous

Laurent Loison : Charade

Demitria Lunetta : In the After Tome 1

Demitria Lunetta : In the END Tome 2

Nell Leyshon : La couleur du lait

Frédéric Lenoir : L’Âme du monde

Marko Leino : La véritable histoire de Noël

Gilles Legardinier : Demain j’arrête

Thomas Lejeune : Une dose d’adrénaline

Jérôme Loubry : Les chiens de Detroit

Enrique Laso : Depuis l’Enfer II

Enrique Laso : Depuis l’enfer

Sara LÖVESTAM : Chacun sa vérité

na Lucily : Sorceraid, Episode 1 : Le Fantôme de Waterlow

Guillaume Lecasble : Le Voile

France Missud : l’origine des mondes

Thierry Moral : Reconstitution

Florent Marotta : Le meurtre d’O’doul Bridge

Sam Millar : Au Scalpel

Xavier Massé : Répercussions

Franco Mannara : Je m’appelle Birdy

Victoria Martin : Horrible prophétie

Yannick Monget : Résilience

Fabio M. Mitchelli : Une Forêt Obscure

Fabio M. MITCHELLI : Le Tueur au miroir

Lisette Morival : Nini Zombie, tome 1

Pierre Mikaïloff : Las Vegas Terminus

Mark Frost : La Liste des sept

Matthew MatherExtinction

Marissa MeyerCinder

Marissa Meyer : Scarlet

Bernard Minier : Glacé

Brandon Mull : Fablehaven, Tome 1 : Le sanctuaire secret

Rohinton Mistry : L’équilibre du monde

Chase Novak : Conception

Chase Novak : Scission

Odehia Nadaco : Knysna

Adam Nevill : Derniers jours

Philippe Nicholson : Serenitas

Olivier Norek : Code 93 

Olivier Norek : Entre deux mondes

Scott Nicholson : Le Foyer 

Scott Nicholson : L’église Rouge

Nicole NeubauerSous son toit

Sarah J. Naughton : Une autre histoire

Vanaly Nomain : Emulsion : Au-delà du visible

Kate Oliver : Enquête aux volets bleus

Mylène Ormerod : A pas de loup

Kalya Ousmane : 7 jours (en) quête d’enfant

Kalya Ousmane : Le trottoir

Kalya Ousmane : Le chef d’œuvre

Joyce-Carol Oates : Zombi

James Osmont : Régis

James Osmont : Sandrine

Jussi Adler Olsen : Les Enquêtes du Département V : Délivrance

Kayla Olson : L’empire de sable

Jean-Hugues Oppel : Zaune

Sébastien Prudhomme-Asnar : KIRSTEN

Cédric Peron : CHARLY : Au commencement 

Carl Pineau : L’arménien

Sarah Pinborough : Mon amie Adèle

Daniel Panizzoli : Tu vas mourir – Récits de l’assassin

James Patterson : Zoo

Natasha Preston : La cave

Sean Platt : Yesterday’s gone – saison 1 – épisode 1 et 2 : le jour où le monde se réveilla désert

Sean Platt : Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 3 et 4 : Aux frontières du possible

Sean Platt : Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 5 et 6 : L’avènement de la chose

Benoit Peeters : La Théorie du grain de sable : 1ère Partie – Les Cités obscures

Benoit Peeters : La Théorie du grain de sable : 2ème Partie – Les Cités obscures

Anne Perry : L’étrangleur de cater street

David Polonsky : Valse avec Bachir

Noël PEREZ-VERA : La fille de Pablo de

Benjamin PERCY : Dark Net

Nicolas Perge et François Rivière : Agatha es-tu là ?

Pauline Perrier : La brèche

Bastien Pantalé : Sublimation

Alice Quinn : Fanny N.

