Archives du mot-clé apocalyptique

Le couloir des âmes Tome 2 : la vengeance de Claire de Julie Jkr

Cqe8i2MW8AIMJYw.jpg large

Attention, je vous conseille de de lire le premier livre de Julie Jkr avant d’envisager de lire celui-ci !

Titre : Le couloir des âmes : la vengeance de Claire

Auteurs : – Julie JKR

Éditeur : Auto-édition

Parution : 19 septembre 2016

Claire est désormais prisonnière de son père, le sorcier Marshall, dans le couloir des âmes. Elle découvre qu’elle n’y est pas la seule à y errer en attendant une mort affreuse. D’autres femmes complètent cette triste galerie. Au sein de ce harem de l’épouvante, le mage noir espère sans doute trouver sa reproductrice et l’enfanter au plus vite. Avec la complicité de Camille, une autre captive, Claire envisage de fuir cet endroit maudit pour alerter les autorités et mettre fin aux atrocités du maître des lieux. Mais peut-elle accorder sa confiance à Camille ou bien Marshall, en marionnettiste tout puissant, la manipule-t-il pour tendre un piège fatal à sa propre fille ?

En apprendre un peu sur l’ auteur

Julie Jkr est une auteur française. Passionnée depuis sa plus tendre enfance par l’écriture, et plus particulièrement par le genre fantastique, elle n’a jamais cessé de créer des personnages et de leur donner vie dans un univers bien à elle. Finalement après des années à les garder pour elle, Julie Jkr à publié en novembre 2015 son premier roman « le couloir des âmes ». Ses lecteurs lui ont réservé un très bel accueil. Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook : Julie Jkr

Avis

J’ai fais la connaissance de Claire grâce à Anne-ju qui proposais le premier tome en livre voyageur. Je n’ai pas pu attendre et je me le suis procurée et j’avais beaucoup apprécié. Si vous n’avez pas lu le premier tome, que vous pouvez retrouver ici

J’ai ensuite découvert l’auteur sur FB et elle m’a proposé de lire le second tome avant sa sortie le 19 septembre prochain. Merci Julie pour ta confiance. Je vais tenter d’être le plus honnête possible dans mon avis, comme je le fais à chaque fois.

Au départ, Le couloir des âmes devait être un « One shot » et c’est à la demande de nombreux lecteurs que l’auteur a décidé de faire une suite. Même si une suite n’était pas nécessaire le deuxième tome apporte de réels éléments nouveaux et des réponses aux questions en suspends à la fin du premier opus.

Une ambiance plus « lourde » que dans le premier tome. On s’enfonce encore plus dans le « cauchemar » de Claire et l’horreur est omniprésente, j’ai été happée par cette ambiance horrifique, pour mon plus grand bonheur.

Alors que l’ambiance dans le tome 1 monte crescendo, dans le second tome Julie nous plonge directement dans l’horreur ! Le livre démarre comme s’il n’y avait pas eu de temps mort entre l’écriture des deux livres et c’est une chose que j’ai beaucoup apprécié. Beaucoup plus sombre que le tome 1, les descriptions sont telles que j’ai eu l’impression de me balader dans cette lugubre maison, entourée des autres personnages fantomatiques et ces créatures horribles qui nous sont présentées peu à peu.

J’ai suivie avec angoisse et plaisir Claire et ses découvertes. Elle n’est pas seule, de nombreuses femmes sont prisonnière de Marshall. Mais Claire tente de trouver une solution pour s’évader. Mais peut-elle vraiment faire confiance aux prisonnières, alors que Marshall régente tout ? Claire va défier Marshall sur son propre terrain et rencontrer une femme mystérieuse, qui lui semble bien familière…

J’avais parlé du manque de maturité dans l’écriture dans le premier tome, mais ici Julie trouve son style et le machiavelisme est encore plus sinistre. Les phrases courtes se réduisent et son écriture perd son côté trop normé et conventionnelle. Elle pourrait aller plus loin dans le gore et l’horreur mais elle se retient alors qu’elle devrait lâcher la bride pour le plus grand bonheur de ses lecteurs qui attendent avec impatience de la voir sortir des sentiers battus.

La fin est explosive … Un nouveau personnage apparait, une révélation qui me laisse sans voix et là tout s’arrête !

Du « One shot » je me plait à imaginer un tome 3 ? Tu nous laisse entrevoir une suite avec ce rebondissement, j’espère en tout cas que tu continueras ta série…

On arrive aux remerciements et là je vois que Julie cite le nom de mon blog et je dois dire que j’en ai été toute émue  ❤ merci Julie pour ta confiance. Parce que confier son bébé n’est jamais facile. Je te souhaite de rencontrer le succès avec ce deuxième livre.

