Archives pour la catégorie Masse critique Bablio

La nuit les loups de Vernet Hanna

 

Parution : 24 novembre 2017 – IS Éditions Collection Romans Prix papier : 12€ – Prix Numérique : 3,99€ – Pages : 104 – Genre : Thriller-psychologique

 

A la vie à la mort… Quand la noirceur de la vie laisse son emprunte indélébile sur toi… Dans ta mémoire, qui pour faire face décide de « buguer » pour survivre… Ça donne un livre avec ce titre qui semble étrange… Mais qui prendra tout son sens…

L’auteur, Hanna Vernet retrace avec une plume précise, l’histoire de ce couple à la dérive… Un couple dont la vie à deux est parsemée de doutes, de questionnement, qui peu à peu ne se connaissent plus… Enfin ont-ils seulement appris à se connaitre ? Ont-ils voulu s’apprivoiser ? Se confier ?

C’est une lecture très intéressante sur la communication, sur les mensonges que l’on peut faire consciemment ou par omission… Mais pas seulement… Il arrive parfois que la vie nous écrase avec ce qu’elle a mis sur nos routes et parfois notre cerveau n’a qu’une envie… Se mettre en pause… Mais sans compter sur le subconscient et là l’auteur arrive avec talent à faire surgir tout ce qui a pu être refouler par l’un des personnages.

Des personnalités complexes et chaque trait décrit les rend familier et on ne peut que vouloir comprendre, si les rêves, au sens réel du terme, de l’un, ne seront pas la perte de l’autre….

Malgré tout ce qui oppose ces deux êtres, qui se trahissent, se détestent parfois, mais restent ensemble… Comme une domination de l’un sur l’autre… Jusqu’au jour où la séparation inéluctable sera révélatrice des blessures de l’autre…

L’auteur nous entraine dans une atmosphère assez glauque, entre rêve et réalité, la frontière est parfois mince et au lecteur de trouver le ton… Entre les hallucinations, les souvenirs et les secrets, entre passé et présent…

La trame utilisée par l’auteur peu être déstabilisante, mais prend peu à peu sens et on en arrive à craindre cette fin qui arrive… Qu’on devine… Mais, qu’on pense impossible… Pourtant si l’auteur nous balance, sans fioriture, un uppercut que je n’ai pas vu venir… Avec une précision saisissante, elle illustre la perte de repère, la peur de cette vérité que l’on devine, l’impossible construction après un choc psychologique.

Le cerveau humain a cette capacité de nier l’évidence, au point que cela peut-être déconcertant… On refuse parfois de se souvenir, non par choix, mais pour se protéger de l’horreur que l’on a vécu… La noirceur de la vie est pourtant toujours tapie aux tréfonds de nous , prête à surgir et à nous dévorer, comme le ferait un loup…

Le parallèle que l’auteur fait entre le refoulement et les loups est une image très parlante, surtout pour un lecteur dont la vie aura été parsemée de chocs et pour qui les loups sont venus hurler dans la nuit… Le déni ne peut rester sous-jacent une vie entière et il faut parfois affronter ses démons, ses loups… Pour avancer et se construire…

L’être humain ne peut avancer avec les blessures que son âme n’aura pas apprivoisé, pour apprivoiser son moi profond et surtout le loup qui sommeil en lui…

Nous avons tous notre loup et si nous voulons avancer, construire, aimer le mieux est d’apprendre à le dompter… Pour se comprendre, mais surtout pour aider l’autre à comprendre notre personnalité, nos silences, nos peurs…

Avec un récit court mais dense, avec des personnages meurtris, l’auteur aborde la résilience, le déni et la capacité qui se trouve en chacun de nous de trouver sa voix profonde et écouter ces blessures pour les apprivoiser et apprendre à vivre avec… Et ne surtout pas rester sourd aux loups qui hurlent en chacun de nous…

Merci à IS Editions et à Babelio, pour cette lecture. Je suis déjà fan de cette maison d’édition et ce récit ne fait que confirmer mon sentiment.