Jo Rouxinol : Le temps des étoiles

Jo Rouxinol : le rêve dévoré

Mélanie Raabe : Le piège

Tobby Roland : La dernière licorne

Guillaume Richez : Black$tone

Frédérick Rapilly : Le chant des Ames

Frédérick Rapilly : Le chant du Diable

Ricardo Romero : Histoire de Roque Rey

Jean-Marc Rochette : Transperceneige : Terminus

Véronica Roth :Trilogie DIVERGENTE

Christian Roux : Que la guerre est jolie de

Vincent Ravalec : Sekt

Sophie Blitman : Elle vivait dans nos yeux

Lawrence Singclear : 42

Errol Sabatini : Des Petits Biscuits pour la Timidité

Olivier Saraja : L’appétit des ombres

Matt Strandberg : Le ferry

Romain Slocombe : L’Affaire Léon Sadorski

Arnaud Sagnard : Bronson

Amparo Seith : Alsaciens VS zombis

Philippe Saimbert : Le fossile d’acier

Marcus Sakey : Les Brillants

Marcus Sakey : Un Monde meilleur – Les Brillants Tome 2

Lawren Schneider : L’héritage de Lizie

Laurent Scalese : Je l’ai fait pour toi

Clara Sanchez : Ce que cache ton nom

Rob Smith : Agent 6

Rob Smith : Kolyma

Marie Sexton : Le puits

Philippe Setbon : Il et moi

Lawren Schneider : Les larmes des cigognes

Bruno Sanna : Le matin des larmes  

Philippe Saimbert : 11 serpents

Neal Shusterman : La faucheuse Tome 1

Neal Shusterman : La faucheuse Tome 2 – Thunderhead

Ludovic Spinosa : Tempêtes solaires : Le nouveau monde

Yuki Tabata : Black Clover – Tome 1

Luca Tahtieazym : Le roman inachevé

Luca Tahtieazym : Versus

Luca Tahtieazym : Elise

Quentin Tarantino : Bd django unchained

Elisa Tixen : Sans Traces apparentes

Franck Thilliez : Train d’enfer pour Ange rouge

Franck Thilliez : La chambre des morts

Franck Thilliez : Deuils de miel

Franck Thilliez : La mémoire fantôme

Franck Thilliez : Le syndrome E

Franck Thilliez : Gataca

Franck Thilliez : Atomka

Franck Thilliez : Angor

Franck Thilliez : Pandémia

Franck Thilliez : Sharko

Franck Thilliez : Le manuscrit inachevé

Teri Terry : Slated, Tome 1 : Effacée

Estelle Tharreau : L’Impasse

Céline Tanguy : 41 Vautours – Tome 1 – 48 Heures avant Noël

Sandra Triname : À ma vie, à ta mort

Paul Tremblay : Possession

Wendall Utroi : Wanda  

Wendall Utroi : Comme un phare dans la tourmente

Jean-Philippe Vest : Esprit es-tu là ?

Martine Venelle : Il suffit juste de quelques minutes

Lou Vernet : Ne m’oublie pas de

Hanna Vernet : La nuit les loups

Philipp Vandenberg : Le cinquième Évangile

Sophie Van Der Linden : La Fabrique du monde

Éric Valmir : Pêcheurs d’hommes

Jeff VanderMeer : Annihilation – La Trilogie du rempart sud, Tome 1

David Wellington : Positif

Charlotte Wood : La nature des choses

David Wright : Yesterday’s gone – saison 1 – épisode 1 et 2 : le jour où le monde se réveilla désert

David Wright : Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 3 et 4 : Aux frontières du possible

David Wright : Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 5 et 6 : L’avènement de la chose

John Wagner : History Of Violence

Jessica Warman : Maintenant qu’il est trop tard

Simon Wood : L’évadée

Minette Walters : Dans la cave

Barbara Yelin : L’Empoisonneuse

Brenna Yovanoff : L’Échange

David Zaoui : Je suis un tueur humaniste

V.M. Zito : L’homme des morts

Mirko ZILAHY : Roma

 

Publicités

LE CIMETIÈRE DES VEAUX SOUS LA MÈRE DE BERTRAND BOILEAU

Parution : 9 décembre 2016 – ÉditionVents Salés Collection Azur

Prix  broché : 19€ – Pages : 308  – Genre : Thriller rural

Une couverture très originale accompagne ce titre non moins original, pour trois histoires qui n’en font qu’une… J’ai passé un très bon moment avec Zelda et Louis, en vacances dans le sud-Ouest… Des veaux assassinés à coups de serpe, Francis Cabrel, un intermittent d’étable, une pétulante légiste, un cimetière abandonné de Dieu, un puits où l’on puise du vin…

J’ai passé un excellent moment avec ce couple et leur aventure pleine de mystère, c’est drôle, addictif et très bien écrit, ce qui ne gâche rien…

Je n’ai qu’une envie c’est de découvrir la prochaine aventure, surtout si elle est de cette qualité, un bon polar terroir de qualité qui prend son temps en nous racontant la vie rurale, avec des recettes typiques… C’est gourmand… Dans tout les sens du terme… J’avais l’impression d’y être et de sentir ces odeurs décrites avec talent…

