Archives pour la catégorie Qui suis-je

On pourrait dire que je suis une addict, une serial lectrice ! Ces termes me vont bien… Sur ce blog, chaque livre lu, mérite sa chronique. Que ce soit un coup de cœur ou une déception, je fais un retour honnête, argumenté et surtout sans ambiguïté ! Mes lectures sont principalement composées de thrillers, de post-apocalyptique, même si j’essaie de plus en plus de m’aventures vers de la SF. J’espère, SURTOUT vous donner envie de découvrir des livres qui sortent de l’ordinaire avec l’autoédition que j’apprécie particulièrement, car de bons auteurs méritent d’être mis en avant. Malgré ce jeu de mots, vous avez certainement deviné mon prénom. Je m’appelle Julie, j’ai décidé que le compteur de l’âge n’avait pas d’importance, puisque j’ai l’âge que j’ai dans ma tête. N’hésitez pas à venir me rejoindre sur Instagram et Facebook. Bonne lecture !

Un bébé pour Rosemary de Ira Levin

51ueywfjxzl

 Edition : Robert Laffont
 Parution : mai 2011 
 Pages : 364 
 Prix : 12€        
Genre : Fantastique, Science Fiction, satanisme

Un cinq pièces au Bradford en plein coeur de New York, quel bonheur pour un jeune couple! Rosemary et Guy n’en reviennent pas. Les jaloux disent que l’immeuble est maudit, marqué par la magie noire, que le sinistre Marcato y habita, que les sœurs Trench y pratiquèrent des sacrifices immondes…
Peu de temps après l’arrivée de Rosemary, une jeune fille se jette par la fenêtre.
Une étrange odeur règne dans les appartements. Quant aux voisins, leurs yeux sont bizarres, leurs prévenances suspectes. Guy lui-même change, et sa jeune femme, poursuivie par des rêves atroces, lutte en vain contre une terreur grandissante.
Que deviendra, dans ces conditions, le bébé de Rosemary…?trait-rouge

 » Et maintenant, en passant en revue les semaines et les mois écoulés, elle croyait y deviner la présence inquiétante de signes auxquels elle n’avait pas prêté attention et qui revenaient aujourd’hui à sa mémoire, des signe de l’imperfection de l’amour de Guy à son égard, d’une disparité entre ses paroles et ses sentiments. C’était un acteur; peut-on savoir à quel moment un acteur est sincère et cesse de jouer la comédie ? . »

« Tu as des cernes autour des yeux qui feraient pâlir de jalousie un panda. »

« Elle ne savait pas si elle était folle ou si elle avait raison. Si, les sorciers étaient des gens qui cherchaient à acquérir un pouvoir, ou s’ils détenaient réellement ce pouvoir ; si Guy l’aimait et était son mari, ou si c’était un traître, si c’était leur ennemi, à elle et à son enfant. « trait-rouge

Adapté au cinéma, en 1968 par Polanski, Rosemary’s Baby est un roman de Ira Levin qui, grâce à une écriture tout en sobriété, en subtilité a su créer une nouvelle forme d’horreur.

L’auteur parsème son histoire d’horreur, de paranoïa, de complot satanique pour parachever son oeuvre avec un dénouement qui monte crescendo et nous met les nerfs à vifs.

Cette ambiance oppressante et la sensation de malaise que l’on ressent sont tellement bien décrites que les années n’ont pas prises sur ce livre !

Le plume de l’auteur est toujours addictive et magistrale ! Ira Levin est fin psychologue  et fourni avec « Un Bébé pour Rosemary » un chef-d’oeuvre de la littérature horrifique. Nous sommes loin du tout gore qui envahi nos écrans et de plus en plus nos lectures.

La seule chose qui surprend c’est le regard de 2016 sur une société de 1966. La femme qui reste à la maison, s’occupe de la tapisserie, des repas et monsieur qui travaille…. une étude de société très intéressante !

Un classique de la littérature horrifique à mettre entre toutes les mains d’amateurs du genre. trait-rouge

