Archives du mot-clé challenge ABC 2017 Policier/thriller

Le meurtre d’O’doul Bridge de Florent Marotta

Parution : 7 septembre  2017 – Editions : Taurnada  – Collection : Le French Coach – Prix papier :  14€ – Prix Numérique : 3,99€ – Pages : 136 – Genre : Thriller – Policier –

J’ai eu le plaisir de découvrir la plume de l’auteur avec cet opus au titre évocateur et avec lequel on sait de suite dans quoi le lecteur va être embarqué et cela dès les premières pages, puisque l’on assiste à un assassinat… On entre directement dans le vif du sujet sans perdre de temps.

Je dois dire que l’auteur réussit à faire monter la pression, pour ensuite attaquer un chapitre plus lent avec la présentation de Michael Ballanger, coach de vie… ce qui permet au lecteur de reprendre son souffle… On imagine mal la présence d’un coach de vie dans un thriller, mais l’auteur arrive très bien à construire son personnage. Un homme qui a tout perdu… Et qui pour se reconstruire… Ou se punir… A décidé de partir vivre à San Francisco…

Mais il va se retrouver confronter à ses démons en plongeant dans cette enquête, malgré lui… Au moment de mourir, l’homme a composé un numéro, le sien. C’est plus fort que lui… Il doit comprendre…

C’est un personnage meurtri, très bien construit par l’auteur, mais que j’ai trouvé parfois exaspérant… Tout en étant attachant… L’auteur réussi à l’étoffer et le rendre sympathique… Surtout quand on le voit se démener pour résoudre cette enquête malgré quelques bâtons dans les roues…

Il ira jusqu’au bout… Comme pour exorciser sa culpabilité…

J’ai beaucoup apprécié le personnage du journaliste Sean Pilgrim, complètement parano, et de Kim, call-girl à ses heures qui se destine à devenir psy, qui aimerait bien que leur relation dépasse le stade de l’amitié… Des personnages secondaires construits avec maîtrise, qui étoffent le récit en lui donnant plus de caractère.

Le rythme est dense et avec peu de temps morts… Sauf pour nous livrer les états d’âme de Michael Ballanger, qui se retrouve confronté à ses démons avec l’arrivée de sa fille et cette enquête qui va raviver ses blessures. Ce qui en fin de compte le rend plus humain… Sans cela le personnage m’aurait fait penser à une pub de l’homme parfait…

Le récit se lit vite, bien et avec enthousiasme même si l’on connaît l’identité du tueur bien avant la fin… Ce qui retire quelque peu le suspense que je cherche lorsque je me plonge dans un thriller. Sans retirer, malgré tout, un avis positif lorsque j’ai refermé ce livre en ayant lu un bon bouquin qui regroupe tous les ingrédients pour passer un bon moment : meurtre, mensonges, manipulations…

L’auteur fait succéder le tout avec talent en abordant des sujets qui trouvent écho dans notre quotidien : l’homophobie, les risques d’internet et l’espionnage auquel nous serions confrontés, le racisme….

Je n’ai lu aucun livre de l’auteur, mais j’ai hâte de pouvoir me plonger dans un de ses autres opus.

Je remercie Joël et les Editions Taurnada pour leur confiance et surtout pour m’avoir permis de découvrir un nouvel auteur.

Florent Marotta est né dans la Loire en 1976. Après une première carrière sous les drapeaux où il passe successivement de soldat à officier de police judiciaire, il se lance dans l’écriture. Son amour pour cet art le pousse à composer des fictions sous forme de thriller ou de fantasy. Il est l’auteur de nombreux romans.

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

Publicités

Anima Noctis Pierre-Olivier Lacroix

Parution : 9 mars  2017 –  Edition NL – Prix papier :  15€ – Prix Numérique : 5,99€ – Pages : 238 – Genre : Thriller psychologique

Quand la noirceur te mène à ta perte… Quand ta psychologie est fragilisée… Ça donne un livre hors norme… Ça donne une intrigue au dénouement insoupçonnable… Ça donne Anima Noctis de Pierre-Olivier Lacroix

C’est un roman sombre avec un tueur d’une grande cruauté… Chaque meurtre est scénarisé de manière insoutenable. L’auteur nous embarque dans un récit court mais d’une grande densité avec une plume incisive et directe, il dévoile tout au long de ce livre aux chapitres courts, des informations techniques tellement plausibles que le tout n’est pas indigeste, bien au contraire, la transsexualité et la métempsychose (la croyance selon laquelle une même âme peut animer successivement plusieurs corps soit d’humains soit d’animaux, ainsi que de végétaux) la psychologie sont abordées d’une manière claire et simple, sans être simpliste, le tout donne une crédibilité au récit et aux explications qui le jalonnent…