« Zelda qui est femme et coquette, choisit instantanément : Bordeaux !
C’est bien connu, les plus belles femmes du monde se rencontrent à Paris, la nuit ; les plus belles femmes de France habitent Montpellier et les femmes les plus élégantes de France, donc du monde, sont bordelaises.
– Et girondes, ajouta Louis Nicolas en rigolant. »

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

 

capture

Le Ferry de Mats Strandberg

 

 

 

Parution : 14 juin 2017 – Edition Bragelonne – Collection L’Ombre  – Prix Numérique : 12,99€ – Prix papier :  20€ –  Pages : 504

On beau dire, mais une bonne couverture c’est vendeur ! Quand je l’ai vu, j’ai été attirée, comme un aimant. Avec ce rappel des couloirs de l’hôtel de Shining et sa moquette… Avec cette accroche « la vague de terreur qui a balayé la Suède », plus le résumé, je n’ai pas résisté…

Cela aurait pu être un très bon huis-clos, puisqu’on va vite comprendre pourquoi tout va partir en cacahuète…

Si vous cherchez du suspense, passez votre chemin, au bout de 90 pages on sait déjà ce qui va se dérouler sur les 400 pages qui restent…

« Le Stephen King suédois. » Lotta Olsson, DN. Kultur

Quand on met la barre aussi haut, il faut vraiment que cela soit à la hauteur… Et là, la comparaison n’a aucun sens ! On est loin du suspense addictif du Maître du genre …

Je m’attendais à plonger dans l’horreur mais en fin de compte j’ai été immergée dans un bain soporifique ! 504 pages à lire… 160 pages de supplice … Et je suis désolée, mais je n’irais pas plus loin… Impossible pour moi de continuer… Je pensais vraiment tomber sur une idée originale… Malheureusement… C’est du déjà lu et relus… Si encore cela était présenté différemment…

challenge un pavé par mois

challenge-un-pave-par-mois

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

 

La chambre de Mamie de Dany Boutingy

 

 

 

Parution : 28 janvier 2017 – Auto-édition – Prix papier :  11€ –  Pages : 200

Certains livres laissent une emprunte indélébile… Vous marquent par leur vérité, l’humour cynique qui coule entre les lignes, mais surtout par la vie qui vibre à chaque mot !

C’est un hymne à la vie, à l’amour… Un délice pur… Une plume tout en délicatesse qui parlera à tout à chacun…

Avec « la chambre de mamie« , l’auteur nous embarque dans une cohabitation hors norme entre une jeune étudiante, à la recherche d’une chambre, et une grand-mère, que beaucoup aimerait avoir.

Une grand-mère pas comme les autres, délurée à souhait… Qui respire la vie …Une emmerdeuse… Et une jeune fille trop sérieuse… Trop sage, Trop casanière…

Une cohabitation intergénérationnelle qui débouche sur une histoire pleine de vie et de reconnaissance de l’autre et surtout de l’importance de la transmission…

Ce récit m’a plongé dans une bulle de bonheur en me sortant encore une fois de ma zone de confort. J’apprécie de plus en plus de m’extraire de l’univers du thriller (c’est toujours mon univers de prédilection), pour plonger dans ce type de pépite qui te ramène à l’essentiel et t’oblige à opérer une introspection, sur toi-même ou sur la vie d’une manière générale…

On a très souvent du mal à s’imaginer les personnes autrement que dans le quotidien dans lequel nous les voyons évoluer.

« L’étudiante était aussi interloquée qu’amusée de voir de quelle façon on vivait dans les clichés. Une mamie, c’est gentil ; une mamie, c’est fragile ; une mamie, ça se plaint tout le temps : une mamie, ça radote sans arrêt ; une mamie, ça ne ment pas ; une mamie, ça ne fantasme pas ; une mamie, ça ne vole pas ; une mamie,, ça ne couche pas ; une mamie… ça ne fume pas. »

Une grand-mère coquine, attachante, « attachiante« … Au vécu bien rempli et qui va transmettre la joie de vivre… L’amour tout simplement. La vision de la vie de Flora va changer et le rapprochement entre ces deux personnes donne un bouquin à lire absolument. A découvrir pour sourire, aimer et surtout s’ouvrir vers l’autre… Et ne pas laisser de côté, ceux qui ont encore tellement à nous apprendre…

« Je vais écrire ces phrases en m’imaginant qu’un jour tu les liras peut-être, ému de déchiffrer les notes d’une vieille bique qui t’aime si fort. »

J’ai refermé ce livre avec la tristesse de devoir quitter cette mamie hors norme. Mais cette mamie m’a montré la voie vers la plénitude et le bonheur à atteindre… On aimerait que le récit soit plus long, tellement on passe un bon moment. La fin arrive trop rapidement et nous laisse un goût de trop peu… J’aurais souhaité que la relation entre Flora et cette Mamie soit plus détaillée, soit plus lente à se construire, pour profiter de chaque moment de cette relation hors norme qui se construit… Et cette fameuse chambre … Interdite…

L’auteur aurait pu faire languir son lecteur plus longtemps, sans que cela ne soit ennuyeux tellement sa plume est fluide et belle et n’a rien à envier aux grands auteurs…

Merci à l’auteur pour sa confiance et pour ce magnifique témoignage… Un hommage… Doublé d’une très belle écriture, rafraîchissante et emplie d’émotions, qui laisse un sourire sur les lèvres et de belles images en tête !

Challenge ABC 2017 auto-édition

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

1902 de Fabienne Lejamble

 

Parution : 14 juin 2017 – Auto-édité – Prix : Ebook : 2,99€ – Broché : 7,39€

122 Pages  – Genre : Horreur, surnaturel, magie

 L’auteur nous embarque dans un univers sombre et qui tient ses promesses, à travers trois nouvelles et une jolie playlist qui l’a accompagné lors de son écriture… et va nous accompagner aussi…

Avec 1902, on fait un retour vers le passé, cette année subira des horreurs isolées, mais avec un lien directeur, que je vous laisse découvrir…

Dans les coulisses occultes de la France de 1902….

Les tombés de Quouarec : Un pêcheur vient de perdre sa femme et son fils dans d’étranges circonstances… Son neveu lui rend visite et va découvrir un sombre secret…

Dans les ombres de Paris : Une enquête sur des disparitions de plusieurs prostituées…

Les initiés du sentier noir : un dangereux livre qui va changer la vie de ceux qui le trouvent, en les faisant sombrer dans une spirale infernale…

Le fait d’avoir placé l’intrigue en 1902, donne une crédibilité au récit.

Nous sommes aujourd’hui tellement influencés par la télévision que l’horreur est à portée de main, mais au début du 20ème siècle le surnaturel a une place prégnante, avec des superstitions qui font parties du quotidien des gens, donc le surnaturel n’est point inconnu et fait très peur…

L’auteur réussi, avec talent, à transfigurer ses personnages et leur donne une réalité profonde. La peur est palpable et le récit prend une dimension surnaturelle très rapidement.

Le format nouvelle donne une dynamique au récit et l’écriture est directe, sans trop de blabla… Pas un seul mot de trop, ni en moins, le tout est savamment dosé et fait avec minutie pour entrainer le lecteur dans un univers bien glauque…

Les deux premières nouvelles sont centrées sur l’étrange et le paranormal… la troisième nouvelle donne un sens aux deux autres… Et le gore fini en apothéose le récit…

Ce que j’ai trouvé intéressant, c’est que l’auteur aurait pu faire le choix de présenter des nouvelles sans liens entre elles, comme cela se fait très souvent. Mais elle fait le pari de trouver un sens logique et arrive très bien à les relier entre elle.

C’est l’ébauche d’une premier livre qui est livré au lecteur et c’est très réussi ! Je serais bien restée en 1902 plus longtemps avec certains personnages…

Les personnages sont d’ailleurs bien travaillés avec une description qui laisse malgré tout une belle part à notre imagination.

Le lecteur féru de ce genre, ne pourra qu’apprécier et en redemandera.

D’ailleurs la question que je pose à l’auteur : à quand un livre ? Car Fabienne Lejamble a un vrai talent pour donner la chair de poule avec un réalisme saisissant.

Challenge ABC 2017 auto-édition

Fabienne Lejamble est née en 1980, dans le Pas-de-Calais. Enfant, elle aime se retrouver seule pour dessiner et s’inventer des histoires. A 17 ans, alors étudiante à Arras, elle découvre différents univers au travers du jeu de rôle, notamment le fantastique et l’horreur.
Ce n’est que plus tard qu’elle glissera vers l’écriture. 1902 est son premier ouvrage. Il s’agit d’un recueil de nouvelles d’horreur, dans l’ambiance du début XXème.
Puis, avec une amie, elle écrit un roman fantastique jeunesse, nommé « Les Enfants de Gaïa », qui s’inscrit dans une duologie. Le deuxième tome est en cours d’écriture.
Son site: https://kissilow.wixsite.com/flejamble