Hanna VERNET est née en 1989, à Toulon. Après une licence de Lettres et un master de recherche en Imaginaires et Genèses littéraires à l’Université, elle prépare actuellement une thèse en littérature comparée.
Parallèlement, Hanna Vernet est chargée de cours en licence de Lettres Modernes à l’Université et travaille sur les droits des femmes et le féminisme en organisant régulièrement des conférences-débats autour de la question. Hanna Vernet signe également des chroniques dans diverses revues culturelles.
Après de multiples publications universitaires, Hanna Vernet revient à ses premières amours, la littérature, en publiant « Les rêves en noir et blanc », son premier roman.

Publicités

La Nature des choses de Charlotte Wood

Parution : 6 septembre  2017 Éditions du Masque  Prix papier :  20,90€ – Prix Numérique : 14,90€ – Pages : 288 – Genre : Thriller

Premier roman de l’auteur à être publié en France par les éditions du Masque que je remercie pour ce livre arrivé dans mon escarcelles grâce à Babelio que je remercie également.

J’étais ravie de découvrir ce livre qui promettait un bon moment de lecture avec une 4ème de couverture intrigante…

Au début on plonge facilement dans l’histoire de ces dix femmes emprisonnées au milieu du désert australien. L’intrigue plante un décor noir, dans un bush australien aride, sec à l’image de la sécheresse et la rudesse humaine à laquelle sont confrontée ces femmes, dont le seul tord est d’être femme indépendante, dans un monde dominé par les hommes, par l’image que la société a des femmes qui ont la mauvaise idée d’assumer leur sexualité… Aventure avec un homme politique, participante à l’émission « The Voice » séduite par le producteur, « Escort girl »…

Ces femmes, qui se veulent sur un pied d’égalité avec les hommes, mais que la société juge… Car ce qui n’est pas choquant pour un homme, l’est pour une femme… Le qualificatif est toujours négatifs vis à vis d’une femme qui aura eu une aventure sans lendemain… Ou aura eu une aventure avec un homme marié… Elles sont punies pour ces comportements… Du moins, c’est ce qu’elles pensent.

Le thème en lui-même est très intéressant et pose une vraie question sociétale…. Pour autant, ce livre qui a remporté plusieurs prix en Australie, a également causé de vifs débats…

J’ai été assez déstabilisée par les choix de l’auteur qui, sans jamais dévoiler le comment, distille une histoire intrigante, entièrement dans la suggestion… Le lecteur est mis à contribution et son imagination est titillée car plusieurs suggestions sont proposées à travers les pensées de ces femmes, mais sans jamais apporter une réponse claire…

Une lecture qui oblige le lecteur à ne pas être passif, à ingurgiter les informations… Le cerveau est en ébullition et on ressort de là un peu vidé.

Vidée, frustrée de ne pas en savoir plus sur ces femmes, mais épatée par la description que l’auteur fait des sentiments humains et surtout du désir de vivre coûte que coûte…

Les descriptions sont parfois à la limite du supportable mais mettent l’accent sur l’état d’esprit des protagonistes qui vont se retrouver enfermés, tout autant ces femmes que leurs geôliers… Et les rapports de force vont s’inverser…

Je m’attendais à un thriller mais je me suis trouvée embarquée dans un huis clos déstabilisant tout en suggestion et dans lequel la nature humaine est montrée telle qu’elle est… Dure, noire et animale…

Charlotte Wood est l’auteur de cinq romans et de deux documents. Elle est titulaire d’un BA de l’Université Charles-Sturt, d’un master de l’Université technologique de Sydney et d’un doctorat de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud. « La Nature des choses » (The Natural Way of Things, 2015), son cinquième roman et le premier traduit en français, a connu un succès retentissant en Australie en remportant de nombreux prix littéraires dont le prestigieux Stella Prize en 2016. Il sera publié dans neuf pays et une adaptation cinématographique est en cours. Charlotte Wood vit à Sydney.

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture