Archives pour la catégorie Thrillers/Polars américains

Légion de Brandon Sanderson

Parution : 20 janvier 2016 – Le Livre de PochePrix papier : 6,10€ – Prix Numérique : 4,99€ – Pages : 96 – Genre : Thriller-psychologique 

« Mon nom est Légion, parce que nous sommes nombreux. »

Stephen Leeds, dit « Légion » est doté d’une intelligence au-dessus de la moyenne, puisqu’il peut apprendre n’importe quoi en un temps record, mais son savoir sera géré par une de ses personnalités, sous forme donc d’hallucinations, qui sont autant d’aspects de lui-même. Il vit entouré de ces entités et riche, puisqu’il loue ses services…

Pour certaines personnes, un scientifique qui disparait n’est pas une mince affaire, mais pour « légion », c’est du gâteau… Enfin pas toujours facile de devoir exprimer ses pensées, quand on est le seul à voir les personnes avec qui ont discute…

Pourtant ici, c’est la clé de l’intrigue, ce qui fascine, ce n’est pas l’enquête en elle-même, ni le fait que le scientifique disparu est l’inventeur d’un appareil photo capable de prendre des photos du passé… Ce qui est fascinant c’est la construction que l’auteur a apporté à son personnage, multi personnalités donc multitâche, donc méga compétent!

Dommage que l’intrigue soit trop empruntée à Dan Brown avec le Da Vinci Code. Nous embarquons donc avec tout ce petit monde, vers Israël pour récupérer cet appareil dont la possession peut faire basculer le cours des croyances religieuses, notamment pour prouver l’existence de Jésus… Jusque là ça se tient, mais l’auteur fait intervenir des terroristes avec des visées politico-religieuses que j’ai eu du mal à cerner, mais qui n’apportent rien au récit. Il aurait été intéressant de pouvoir en apprendre plus sur ce fameux appareil photo.

Nous sommes ici dans les fondations de « Légion » ce personnage qui passe pour schizophrène aux yeux du monde, mais qui s’avère un véritable génie.

C’est le premier livre de l’auteur que je découvre et je ne suis pas certaine de lire ses autres œuvres, non pas que l’auteur ait une plume difficile à appréhender, mais parce que je ne suis pas fan de fantasy,  son genre de prédilection. Pour autant, je me suis régalée avec ce personnage atypique dont la personnalité est extrêmement bien construite, ainsi que la personnalité de ses avatars, qui lui permettent de prendre du recul et de gérer que ce soit ses émotions ou les enquêtes qui lui sont soumises.

Un récit qui nous entraine dans les méandres du cerveau humain et de sa complexité, c’est brillant.

J’ai hâte de découvrir le second opus, avec « À fleur de peau »

Sanderson a commencé à publier en 2005 et s’est imposé auprès du public comme l’un des meilleurs auteurs de fantasy de ces dernières années, grâce à son cycle des Fils-des-Brumes et à celui des Archives de Roshar. Auteur de best-sellers traduits en plus de quinze langues, il a vendu plus de 5 millions d’exemplaires à travers le monde.

 

Publicités

La Saison des feux de Celeste NG

Parution : 5 avril 2018 – Sonatine EditionPrix papier : 21€ – Prix Numérique : 14,99€ – Pages : 384 – Genre : Thriller psychologique

 

Le feu brule entre ces pages ! Il consume le lecteur, comme il consume les personnages…

Des personnages vivants dans une autre sphère, qui pensent avoir tous les droits mais surtout toutes les réponses… Il suffit d’un grain de sable pour que tout parte en fumée, à l’image de ces non-dits et des secrets qui jalonnent le récit.

Une intrigue que l’auteur construit sur des bases que l’on pourrait penser branlantes, mais tout est étudié, millimétré pour que le récit soit d’une rare qualité. La plume, raconte détaille, décortique avec minutie, pour terminer sa course folle avec une psychologie des personnages qui enflamme le lecteur.

Chacun sera touché par la grâce… La grâce ou la révélation de leur identité propre… Ils vont passer d’êtres lisses, insipides pour prendre de l’épaisseur et trouver leur identité. Une identité qui sera gravée en eux… Mais leur sera peut-être salvatrice un jour… Sans qu’eux même ne sachent réellement d’où leur vient ce goût amer… Une amertume qui devient palpable au fil du récit et qui prend tout son sens… Mais les regrets sont-ils salvateurs ? Les regrets corrigent-ils la trajectoire que l’on peut prendre ?

Parfois oui ! Parfois les regrets, nous font prendre conscience de nos erreurs et nous tentons de corriger le futur. Mais certaines personnes, ne sont pas prêtes à assumer leurs erreurs et leurs regrets les consumeront. Jamais ce feu ne s’éteindra…

La saison des feux est non seulement physique et réelle avec cette maison qui se consume littéralement… Mais c’est surtout un feu, que chaque être de cette intrigue va effleurer. Chacun aura sa part de doute, sa part de remise en cause… Mais parfois le feu laisse des cicatrices indélébiles qui marquent au fer rouge, et celles qui font le plus souffrir ne sont pas les plus apparentes.

J’ai plongé dans cette histoire qui m’a prise dans ses filets, pour me recracher en deux jours, sonnée, meurtrie au même titre que ces personnages que l’auteur malmène, mais qu’elle va faire évoluer, grandir et cela d’une manière lente, douce, emplie de rage. Chacun sortira différent, le lecteur aussi… Un lien ténu mais invisible se créé, non pas avec des révélations qui laissent sur le carreau, mais par cette trame, ce tissage solide que les êtres arrivent à créer…

Avec sa plume, l’auteur dissèque l’existence lisse d’une certaine frange de la population américaine, en livrant une vraie étude sociétale mais surtout livre un thriller d’une rare densité.

Je remercie les éditions Sonatine pour leur confiance, Babelio pour la masse critique et NetGalley, grâce à qui j’ai pu découvrir cette plume vers laquelle je retournerai avec plaisir.

Originaires de Hong Kong, ses parents se sont installés aux États-Unis à la fin des années soixante. Son père, physicien, a travaillé au Glenn Research Center et sa mère, chimiste, a enseigné à l’Université d’État de Cleveland.
Elle obtient un BA d’anglais à l’Université Harvard en 2002, puis un MFA en écriture à l’Université du Michigan où elle a été lauréate du prix Hopwood pour sa nouvelle « What Passes Over ».
La nouvelle « Girls at Play » a obtenu le prix Pushcart en 2012.
Son premier roman, « Tout ce qu’on ne s’est jamais dit » (Everything I Never Told You, 2014) a été récompensé aux USA par l’Alex Award et le Massachusetts Book Award en 2015, et en France par le Prix Relay des Voyageurs – Lecteurs 2016.
Avec son deuxième roman, « La Saison des feux » (Little Fires Everywhere, 2017), elle confirme son talent exceptionnel. Il va être adapté en mini-série produite et jouée par Reese Witherspoon et Kerry Washington.

Son site : https://www.celesteng.com/