 

Il suffit juste de quelques minutes de Martine Venelle

 

 

Parution : 18 mars 2017 – Auto-édité – Prix Ebook : 2,99€ – Broché : 14,90€

206 Pages  – Genre : thriller psychologique – Roman noir – Drame

Il suffit Seulement quelques minutes pour qu’un auteur t’embarque dans une histoire familiale qui ne te laissera pas indifférent…

Un thriller qui débute sur une scène violente… La raison a bien failli abandonner Louise… Mais malgré la haine qu’elle ressent ou la haine qu’elle sent de ces parents qui l’ont élevé sans amour… Louise va vivre sa vie… Elle va mettre cette vie vécue de côté et se construire un autre moi… Profond et emprunt de doutes …

Des années plus tard, elle s’est construite… mais garde un œil bien ouvert sur son passé qui va surgir du plus profond de son inconscient pour la mener vers la lumière et vers sa quête, l’amour… Une quête bien légitime quand on en a été privé…

Qui sont Louise, Jade ? A qui appartient le squelette d’enfant enterrée dans ce jardin ?

Un petit livre addictif, qui se lit vite, doublé d’une très belle plume, sans fioritures, ni blablas.

Les sentiments sont au départ absents… Le tout est écrit comme on raconte un fait, comme un exposé, pour prendre de la distance… On sent que les secrets de famille doivent être analysés, décortiqués, pour être appréhendés… Et que ces secrets le lecteur va les prendre en pleine face… L’horreur n’est pas loin, l’horreur est sous-jacente et palpable… L’auteur joue avec nos sentiments, mais ses sentiments à elle sont aussi mis à rude épreuve, comme un vécu qu’on ose enfin affronté…

Peu de personnages, mais des personnages tous liés par une histoire commune, comme des fils que la vie aura tisser pour les relier entre eux pour qu’ils puissent vivre l’épouvantable, jusqu’au dénouement qui cassera ce fil et regroupera toutes les interrogations…

Le ton est donné dès les premières pages avec l’emploi de mots qui ne donne qu’une envie, c’est de plonger un peu plus dans l’horreur… L’horreur qui monte peu à peu et prend son envol et explose, jaillit pour en fin de compte faire en sorte que de ce drame du beau ressorte…

Une rose sur un tas de fumier, une vie gâchée, des vies gâchées, des vies malmenées mais unies dans l’amour filial et dans le pardon peut-être… Car pour avancer il faut savoir d’où l’on vient, pour avancer il faut se connaitre et pour se connaitre il faut parfois creuser dans les bas fonds de l’inconscient…

Paul, ce jeune homme confronté à la mort brutale de ses parents, range trie, commence un travail de deuil, qui ne sera peut-être pas si difficile… Des découvertes troublantes, que le jeune homme préfère ne pas voir quelques semaines avant la vente, vont resurgir, révélant non pas un mais plusieurs secrets, qu’il devra affronter…

On suit les traces de Paul pour peu à peu découvrir ces secrets et trouver les réponses avec lui, mais avec un train d’avance… On le suit dans ses réactions… Dans cette vérité qui se trouve dans l’inconscient de cette jeune fille, Louise… Mais qui est Louise ?

Une incroyable vérité va exploser, va jaillir et éclabousser tout ce petit monde, malgré tout, pour leur bonheur… Car ce bonheur auquel ils ont droit va les aider à se construire… Car la vérité, même si elle fait mal, permet de se construire… Cacher les choses, ne fait qu’engendrer doutes et incompréhensions…

L’auteur m’a ému, m’a subjugué par cette qualité narrative et par son retrait face à son récit. Le suspense se construit peu à peu pour arriver à ce final, qu’on devine mais qui est salvateur !

Un secret sordide qui vous mènera à vous interroger sur l’utilité des secrets et le bien fondé d’en avoir…

L’auteur a mis ses tripes dans ce roman et ça se sent, elle le fait avec retenue, sagesse et grand talent…

Son premier roman, « Il est toujours trop tard », publié en 2013, fait écho, d’une certaine manière à « Il suffit juste de quelques minutes »… Dans lequel elle nous montre qu’il n’est jamais trop tard pour se construire et avancer… Un livre qui témoigne d’un changement, d’une évolution….

Un roman court, mais il me semble que c’est la première fois qu’un de mes avis est aussi long….