 

 

Publicités

Zone, chronique d’un dernier jour de Steeve Hourdé

41fBmEGOLcL

Titre : Zone, chronique d’un dernier jour

Auteurs : Steeve Hourdé

Éditeur : auto-édition

Pages : 508
Parution : 2014
Prix : 16,90€

Septembre 2009, Ullapool, 6 morts. Octobre 2011, Mer du Nord, 38 morts. Août 2013, Skägen, 72 morts. 8 Septembre 2015, Folkestone. Les troupes du Major Kieran Wallace prennent position. Personne n’entre, personne ne sort. Zone est un thriller sombre construit sous la forme d’un huis-clos à la mécanique implacable, dans lequel un ensemble de personnage sera confronté à une catastrophe terrifiante. Un seul choix: survivre. Une seule question: comment ? OSEREZ-VOUS PÉNÉTRER DANS LA ZONE ?

En apprendre un peu sur les auteurs

Steeve Hourdé est né en 1986, c’est un auteur français qui vit dans le sud de la France avec sa femme et ses trois enfants. Après avoir suivi un cursus littéraire à l’Université Sud de Toulon (Var), il a travaillé dans les domaines de la grande distribution et de la Formation pour adultes. Sa véritable passion, c’est l’écriture. C’est en novembre 2014 qu’il publie son premier roman : « ZONE : Chroniques d’un dernier jour » tome 1 de la saga ZONE qui sera suivi du tome 2 et dont vous retrouvez mon avis sur le blog. Au mois de mai 2015, il publie son second roman « Résilience » , puis son troisième au mois de décembre 2015, « BUILDING »

Avis

Dès le début de ma lecture j’ai été intrigué ! cela faisait un moment que je voulais lire ce livre de Steeve Hourdé . Le genre d’horreur que j’aime, les monstres, l’être humain face à ses peurs… Bref tous les ingrédients qui font que je vais plonger dans l’univers d’un auteur ! Et là la sauce a bien pris ! Même si l’entrée en matière a été assez floue pour moi, je me suis demandée à quelle sauce j’allais être mangé et à quoi j’allais être confronté ?

J’ai été prise au piège avec ces personnages et impossible pour moi de m’extraire de l’horreur !

« Personne n’entre, personne ne sort. » – Kieran Wallace

J’ai vite compris que l’auteur ne me laissait pas beaucoup d’espoir de sortir indemne de cette lecture, j’ai été tout autant malmenée que ses personnages face à leur  combats sans merci. Un huis clos horrifique dans toute sa splendeur.

A l’intérieur de la Zone c’est le carnage, la panique, la détresse lorsque l’ont sait que l’on va mourir et surtout les ténèbres ont enveloppé aussi bien les personnages que la Zone. Oui ce roman est noir à souhait ! Pas seulement à cause des créatures, mais surtout  lorsque certains personnages montrent leur vrai visage.

L’auteur distille les informations et m’a rendu accro, il a joué avec mes nerfs et j’ai été sur le qui vive d’un bout à l’autre, tour à tour je me suis attachée à certains personnages et je me suis prise à espérer leur survie face à leurs monstres et ses monstres, pour l’instant d’après être complètement désappointé par le comportement qu’il vont avoir. On peut donc s’attacher à un personnage et le détester quelques pages plus loin! L’auteur joue avec nos sentiments et cela est un délice ! La psychologie de chaque personnage a été travaillée avec talent, leur donnant vie et réalisme. « L’homme est un loup pour l’homme » prend tout son sens. L’être humain, est mauvais et c’est ce que démontre l’auteur.

« Le Major Wallace n’était pas là pour rétablir une situation, ni même pour la contrôler. Sa mission était d’être présent au moment où, de toute façon, ça allait dégénérer, et d’improviser. Ni plus, ni moins. Tout simplement, car il était la seule personne sur cette planète à posséder cette expérience si particulière. »

Les personnages sont mis à rude épreuve quelque soit le côté où ils se trouvent ! d’un côté ceux de la « zone »  livrés à eux-même et aux « monstres » et de l’autre ceux dans le camp militaire ou scientifique, qui doivent « régler » la situation. Les deux camps s’opposent, les deux camps ont des choix à faire et dans les deux camps j’ai senti du désarroi et des remises en cause de mes convictions.

« — J’en ai rien à battre de ce que vous pensez. Je me suis fait dessus, ça vous va ? Je suis qu’un être humain. Qu’est-ce que vous avez à me regarder !? »

Aucune réponse claire et précise n’est apportée par l’auteur qui fait le choix de laisser le lecteur libre de ses pensées et libre des choix qu’il aurait pu faire et pour moi cela n’a pas de prix ! Bravo à Steeve Hourdé qui m’a entrainé dans de questions aussi existentielles les unes que les autres, sans pour autant que je ne trouve une réponse satisfaisante à chacune d’elle. L’auteur a joué avec mes sentiments jusqu’au bout.

« Un cauchemar. Oui. C’était un horrible cauchemar. »

« comment je réagirais »? Serais-je mieux ou pire que ces humains, confrontés à la peur absolue » ?

L’écriture est très nerveuse et visuelle ce qui donne un rythme effréné au roman et maintient une tension tout le long de la lecture dont je suis ressortie essoufflée, scotchée, abasourdie mais en fin de compte aucun des personnages de m’aura marqué ! En cela l’auteur a l’art de manipuler son lecteur et de le malmener.

Pour conclure, si vous aimez les huis-clos, si vous aimez l’être humain dans ce qu’il a de plus horrible en plus des monstres qui peuplent nos cauchemars, je vous conseille fortement ce livre, véritable coup de coeur.

challenge-un-pave-par-mois.jpg

1312260953538502211846259

 

Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 5 et 6 : L’avènement de la chose

 

516RcucYjSLTitre : Yesterday’s gone – saison 1 – épisode 5 et 6 : l’avènement de la chose

Auteurs : Sean PLATT et David WRIGHT

Traduction : Hélène COLLON

Éditeur : Fleuve

Pages : 224
Parution : juin 2016
Prix : 11,90€

Luca a délivré Paola du rêve qui la gardait prisonnière. Mais le petit garçon a payé le prix fort : à son réveil, il avait vieilli de cinq ans en quelques instants. Et la Chose qui menaçait Paola n’a fait que se déplacer : elle se tient désormais au cœur du petit groupe de rescapés retranché dans l’hôtel. À l’extérieur, les créatures ne cessent de se multiplier, et attendent… À New York, Brent et Luis sont abasourdis par l’ampleur de l’atrocité : des monceaux de corps humains recouvrent Times Square. Leur espoir : un ferry pour Black Island où un semblant d’autorité tenterait de réorganiser les restes de l’humanité. Les premières révélations tombent comme un couperet, laissant présager que le pire reste à venir…

En apprendre un peu sur les auteurs

Sean Platt & David Wright sont membres du collectif Inkwell, un groupe d’auteurs américains auto-publiés qui dynamitent les genres et réinventent la littérature. Ces deux fans de séries télé, de SF et de paranormal ont décidé d’appliquer au livre les codes de leurs TV shows favoris. Ainsi est né Yesterday’s Gone, la série livresque la plus addictive jamais écrite.

Avis

Une ambiance plus « lourde » que dans les deux premiers tomes. La fin de la première saison s’enfonce encore plus dans cette ambiance sombre et violente qui caractérise cette série.

De nouveaux éléments apparaissent dans ce tome un peu plus lent que les autres, ce qui nous laisse le temps de nous imprégner encore plus de ce cauchemar et amène encore plus de questions.

« L’intuition qui lui soufflait qu’il y avait chez ce garçon quelque chose d’horriblement anormal. Et pas seulement le fait qu’il ait brusquement vieilli de cinq ans. Ça, c’était déjà plus bizarre que n’importe quelle invention romanesque de Dean Koontz. »

On se demande toujours à quoi sont confrontés nos personnages: aliens, zombies ou un mélange des deux… Pas de réponse claire et nette et le mystère reste entier et les auteurs jouent cette carte jusqu’au bout et nous laissent intentionnellement sans réponses pour que chaque rebondissement et chaque découverte soit une vraie claque pour le lecteur et ça marche !

Le caractère des personnages se peaufine, on se sent attirer par certains qui nous étaient détestables et inversement ! Ce qui relance complètement notre intérêt et donne un nouveau regard avec un nouvel angle de lecture.

Le mystère demeure entier … même en arrivant à la toute fin de la saison 1.

« Je savais depuis des années que ce moment allait arriver, je te dis. Je savais qu’il faudrait que je lâche prise. Ça ne m’a pas rendu la tâche plus facile, et je donnerais n’importe quoi pour retrouver ma vie d’avant, mais ce n’est pas pour autant que je me raccroche à des espoirs absurdes. »

Ce tome 3 clôture à merveille la saison 1, m’a laissé sur ma faim et frustrée de ne pas pouvoir lire de suite la saison 2.