ira-levinIra Levin est un écrivain américain auteur de pièces de théâtre, de romans de science fiction, policiers ou de thrillers.
Étudiant de l’Université de New-York, Ira LEVIN écrit son premier roman à 22 ans seulement,. A Kiss Before Dying [1953] reçoit le prix du meilleur premier roman de l’Association des auteurs américains de romans à énigme [Mystery Writers of America]. Ce succès l’encourage dans cette voie.
Trois ans plus tard, après son service militaire, il s’attaque au théâtre et écrit sa première pièce, une adaptation de Mac Hyman’s No Time for Sergeants.
Il continuera pendant toute sa vie à écrire à la fois comme romancier et comme auteur de pièce. Parmi ses succès de théâtre, la comédie Critic’s Choice, la comédie musicale Drat ! The Cat ! et les suspenses Veronica’s Room et Deathtrap. Certaines de ces pièces sont jouées encore aujourd’hui à Broadway.
Son roman le plus célèbre est Le bébé de Rosemary [Rosemary’s Baby, 1967], roman doux-amer qui fait d’une naïve américaine la victime d’une secte satanique. On accusa même le roman d’avoir favorisé un certain retour à l’occultisme !
Selon le New York Times, Ira LEVIN était d’ailleurs mécontent d’être associé au satanisme populaire qui a suivi la publication de Rosemary’s Baby : « Je me sens coupable de voir que Rosemary’s Baby a conduit à L’Exorciste ou à The Omen, confiait-il au Los Angeles Times en 2002. Une génération entière a été exposée et a une plus forte croyance en Satan ».
Rosemary’s Baby a été adapté au cinéma par le metteur en scène Roman Polanski en 1968, avec Mia Farrow et John Cassavetes dans les rôles principaux.
Dans Les femmes de Stepford [1972] (The Stepford Wives), un SF-thriller également adapté au cinéma en 1975, Ira LEVIN raconte la vie d’une petite cité pittoresque du Connecticut où les femmes sont remplacées par des robots. Un remake a été réalisé en 2004 avec Nicole KIDMAN.
The Boys From Brazil [Les Garçons du Brésil, 1976] est l’histoire d’un étrange complot nazi pour réscussiter Hitler et le Troisième Reich dans l’Amérique du Sud de la fin des années 70. Il a été adapté à l’écran en 1978, avec Gregory Peck et Laurence Olivier.

Ira Levin n’a écrit que sept romans en quarante ans de carrière mais en a vendu des dizaines de millions d’exemplaires.

Publicités

Sweet d’Emmy Laybourne

91ls33ymkel

 Edition : Hachette
 Parution : 14/09/2016 
 Pages : 300 
 Prix : 15,90€        
Genre : Thriller horrifique

Madame, Monsieur,
J’ai l’honneur de vous inviter à une extraordinaire croisière de luxe à bord de l’Extravagance !  Au programme : découverte en avant-première d’un produit miracle qui vous débarrassera de vos bourrelets disgracieux. Et sans efforts ! Vous rêvez de retrouver votre taille de guêpe ? Le Solu est fait pour vous. Le Solu n’est pas un amincissant comme les autres. Le Solu vous fera vraiment maigrir. Vous ne pourrez plus vous passer de lui. Je vous le garantis. N’attendez plus : rejoignez-nous sur les rives de Fort Lauderdale, en Floride, pour un embarquement imminent !
Au plaisir de vous aider à mincir,
Timothy Almstead, président de Solu Corporationtrait-rouge

« Il est tellement parfait que j’en ai un tsunami au cerveau. »

« – Quand tous les passagers seront à bord, explique Tom, ces deux hommes vont tracer une ligne sur la coque juste au-dessus de la surface de l’eau. Dans sept petits jours, quand l’Extravagance reviendra au port, la ligne se situera au moins trois mètres plus haut par rapport au niveau de l’eau ! Cela indiquera une perte de poids totale d’au moins 2 250 kilos pour les cinq cents passagers ! Je dis bien au moins 2250 ! »

« Le Solu va débarrasser l’Amérique des gros paresseux. Vous voyez le tableau ? »

 » – je ne te trouve pas grosse, Viv’. Ni toi ni moi. Je nous trouve parfaitement normales. En l’honneur de quoi on devrait être toujours plus minces ?
– Parce que les gens, quand ils voient ça, m’explique-t-elle en s’empoignant le ventre, ils voient de la faiblesse. Et je ne veux pas passer pour une faible.
– N’importe quoi ! moi, je ne pense pas ça quand je vois un ventre…
– Eh ben moi si !
Là, son regard s’abaisse une fraction de seconde sur mon ventre.
Ça fait mal. »trait-rouge

On part en croisière à bord d’un luxueux paquebot où riches et  célébrités vont pouvoir découvrir en avant-première le tout nouveau produit miracle pour perdre du poids, version sucrée !

Le Solu est annoncé comme LE produit miracle, qui fera fondre les kilos sans effort ! Il suffit d’en prendre une certaine dose par jour et la vie se veut parfaite !

Nos deux héros qui ne veulent pas goûter au Solu s’aperçoivent rapidement que le comportement des passagers devient agressif, qu’ils sont irrités dès qu’ils n’absorbent pas leurs doses, peu à peu ils se transforment en de véritables junkies prêts à tout pour le tout petit gramme de Solu. L’objectif premier de cette croisière est la perte de poids et ça fonctionne plus que bien et à une vitesse fulgurante, tellement bien …

Un vrai roman addictif qu’on dévore sans retenue et à une vitesse folle, l’angoisse et le suspense montent crescendo et prennent une tournure qu’on ne soupçonne pas, le rythme de l’intrigue est accentué par les différents points de vue, permet une parfaite immersion dans la croisière et son rythme ponctué par les doses de Solu.

Avec ce livre, l’auteur critique la société de consommation, notamment en évoquant l’addiction au sucre, sans jamais critiquer l’être humain. Elle souhaite à chacun d’accepter son corps et son apparence, mais elle met aussi en garde contre les effet ravageurs des faux sucres contenus dans beaucoup de produits de consommation. La critique est dirigée vers les grands noms du soda et les mauvaises habitudes alimentaires données par les multinationales, encourageant encore et toujours la consommation de sucres.

Un cercle vicieux que dénonce l’auteur qui racontera son parcours dans les remerciements.

Avec une fin ouverte, on se demande si l’auteur envisage une suite ou si cette conclusion laisse libre cours à notre imagination…

Une croisière de rêve, des personnages attachants, un produit miracle pour maigrir, que demander de mieux ? À moins que le Solu ne nous transforme en monstres junkies à la recherche d’une dose…

Merci aux éditions Hachette et à NetGalley pour cette lecture.

trait-rouge

nm0493494Emmy Laybourne est romancière, parolière, scénariste, enseignante. Elle a aussi joué quelques rôles au cinéma et dans des sériées TV. Elle vit à New York avec son mari, ingénieur en informatique, et ses deux enfants. Seuls au monde est son premier roman.

Martin Luther King : J’ai fait un rêve

814yv2-8cbl

 Scénario :  Teitelbaum, Michael  - Helfand, Lewis 
Dessin : Kumar, Naresh 
 Couleurs : Sherawat, Pradeep  - Sharma, Vijay 
 Editeur : 21g 
 Collection : Destins d'histoire 
 Planches : 109 
 Parution : 30/10/2014

Cela paraît impossible à croire aujourd’hui, mais il y a moins de 50 ans, le Sud des Etats-Unis vivait encore dans un système ségrégationniste où les Noirs ne pouvaient pas bénéficier des même droits que les Blancs. Fils d’un pasteur baptiste et pasteur lui-même, MLK Jr. rêvait d’une nation où chacun serait jugé selon ses qualités et non selon la couleur de sa peau. Son discours devant le Mémorial Lincoln en Août 1963, resté célèbre par la formule « I have a dream – j’ai fait un rêve » en fait le principal artisan de la prise de conscience de tout un peuple. Disciple de Gandhi et de sa philosophie de la lutte non-violente, il prend la tête du combat pour les Droits Civiques et obtient du Président Lyndon B Johnson la reconnaissance des droits égaux pour les Noirs dans tous les Etats-Unis. Son assassinat à Menphis en avril 1968 déclencha des émeutes dans tout le pays. Depuis 1983, le troisième lundi de Janvier est férié aux USA en son honneur.

Jamais la liberté n’est accordée par l’oppresseur, elle doit être conquise par l’opprimé.

Une BD très bien documentée et instructive. Les auteurs reviennent sur les grands moments et les figures emblématiques de la lutte contre la ségrégation raciale, de Rosa Parks , du boycott des bus de Montgomery, de l’élection en 2008 de Barack Obama à la présidence, l’assassinat d’Emmett Till ou le « Bloody Sunday ».

Parsemée d’un certain nombre de photographies représentants le pasteur à la tribune, ainsi que des extraits de ses célèbres discours : celui de 1964 à Oslo alors qu’il recevait le Prix Nobel de la Paix ; celui de la lettre dite « de la prison de Birmingham » ; celui de Washington le 28 août 1963.

De son enfance aux côtés d’un père très engagé à son ascension en tant que leader de la lutte contre la ségrégation, cette BD dévoile tous les grands moments de Martin Luther King. On apprend ainsi qu’il était un admirateur de Gandhi, que c’était un orateur dès le lycée, qu’il était farouche opposant à la guerre au Vietnam.

Au-delà de son parcours politique et de sa vie de famille, cette BD nous montre ses différents combats : contre la ségrégation raciale dans les transports et lieux publics d’abord, puis pour garantir l’accès au vote des électeurs noirs ou pour améliorer le sort des Noirs des quartiers pauvres des états du nord.

La lutte pour le droit des éboueurs de Memphis à un meilleur salaire sera son dernier combat : le 4 avril 1968 Martin Luther King est victime d’un assassinat perpétré par un ségrégationniste blanc armé d’un fusil.

Au dernier chapitre on voit l’héritage laissé par le pasteur : les émeutes raciales qui suivent sa mort, la poursuite du combat mené par sa femme et ses enfants…

Une dizaine de pages nous montre la chronologie de l’émancipation des noirs aux États-Unis et propose une interview d’un père et sa fille, tous deux Noirs et nés aux Etats-Unis, qui reviennent sur les conséquences qu’ont eu pour eux les combat de Martin Luther King des années 1964 à aujourd’hui.

 

13 à Table, 2017 : Le jeu

Un concours sympa pour la bonne cause 🙂

Collectif polar : chronique de nuit

13 à table le jeu

Hello, chose promise, chose…


Comme l’an dernier…Voici donc, en cette période d’avant Noël, un petit jeu concours afin de gagner trois ou quatre exemplaires de la dernière édition 2017 de 13 à Table.

téléchargement (12)Les éditions Pocket renouvellent l’opération « 13 à table », qui a permis aux Restos du coeur, l’année dernière, de distribuer plus de 1 500 000 repas supplémentaires.
Pour la troisième année consécutive, Pocket et quelques auteurs prestigieux s’engagent aux côtés des RESTOS DU CŒUR !
13-a-tableC’est une opération exceptionnelle qui a réussi à mobiliser l’ensemble de la chaîne du livre. De l’écriture, jusqu’à la fabrication, l’édition et la distribution des auteurs aux imprimeurs, aux maquettistes en passant par les libraires, tous ont travaillé gratuitement pour proposer un projet entièrement bénévole  dont les profits seront reversés à cette association. Le but est d’atteindre  au minimum 300 000 exemplaires vendus et ainsi distribuer 1,2 million de repas. Pour qu’1 livre acheté = 4 repas distribués. Le livre est vendu 5 euros.

5€…

View original post 315 mots de plus

Les Mille et une nuits de Jacques Cassabois

817dror3dl

Editions : livre de poche Jeunese Parution : 17 août 2016 Pages : 288  Prix : 5.90€

Humilié par son épouse volage, Shahryar, le roi de Perse, est persuadé que les femmes sont incapables d’être fidèles. Il décide d’épouser chaque jour une jeune fille qu’il tuera le matin suivant, après la nuit de noces, en guise de vengeance.
Pour mettre un terme à cette folie, la courageuse Shéhérazade se porte volontaire, et devient la nouvelle épouse de Shahryar. Pendant mille et une nuits, elle l’entraîne dans d’extraordinaires récits, peuplés d’étonnants personnages – tels que le pêcheur et le démon, Ali Baba, les trois calenders, ou les cinq dames de Bagdad…
Shéhérazade capture son intérêt et l’émerveille tant que, chaque matin, Shahryar lui accorde un sursis. Il ne la tuera pas, pas encore, pas avant d’avoir entendu la suite de l’histoire.  Lentement, guidé par la douceur et la patience de son épouse, les tourments du roi s’apaisent, et peu à peu, Shahryar réapprend à aimer.

Chaque jour, le roi Shahryar épouse une nouvelle femme.
Chaque soir, il s’endort dans ses bras.
Chaque matin, il l’exécute.
À l’aube, viendra le tour de Shéhérazade,
A moins qu’elle ne parvienne à arracher un sursis à son bourreau.

Plus besoin de présenter les Mille et une nuits, chef-d’œuvre de tous les temps, mais Jacques Cassabois, nous présente une version remise au goût du jour, qui s’adresse aux plus jeunes à partir de 9 ans.

En moins de 300 pages, l’auteur, dresse les grands contes des Mille et une nuits comme le pêcheur et le démon, Ali Baba, quarante voleurs et une servante, Les trois calenders, Les Cinq dames de Bagdad. L’histoire de Shahryar et Shéhérazade font quelques apparitions dans le récit, pour nous faire comprendre comment la belle Shéhérazade tente de toucher son mari et le faire revenir sur sa décision.

J’ai découvert, la plume de l’auteur grâce à Netgalley et j’ai été emballée par cette version qui rend accessible aux plus jeunes un chef d’oeuvre de la culture persane, grâce à une écriture accessible.

A découvrir et faire découvrir.

 

picsart_09-27-12.25.24.png

Jacques Cassabois « aime les personnages qui résistent, capables de secouer l’ordre des choses, de  lever les énergies de chacun, d’entraîner derrière eux, riches d’ampleur, porte-parole des plus hautes qualités de l’homme. »
C’est ainsi qu’il a « fréquenté Sindbad le marin, Gilgamesh le Sumérien, Tristan et Iseut, la lumineuse Antigone, chevauché aux côtés de Jeanne d’Arc, accompagné les troupes d’enfants de 1212, en route pour délivrer Jérusalem, partagé la colère des Hérissons qui défendent leur avenir face aux menaces des puissants, et admiré Héraclès l’Obéissant repousser ses limites pour ouvrir une voie directe qui relie la Terre au Ciel. »

Nini Zombie, tome 1 : Celle qui n’existait plus de Lisette Morival et Fabrizio Borrini

13263881_489114337964271_6920810571617221492_n

Nini est morte. Ce pourrait être la fin mais c’est le début d’une nouvelle aventure pour la jeune fille devenue un zombie. Mais rien n’est simple dans sa nouvelle vie. En renaissant, Nini a perdu la mémoire et ne se souvient que d’une chose : elle est dessinatrice. Mais qui est-elle vraiment ? Pourquoi le professeur Spirit l’a-t-il ramenée à la vie ? Et qui est Zékiel, ce feu follet qui se prétend éperdument amoureux d’elle ? En partant à la recherche de son passé, Nini va prendre de gros risques. En effet, un lourd secret plane sur sa famille et de nombreuses personnes souhaiteraient qu’elle reste amnésique. Et puis surtout, la mort rôde et elle est prête à tout pour récupérer l’âme perdue de « celle qui n’existe plus ».

Editions : Kennes Parution :Mai 2016 Pages : 165  Prix : 12,90

Dessins Fabrizio Borrini Scénarios Lisette Morival

La couverture moderne et fantastique, donne le ton à cette histoire de zombies. Un roman, avec cette thématique destiné à un jeune public est assez rare pour le souligner.

Nini Zombie est une une bonne surprise. L’intrigue est pleine de suspense d’actions et de rebondissements, ce qui donne un rythme assez dynamique doublée d’une écriture fluide.

Les évènements s’enchainent au retour de colonie de vacances de Nini et sa soeur Eloïse, lorsque les parents ne viennent pas les récupérer. Le lecteur est vite immergé dans la situation de ces deux jeunes filles, avec un récit court pour encourager les jeunes lecteurs et donner goût à la lecture.

13312707_489181661290872_6180378666546379717_n

Je l’ai lu en une journée et je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer !

L’histoire est assez noire : des zombies, des savants fous, la Mort… mais le tout présenté d’une manière joviale et à aucun moment on tombe dans le glauque ou le morbide.Peut-être ce livre permet-il aussi d’aborder la mort…

Le livre est parsemé de petites illustrations représentant certaines scènes abordées, ce qui rend la lecture fluide et distrayante.

13321828_489116444630727_8928063126828195360_n

Merci à Babelio et aux éditions Kennes pour l’envoi de ce roman jeunesse

13330945_489116414630730_9003342021122291507_n

picsart_09-27-12.25.24.png

avt_lisette-morival_7544

Comédienne, éditrice, écrivaine, ainsi qu’une scénariste française de bande dessinée, institutrice puis professeur de français, Lisette Morival aime par-dessus tout l’écriture. Elle a enseigné d’abord dans son pays natal, la France, puis décide de partir exercer aux États-Unis en 1983.
Elle reprend à 30 ans des études de journalisme et se consacre notamment à la création de magazines pour enfants au sein des plus grandes sociétés de presse françaises. Elle a été le 9ème rédacteur en chef du Journal de Mickey, succédant à Marion Desjardins. en février 2003, Lisette devient la rédactrice en chef du magazine de mode pour adolescente, W.i.t.c.h. Mag. En 2006, Lisette Morival scénarise deux histoires mettant en scène Winnie l’ourson et ses amis. En 2013, elle crée sa propre société d’édition, Didascalie.En parallèle, elle écrit des romans et des nouvelles dont deux recueils de souvenirs d’enfance coécrits avec Philippe Delerm. Elle est aussi l’auteur de nombreuses pièces de théâtre, jouées régulièrement sur les scènes parisiennes, et de pièces radiophoniques pour France Musique.

102367081

Fabrizio Borrini est né à Liège le 14 avril 1960. D’aussi loin qu’il se souvienne, Fabrizio Borrini a toujours eu la fibre artistique. Dès ses quinze ans, il entre à l’Académie des Beaux-Arts de Liège où, à défaut de fréquenter assidûment les cours, il hante les couloirs, s’imprègne de l’atmosphère artistique des lieux et discute bande dessinée avec d’autres mordus.Son envie de faire de la BD est de plus en plus forte. Dans les années 80, Fabrizio Borrini publie « Suplex et Caltex » aux éditions Magic Strip. Ce premier album a un très bon accueil et lui ouvre les portes… de la publicité et du multimédia. Entre la réalisation de génériques pour la télé, de décors pour le théâtre et de publicités, Borrini n’a plus beaucoup de temps à consacrer à la BD. Ce n’est qu’en 1994 qu’il fait son retour dans le monde de la bande dessinée. À la demande du rédacteur en chef de l’époque, il entre dans la grande famille du Journal Spirou. Il animera tout d’abord la satire « Test à claques » avec Janssens au scénario. Toujours avec Janssens, il réalise par la suite une série d’histoires courtes. Viennent enfin les enquêtes délirantes de « L’inspecteur Zbu » qu’il anime avec Omond.

Las Vegas Terminus de 

Merci à Babelio pour ce livre. La masse critique est un moyen de faire de belles découvertes et parfois on accroche pas ! Cela ne veut pas dire que le livre est mauvais (enfin parfois si ;)) mais que tu n’adhère pas au genre ! 

Terminus Las Vegas fait partie des livres qui ne laisse pas indifférent !  Soit on aime soit on n’aime pas ! Malheureusement je n’ai pas été réceptive au genre!

L’écriture est fluide et agréable. Mais trop décalé pour moi qui suis plus ancrée dans le réel.

Las Vegas est dépeind dans ce qu’il y a de plus noir, de plus vil de part les personnages et en cela j’ai trouvé que le livre était ancré dans une réalité profonde. Les personnages font ressortir ce qu’il y a de plus mauvais, de plus manipulateur . … Mike Jagger et Georges Clooney sont ridicules …

Un livre qui me laisse un goût de perte de temps malgré quelques points intéressants.

« Je connaissais déjà l’issue du voyage. »

Las Vegas n’existe pas. À moins de considérer comme réel un Éden de néon que les cartes situent au milieu du désert de Mojave.

Les rêves qu’inspire la ville sont à l’aune du stuc de ses palaces. Les épaves attirées par ses enseignes clignotantes (escroc à bout de souffle, call girl en fin de course, rocker en bad trip, réalisateur mythomane et autres figures de l’évangile des perdants) perpétuent une tragi-comédie remontant à la nuit des temps. Avant même que les rouleaux du bandit-manchot ne se soient immobilisés, que la bille de la roulette ne se soit arrêtée sur un numéro perdant ou que les dés ne soient retombés… la partie est déjà jouée.

Ces nouvelles de Pierre Mikaïloff ne manqueront pas d’emporter, et de séduire ou désillusionner les fans des grandes heures de la musique, avec entre autres un Keith Richards enregistrant une publicité pour une chaîne d’opticiens ou un Mickael Jackson reniant son Thriller, cette « merde funky »…

Pierre Mikaïloff est né loin d’Ann Arbor. Traumatisé à jamais par les dix secondes d’intro de « God Save The Queen », il s’essaiera lui-même à la fuzz box, avec les Désaxés, puis avec Jacno, avant de composer – sans fuzz, cette fois – la B. O. de Shimkent Hôtel (2004).

Il publie, avec un certain retentissement, « Some Clichés », une enquête sur la disparition du Rock’n’roll (2006), est aussi l’auteur d’un polar, Tournée d’adieu (2007), de nouvelles, publiées dans Minimum Rock’n’roll et ailleurs, et pratique à l’occasion le journalisme gonzo (Rock&Folk, Nuke Mag, Fluctuat.net…).

2008 voit la sortie d’un premier roman noir, « Tournée d’adieu », aux éditions La Tengo.

Début 2009 il publie un portrait de Françoise Hardy, suivi trois mois plus tard d’une biographie de Noir Désir.

Magazine n°1 disponible dès maintenant

Ceux qui me suivent depuis un moment savent à quel point j’aime découvrir de nouveaux auteurs et surtout lire des auteurs auto-édités ! Je trouve que ces dernières années de jolies pépites sortent du lot, ce qui fera taire les mauvaises langues qui disent que l’auto-édition c’est de la M…. Donc pour vous donner un p’tit aperçu de ce qui peut se faire, je vous invite à découvrir ce magazine. Prochainement je vous dirais en détail ce que j’en ai pensé, mais en attendant, découvrez-le et on pourra en discuter 😉

L'Indé Panda

Vous l’attendiez ? Le numéro 1 est enfin disponible ! Jetez-vous dessus sans hésiter, il est entièrement gratuit 😉

Nous espérons qu’il va vous plaire ! (pour rappel, sommaire ici)

couv-1

Cliquez ici pour ouvrir le magnifique PDF travaillé par notre graphiste

Les liens pour télécharger la version ebook :

Amazon (format mobi lisible non seulement sur Kindle mais aussi tablette, ordinateur et smartphone avec l’application gratuite. C’est le format que nous vous demandons de privilégier afin de nous aider à monter dans le classement et de gagner ainsi en visibilité -même si vous ne lirez que le PDF, un petit clic sur Amazon nous aidera grandement).

Bookelis (format epub)

C’est parti, nous avons besoin de vous, chaque téléchargement, chaque partage, chaque commentaire compte pour soutenir notre projet et nos auteurs.

De la part de toute l’équipe bénévole de L’Indé Panda qui travaille sur ce magazine depuis plus de six mois, un…

View original post 2 mots de plus

Bd django unchained de Quentin Tarantino

Django Unchained, le film de Quentin Tarantino, a remporté un très grand succès au niveau du public et des critiques en 2013.