Je laisse le mot de la fin à l’auteur :

Il est toujours trop tard, trop tard pour avoir des remords, trop tard pour avoir des regrets, trop tard quand les gens sont morts et que tout ne s’est pas dit tant que les mots pouvaient encore s’entendre, expliquer et apaiser les âmes. Trop tard quand on ne peut plus se retourner parce que la peur, l’orgueil, le temps ont trop passé…Mais il n’est jamais trop tard pour tourner la page et se laisser conduire dans l’infini richesse de la douleur qui construit, pour exprimer ses sentiments et ses ressentiments.M.V.

 

Challenge ABC 2017 auto-édition

 

 

42 de Lawrence Singclear

 

 

Parution : 8 mai 2017 – Auto-édité – Prix : Ebook : 2.99€ – Broché : 10€

273 Pages  – Genre : fantastique

La lecture débute comme un zoom sur une scène de film, sur un homme qui se réveille dans une forêt. Il ne sait pas ce qu’il y fait et ne se souvient plus de son identité. Sur son bras, le chiffre 42. La première personne qu’il rencontrera essaiera de le tuer. Pourquoi cherche-t-on à mettre fin à ses jours ?

Je pensais lire un thriller avec ce 4ème de couverture, mais je me suis trouvée embarqué par l’auteur dans un univers bien étrange dès le départ.

L’ambiance est étrange et tout le long de cette lecture, j’ai fais un parallèle avec la série « Lost ». Cette atmosphère bizarre qui en fait une lecture addictive, malgré un je ne sais quoi de déception.

J’ai du mal à expliquer cette étrange sensation d’inachevé, une fin dont j’ai eu du mal à trouver un sens… Mais plusieurs jours de réflexions plus tard, j’ai enfin pigé le sens que l’auteur a voulu donner à son livre…

Pourtant, j’ai trouvé le tout intéressant.

Pour survivre, 42 doit tuer des gens, il ne ressent ni la faim, ni la soif, ni le manque de sommeil ! Toutes les sensations, et ce qui fait de lui un être humain, ont disparu… Il avance, avec le seul but de ne pas se faire tuer… Il tue, rencontre des gens et fait alliance avec eux, por survivre. Un monde dans lequel, on meurt, on renait… Et plus les renaissances sont nombreuses et plus on perd notre humanité…

Le personnage principal, évolue dans un monde qu’il ne comprend pas, un monde dans lequel il n’a pas envie de vivre… Il souhaite être libre et ne pas être soumis aux diktats….

Cette quête de liberté, pierre angulaire de cette lecture imprègne les lignes et les pages défilent justement, car tout être humain tend à vouloir cette liberté, parfois au détriment de sa propre humanité…

 Bien entendu, un parallèle peut être fait avec l’actualité avec ces luttes intestines qui dominent le monde, cette lutte contre les dictatures… On prend conscience, que tout ne peut pas être accepté… Pourtant, l’humanité, peut se perd dans cette quête… L’humanité se déshumanise à force de ne penser qu’à cette liberté… L’illusion d’une liberté qui n’a plus de sens… parfois…

La trame est intéressante, mais traîne en longueur… Parfois d’une lenteur déstabilisante, alors que l’histoire est rythmée… C’est tout le paradoxe de ce livre… Peut-être que certains passages, certaines répétitions auraient pu être élagués. Lorsque l’auteur parle à travers 42, cela est encore plus flagrant, comme si ce n’était plus le même écrivain… Pourtant, cet aspect était absent lorsque l’auteur décrivait les choses en mettant de côté 42….

Un livre étrange, intéressant avec un final déstabilisant mais qui amène du sens… Une réflexion sur l’Homme, sur son humanité, sur sa capacité à s’adapter au point parfois de se perdre…

 

Challenge ABC 2017 auto-édition

Aztèques-Harem de Eric Costa

 

Parution : 13 février 2017 – Auto-édité –

Prix : Ebook : 2,99€ – Broché : 11,98€

316 Pages  – Genre : Aventure

Je viens de refermer ce livre et je suis déjà impatiente de lire la suite des aventures de l’héroïne !

Voilà une lecture totalement différente de ce que je peux lire en temps normal et je me suis régalée !

Aucun temps mort dans la narration, aucun ennui, point de longueurs et de détail superflus. Tout est dosé avec parcimonie pour maintenir le lecteur en haleine. Une écriture fluide, simple et belle.

Le tout se lit sans ennui !

L’auteur m’a complètement embarqué dans son récit, dans cette aventure au point que l’écriture se déroule comme des scènes de théâtre. D’une très grande qualité narrative.

Notre héroïne sera confrontée à son destin et devra trouver son chemin parmi les personnages machiavéliques qui jalonnent son chemin.

On se prend à aimer ce petit bout de femme et à souhaiter qu’elle arrive à ses fins.

Point d’histoire de meurtre… quoi que… le chemin est parsemé d’embuches et on aimerait donner un coup de pouce à cette femme-enfant pour qu’elle prenne son destin en main.

Aucun ami elle ne se fera, mais sa place au soleil est au prix des trahisons, des manipulations, des menaces…

Une vie au sein d’un monde de femmes, dominé par des femmes où la manipulation et la cruauté sont au rendez-vous.

Je remercie sincèrement l’auteur qui propose avec Aztèque un livre d’une qualité irréprochable et que je ne peux qu’encourager à poursuivre.

Je ne comprends pas comment une maison d’édition peut passer à côté d’un livre de cette qualité !

Je n’ai décelé aucun défaut ! Toutes les qualités sont là pour plonger dans cette lecture et vouloir lire la suite à tout prix et dans la foulé !

J’ai hâte de lire la suite et j’espère ne pas attendre trop longtemps. ..

Alors monsieur Costa à quand la suite ?

Armé de trois ans d’études de dramaturgie, Eric Costa glisse quelques exemplaires de son roman Aztèques dans sa valise et prend le train pour le salon du livre de Paris en mars 2017.
Il se demande ce qui va bien pouvoir en ressortir. Et pour cause : en tant qu’auteur indépendant, il ne s’est jamais rendu à un tel évènement et ne connaît personne. Que peut-il espérer ?
Malgré ses doutes, il tente sa chance au Speed-Dating Amazon, un concours qui propose de mettre en avant deux romans pour l’année 2017.
À sa grande surprise, les membres et les auteurs Amazon l’accueillent comme l’un des leurs. Encore mieux : son travail acharné et sa foi en l’écriture se voient récompensés par le prix du Jury Amazon KDP ! Aztèques gagne ainsi ses ailes.

Challenge ABC 2017 auto-édition

KIRSTEN de Sébastien Prudhomme-Asnar

 

 

Parution : 28 avril 2017 – Auto-édité – Prix ebook : 3.99€ –

236 Pages  – Genre : horreur, surnaturel

Voilà bien un voyage au plus profond de l’âme humaine

Un voyage avec kirsten à travers les contrés de l’avilissement de l’Homme… aux tréfonds de l’horreur, avec un roman surnaturel tout en poésie !

Oui, j’ai bien dis poésie ! L’auteur a une plume qui t’embarque complètement dans un monde merveilleux, horrible à souhait avec l’horreur au coin de la rue…

Berifos le Dom, pas d’enfants, l’argent n’a aucune valeur et les gens ne vieillissent pas…Totalement coupé du monde… Quelques touristes y atterrissent parfois, mais on se demande bien comment ils échouent dans ce trou paumé… Comme attirés peut-être par… Le Mal… Puissant vecteur qui veille au grain… Jonathan et Frédéric, arrivent dans ce village au moment où une adolescente a été kidnappée…

Là commence l’horreur, mais attention pas bâclée ni rapide … Le tout se fait lentement, de manière crescendo pour atteindre l’horreur ultime… Le tout avec une écriture fluide et addictive.

L’horreur et le sexe liés, sans aucune pudeur et des personnages complètement barges ! Mais tendant vers le but ultime… On s’enfonce dans la fange et dans un bain de sang.

Je ne voyais pas trop comment l’auteur allait conclure, j’ai pensé à une secte avec un gourou magicien, mais je ne m’attendais pas à Kirsten…

Oui, Kirsten, celle par qui le Mal arrive !!! Bon elle est facile ! C’est encore une femme…Oui, mais il faut reconnaître qu’une femme en personnage maléfique ça match bien ! Le même roman avec un homme n’aurait pas été pareil… Elle est terrible, elle est belle ! Oui malgré la description de l’auteur, je l’ai trouvé belle et attachante … Dans tout ce qu’elle a de plus horrible… Ne vous fiez pas aux beaux atours… Ici vous serez dans ce que l’homme a de plus bas et de plus vil, mais aidé par le Mal, le tout prend une ampleur encore plus grande pour nous entrainer dans un page-turner complètement addictif !

Impossible de lâcher ce livre, même tard dans la nuit tellement, j’étais en apnée et en reprenant mon souffle de temps en temps, histoire de pas crever asphyxiée !