Le premier livre de la saison 2 sort le 8 septembre, je vais devoir encore patienter, car plusieurs lectures, mais voici déjà ce qui se prépare :

613pE8nWA5L

Cinq mois se sont écoulés depuis que l’apocalypse s’est abattue sur la Terre. Les survivants se sont organisés, malgré la réalité cauchemardesque qui les cerne.
Brent vit désormais sur Black Island où une poignée d’hommes tentent de préserver les derniers vestiges de civilisation. Alors qu’il reste accroché à l’espoir de retrouver les siens, l’horreur va cruellement le frapper de plein fouet…
Le groupe de rescapés mené par Desmond a enfin quitté l’hôtel où il était piégé, pour s’installer dans une ferme de l’Alabama. Un semblant de quotidien s’est mis en place, bientôt bouleversé par une vague d’abominations qui s’abat sur eux…
Quant à Boricio, le tueur solitaire, il prend de plus en plus de plaisir à la tête de la Boricio Team. Et parmi ses jeunes recrues, contre toute attente, Charlie fait preuve d’aptitudes tout à fait enthousiasmantes…

Pour ceux qui préfèrent avoir les tome en un seul volume l’intégral de la saison 1 sort le 10 novembre, toujours pas de couv, mais je vous tiens au courant…

Yesterday’s Gone, saison 1, épisode 3 et 4 : Aux frontières du possible

51QOiIAlV4L

Titre : Yesterday’s gone – saison 1 – épisode 3 et 4 : Aux frontières du possible

Auteurs : Sean PLATT et David WRIGHT

Traduction : Hélène COLLON

Éditeur : Fleuve

Pages : 208
Parution : mars 2016
Prix : 11,90€

Ils sont seuls, ou réunis en petits groupes. Certains d’entre eux avaient déjà rêvé tout ce qui s’est passé. Ils l’attendaient, se sont préparés, sans vraiment savoir à quoi. Stupéfaits, abasourdis, les autres s’efforcent d’affronter l’inconcevable. Brent Foster, à la recherche de son fils et de sa femme dans un New York de cauchemar ; Luca, le petit garçon qui suit son instinct, protégé par un étrange totem ; Charlie qui a cru, l’espace d’un instant, que cette Terre déshumanisée serait un monde meilleur ; Boricio, le tueur né qui va devoir trouver sa place entre les proies et les prédateurs… Tous sont liés. Et ces voix qui défient leur raison vont les réunir.
Mais d’abord, sur leur route, se dresse l’abominable.

En apprendre un peu sur les auteurs

Sean Platt & David Wright sont membres du collectif Inkwell, un groupe d’auteurs américains auto-publiés qui dynamitent les genres et réinventent la littérature. Ces deux fans de séries télé, de SF et de paranormal ont décidé d’appliquer au livre les codes de leurs TV shows favoris. Ainsi est né Yesterday’s Gone, la série livresque la plus addictive jamais écrite.

Avis

Une ambiance plus « lourde » que dans le premier tome. On s’enfonce encore plus dans ce cauchemar, sans vraiment tout comprendre de cet avenir sombre qui pointe son nez !

Du suspense à gogo encore une fois, des créatures en veux-tu en voilà, et les êtres humains ne sont pas en reste dans l’horreur … Les groupes se forment et rien ne va plus ! Et aucun groupe ne me tente plus que l’autre, je ne sais pas si j’ai envie de choisir un camp…

Cette série est de plus en plus addictive, les auteurs vont directement dans le vif du sujet, de manière intense et une immersion de plus en plus profonde dans ce mon apocalyptique.

On se pose beaucoup de questions sur ces créatures, on ne sait pas encore ce qui se passe, mais on suppose des zombies … Mais la vérité n’est pas prête d’être divulguer par les auteurs qui jouent la carte du suspense. Ils jouent avec nos émotions et nous malmènent pour nous faire sortir de notre zone de confort ! En effet les sagas de zombies sont de plus en plus nombreuses et là les auteurs nous emmènent loin des sentiers battus… Tous les repères que vous pensez avoir, seront chamboulés et vous risquez même de les perdre…

Une série livresque pleine de promesses.Un avenir bien sombre s’annonce dans les prochains épisodes et j’espère sincèrement que ce rythme sera identique si ce n’est plus tout le long des saisons à venir !

J’ai plusieurs fois pensé à cette série radio La Guerre des mondes qui défraya la chronique en 1938 en semant la panique parmi la population ! Bien entendu ce film du même titre qui fait froid dans le dos et surtout à ce livre d’anticipation qui a marqué des générations et continuera à en marquer : La Guerre des mondes écrit par H. G. Wells, publié en 1898, une des premières œuvres qui confronte l’humanité et une race extraterrestre hostile