Dès janvier 2014, la BD fait son entrée dans le prolongement du film, puisque c’est Tarantino en personne la scénarise avec plusieurs illustrateur qui assurent le dessin.

hzalczz6yhrxtyu2h4caktfycrfwu5p1-page8-1200

Django, ancien esclave s’associe avec le Dr. Schultz en tant que chasseurs de prime. Les deux hommes vont développer une belle amitié et tenter de sauver Bromhilda, l’épouse de Django, vendue comme esclave à l’un des plus vils « négriers » du Mississippi…

Un film que j’ai beaucoup aimé, avec le très bon casting de Jamie Fox à De Caprio en passant par  Christoph Waltz dans le rôle du docteur Shultz.

Même si la BD se laisse lire, j’ai été déçue dans l’ensemble.

La transposition du script d’origine de Tarantino, avec les scènes coupées promettait d’être superbe ! Mais je n’ai pas ressenti de plaisir particulier !

La reproduction est trop identique au film, sans se démarquer, alors que le support BD, donne une liberté d’action, c’est en fin de compte une transposition du script d’origine, du coup je me suis ennuyée…

Le Dr Shultz n’a aucun charisme ! L’attitude plutôt cool de Django a disparu et la BD perd tout l’attrait que le film avait.

planchea_206917

J’ai trouvé dommage que les dessins soient trop ressemblants aux visages des acteurs du film, au lieu de partir sur des nouveaux en accentuant peut être leurs traits de caractère, en plus les visages sont vraiment ratés (enfin pour moi)

hzalczz6yhrxtyu2h4caktfycrfwu5p1-page9-1200-10a2c

Danijel Zezelj est le seul qui se démarque et dont j’ai aimé les dessins, il n’a pas essayé de copier le film et ça fait u bien.

Pour un western, il y a une absence quasi douloureuse de décors ! Ce qui donne une BD quasiement ans âmes.

Malgré quelques planches très sympa, cette BD n’apporte rien de nouveaux.

peut être suis-je influencée par le film, peut être qu’une personne qui ne l’a pas vu aura un oeil nouveau et trouvera à cette BD l’âme qui lui manque !

Pourtant Tarantino s’est entouré de pas moins de 4 talents, ce qui entraine différents coups de crayon propre à chacun et peut perturber la lecture.

81zf65fju9l

 

Scénario :  Tarantino, Quentin – Dessin : Cowan, Denys , LaTour, Jason , Zezelj, Danijel, Guéra, R.M. Couleurs : Brusco, Giulia, Villarrubia, José – Editeur : Urban Comics – Collection : Vertigo Deluxe Planches : 272 – Parution : 01/2014

1858, sud des États-Unis. Le Dr King Schultz, ancien dentiste devenu chasseur de primes, fais l’acquisition de Django, un esclave à qui il propose un marché : l’aider à capturer les frères Brittle en échange de sa liberté. Tandis que les deux hommes entament leur traque, Django ne perd pas pour autant de vue sa principale préoccupation. Dès qu’il sera libre, il partira à la recherche de sa femme, vendue comme esclave à un riche propriétaire terrien du Mississippi.

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

 

« Zahra’s paradise » de Amir & Khalil

Zahra’s paradise a d’abord été publié sur internet en une douzaine de langues : le farsi, l’arabe, le hollandais, le français, l’espagnol, l’italien, l’anglais, le coréen, l’hébreu, le portugais, l’allemand et le suédois. », une planche à la fois, tous les trois jours. Face au succès, le roman graphique a pris le relais.

Ce roman graphique porte le nom du plus grand cimetière en périphérie de Téhéran. L’ayatollah Rouhollah Khomeini, père de la révolution islamique, y est enterré.

C’est une fiction, directement inspirée de nombreux témoignages de disparitions réelles, lors de la répression des manifestants qui ont défilé dans les rues de Téhéran en contestation aux résultats des élections présidentielles iraniennes de 2009.

En fin d’ouvrage une explication sur l’origine de ce projet, l’élection présidentielle de 2009, les déclencheurs du printemps arabe et notamment un texte de Paulo Coelho sur Neda, cette jeune femme dont la mort, filmée, a fait le tour du monde.

neda2-1258472609

J’ai été très émue, en larmes, notamment lors des 14 dernières pages qui recensent les noms des 16901 personnes exécutées, assassinées ou abattues dans des manifestions depuis l’instauration de la République islamiste.

Les mots « république » « démocratie » ne sont que des mots notés dans une constitution fantôme, l’Iran pays de la censure et des droits de l’homme bafoués.