Non seulement le tout est poétique, mais en plus on sent l’artiste peintre ! Les descriptions sont telles qu’on se balade dans LE tableau de Sébastien Prudhomme-Asnar ! Un tableau d’une grande noirceur mais haut en couleur !

Un final en apothéose au comble de l’horreur, de la cruauté… Qui m’a hypnotisé, sans me faire peur. Je suis fana de ce genre gore, mystique, surnaturel…

Un petit mot sur cette couverture envoutante, flippante et magnifique, de Laurent Fièvre tout simplement superbe.

Pour les fans de belles plumes, de noirceur avec une pincée d’ésotérisme et un soupçon de thriller Horrifique Kirsten est fait pour vous 🙂

Merci à l’auteur pour cette découverte, merci de sa confiance. Je suis certaine de lire les prochains et de suivre l’auteur avec attention.

Challenge ABC 2017 auto-édition

Guitariste, enseignant de musique, et artiste peintre, Sébastien est revenu à sa première vocation, l’écriture, il y a deux ans. Son recueil de nouvelles fantastiques, « L’âme au fond », est paru en 2015 aux Éditions du Menhir (sélection du prix Masterton). « Kirsten » est son premier roman. Son prochain livre sera un thriller-polar. Parution en 2018

Des Petits Biscuits pour la Timidité de Errol Sabatini

 

Parution : 28 octobre 2016 – Auto-édité –

Prix Ebook : 2.99€ – Prix papier : 18€

292 Pages  – Genre : Drame, Résilience, fantastique

J’ai avant tout été attirée par cette couverture et ce titre qui renvoie à l’enfance ! Ensuite j’ai découvert la 4ème de couverture, qui laissait présager un bon moment ! Et l’envie de sortir quelque peu de ma zone de confort a fait le reste.

L’auteur, Errol Sabatini a un réel talent de conteur et nous embarque dans une histoire riche et tout en poésie

Je me suis immergée entre les lignes pour n’en sortir que tard dans la nuit. Le lendemain, il me fallait bien des allumettes pour rester les yeux ouverts au boulot… Mais j’étais sur un petit nuage et ça fait du bien !

Ce petit bijou, ce lit tout seul, les chapitres sont courts et l’auteur nous entraine dans le sillage de Naëlle qui décide d’acheter un vieux moulin en ruine et de s’y installer. Les habitants voient d’un mauvais oeil son installation dans ce vieux moulin qui serait hanté… Mais elle se sent enfin vivre dans ce paysage qui lui permet de reprendre contact avec elle-même et d’appréhender plus facilement ses dons de voyance… La rencontre avec ce petit garçon de 10 ans, Julien, solitaire et peu bavard, sera le début d’une très belle amitié et Naëlle se fixe l’objectif de protéger cet enfant… Qu’elle pense en danger… Par sa faute….

Les personnages sont attachants et tellement vivants, que même les pires ont de l’humanité en eux !

Une petite bulle de bonheur, qui vous redonne l’espoir tellement il est plein de vie et de gaîté, malgré une histoire triste… Oui, il y a une histoire triste, mais les enfants ont une telle capacité de vivre et un tel regard sur les choses que voir par les yeux d’un enfant ça fait du bien !

Plusieurs vies en un livre, des vies parallèles, des vies brisées, mais des vies qui se construisent ou se reconstruisent grâce au talent de l’auteur !

La tendresse est un fil conducteur, mais sans jamais tomber dans mièvrerie… Bien au contraire la construction du récit aboutit à une réelle beauté du récit et avec un twist final de grand talent…

Même si le twist final a déjà été utilisé par d’autres auteurs, ici Errol Sabatini, lui donne un vraie sens psychologique pour donner une explication. Jamais je ne me serais imaginée cette fin, tellement le récit est bien construit ! L‘étrange s’invite sur la pointe des pieds.

Le plus ? Une petite note « oubliée » de l’auteur ! Que vous ne pourrez lire qu’une fois le livre terminé…

Un roman qui se déguste, mais qu’on dévore comme des petits biscuits…

Je remercie l’auteur pour sa confiance et le lire ne fait que confirmer que l’auto-édition est le terreau d’auteurs de talent.

Challenge ABC 2017 auto-édition

Profitant d’un changement de profession, il décide de se lancer dans l’écriture et de donner vie à son premier livre qui vivait au fond d’un tiroir.

Il écrit depuis l’enfance et lorsqu’il a le temps, il peint.