Avant de lire Zahra’s Paradise, je ne connaissais pas, la pendaison par grue, concept inventé en Iran. Elles ont deux fonctions : construire les bâtiments et pendre des êtres humains… Quel paradoxe !

zahrah-def40-120page46

Les auteurs, pour des raisons politiques, ont choisi de rester anonymes et ont pris des noms d’emprunt, Amir et  Khalil. L’un est journaliste, militant des droits de l’homme, qui a quitté l’Iran vers l’âge de 12 ans, peu après la révolution de 1979. L’autre, dessinateur, est arabe et côtoie de nombreux iraniens. Il s’est senti fortement concerné par les évènements qui se sont déroulés en Iran en 2009.

Depuis la Révolution de 1979, l’Iran est une république islamique, théocratique qui repose sur la souveraineté du peuple mais surtout sur la volonté divine. Le chef de l’Etat est le Guide de la révolution, appelé Guide Suprême, nommé à vie, a tous les pouvoirs, . C’est le plus haut responsable politique et religieux du pays.
Le peuple a beau élire le président de la République, mais tout est contrôlé par les organes religieux, surtout le parlement, supervisé par le Conseil des gardiens de la Révolution.

Le 12 juin 2009, le président sortant Mahmoud Ahmadinejad est réélu avec 63% des votes mais les résultats sont très vite contestés par des nombreux iraniens et les autres candidats. Des  manifestations en masse s’ensuivent à Téhéran et dans tout le pays.

« Où est mon vote ? » se demandent des millions de manifestants. Une répression sans commune mesure s’en suit, que les médias étrangers n’ont pas le droit de diffuser ! Mais c’est sans compter sur les nouvelles technologies qui permettent de déjouer la censure et de diffuser la répression à l’extérieur de l’Iran.

zahraspage049

Ces manifestations sont certainement les plus importantes en Iran depuis la Révolution de 1979.

Bref, revenons à ce roman graphique qui m’a beaucoup touché et qui m’a permis de faire pas mal de recherches !

Suite à son arrestation, Medhi a été emmené par les bassidji (milice à la solde du pouvoir islamiste), à Kahrizak, centre de détention illégal où sont envoyés tous ceux considérés comme opposants à l’ordre islamique.

zahrah-def40-120page26

Des conditions inhumaines  de détention : tortures, viols, cellules infectes, « tabassages » en règle … De simples manifestants y ont séjourné, disparu… suite à la manifestation de 2009.

zahra-page-26_095739

Les Iraniens n’avaient jamais entendu parlé de ce centre, rapidement fermé par l’ayatollah Kamenei, sûrement pour éviter que le scandale n’éclabousse trop le pouvoir… Mais il était trop tard …

zahra-s-paradise_797960

On ne peut refermer ce livre, sans se dire que nous avons malgré tout de la chance !!!

Un livre qui devrait être mis entre toutes les mains, surtout en ces temps troubles où les idées d’extrême droite sont de plus en plus diffusées et cela sans honte et sans remords ! Je pense à ces réfugiés que la France accueil et à tous ces gens obligés de fuir leur pays pour survivre ! Quand j’entends, « mais ils ont tout en arrivant » : ils ont aussi tout perdu… « On ferait bien de fermer les frontières…. »

zahraspage099

A ces gens, j’ai envie de poser une question : « Et si cela arrivait en France et que cela soit à nous français de devoir tout quitter et de devoir nous réfugier dans un autre pays, ne seriez-vous pas contents que l’on nous aide sans nous juger, pour nous aider à survivre !!! Ne seriez-vous pas simplement contents d’être en vie !!! ? »

Quand je lis les commentaires qui foisonnent sur les réseaux sociaux, j’ai une envie de vomir de dégoût face à la bêtise humaine et surtout face à la haine qui n’engendre que la haine !!!

L’individualisme n’engendre que la haine !!!

Je peux comprendre certaines peurs, mais pas le rejet en bloc de ce que l’on ne connaît pas !

La force de l’être humain est sa pluralité et sa diversité c’est cela qui fait un vivre ensemble.

zahraspage107

Scénario :  Amir  Dessin : Khalil

Couleurs : N&B Traduction : Marion Tissot 

EditeurCasterman  Planches : 270

Situé en Iran, après l’élection présidentielle frauduleuse de 2009, Zahra’s Paradise est l’histoire fictive (mais fortement inspirée de nombreux témoignages réels) de la recherche de Medhi, un jeune manifestant qui a disparu dans les goulags de la République islamique. Seuls le courage d’une mère refusant d’abandonner son fils et la ténacité d’un père qui explore les méandres des prisons des ayatollahs se dresseront contre l’horreur et l’injustice d’une telle disparition. Zahra’s Paradise a d’abord été publié sur Internet en une douzaine de langues, dont l’anglais, l’arabe et le farsi. Cette histoire a ainsi été lue par des milliers de lecteurs partout dans le monde et a déjà reçu un accueil enthousiaste de la presse internationale. Une première pour un roman graphique.

41ryi-wsoal