Avec Anima Noctis, l’auteur m’a embarqué dans une enquête oppressante, glauque, à la limite du supportable, surtout lorsqu’il décrit les « tableaux » des victimes… J’ai vécu cette enquête au rythme des personnages, attachants, très bien travaillés. Au point de les rendre humains, puisque l’auteur ne nous épargne pas leurs doutes, leurs questions, leur quête absolue du meurtrier au point de parfois douter d’eux-mêmes…

Des personnages fascinants mais qui nous révulsent et pourtant on continu à lire… Au cas où…Même lorsque l’on commence à avoir des indications sur ce tueur, l’auteur nous pousse à avoir de l’empathie pour lui… On ne peut que se demander si l’on naît tueur… Ou si on le devient… Les tourmentes et les actes de notre tueur sont décrits d’une manière simple, quasi scientifique, sans jugements, mais bien pour comprendre… Car il faut comprendre pourquoi ce tueur en arrive à de tels meurtres d’une barbarie sans nom.

Malgré l’incompréhension, l’auteur pousse son lecteur à trouver des réponses dans ce que l’on prend pour acquis ou inné… Comment chaque personne fait face aux traumatismes qui parfois remettent en question nos vies… Comment se remettre après un drame… Et surtout peut-on rester soi-même… Ne traversons-nous pas une crise identitaire après un traumatisme… 

En lisant Anima Noctis, ces questions seront les vôtres… Nécessairement vous vous poserez la question du comment faire après… Comment survivre….

Bref, on ne ressort pas neutre de cette lecture surtout avec le final en apothéose, que je n’ai du tout vu venir ! Et là l’auteur m’a juste retourné le cerveau… Une grande maîtrise de l’art de retourner les situations… Pour un final digne des grands écrivains.

J’ai parfois trouvé un peu de Frank Thilliez dan les personnages torturés de Pierre-Olivier Lacroix…

Merci aux Éditions Numeriklivres pour cette lecture et la confiance qu’elle m’accorde.

Tour à tour assistant de production du Festival Paris-Cinéma, réalisateur de courts métrages dont deux ont été primés, scénariste, critique littéraire et auteur de plusieurs ouvrages de fiction et de nouvelles dont « Eh bien, dansez maintenant » et « L’ascension » , publiés aux Trois Plumes.

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

Reconstitution de Thierry Moral

Parution : 28 juillet  2017 –  IS Éditions Collection Sueurs glaciales Prix papier :  14€ – Prix Numérique : 3,99€ – Pages : 136 – Genre : Thriller psychologique

Une couverture intrigante… un titre tout aussi intrigant… Une histoire totalement folle mais tellement crédible que les pages se lisent toute seule ! Un excellent thriller sur le fond de ruines d’une cité en décrépitude… A l’image de cet homme chef d’orchestre d’un jeu macabre dans lequel il trouve la jouissance qu’il ne peut trouver que dans le pouvoir qu’il exerce sur des êtres faibles… Des êtres qu’il décide d’avilir au point que leur animalité prend le pas sur leur humanité….

Le 15 août 2008, date à laquelle la vie de JL bascule… 6 jeunes sont embarqués dans un jeu dont ils ne savent rien… Un jeu dont seul JL sort indemne…

Le parallèle entre la vie de JL qui bascule et cette Tour dans la cité des Hérons, à la veille de l’explosion est très intéressant et bien amené. Ces murs deviennent le témoin improbable qui se raconte… Et qui nous raconte … Ce qui s’est passé… Ces murs deviennent un personnage à part entière… Et apporte un autre regard sur certains faits…

Ce livre est complètement dingue ! Je ne m’attendais pas à une histoire comme celle là! Une histoire qui te montre à quel point un homme t’entraîne dans sa folie… A quel point un homme peut prendre le dessus… Un homme dont tu pensais t’affranchir pour faire face à tes démons… 

Tu croyais lui échapper… Mais tu ne peux pas échapper au Boss… Le boss voit tout.. Le boss t’avait dit de ne pas parler… Le boss va devenir ton maître… Et fera de toi son élève….

Un thriller psychologique d’une grande maîtrise, des personnages bien travaillés avec une psychologie que j’aurais souhaité plus poussée, mais cela tient au format assez court… 

L’auteur, malgré ce récit court, balade son lecteur, le trompe, le malmène au rythme des points de vue des protagonistes… Ce qui donne un rythme dense sans que l’ennuie ne se pointe…

Une intrigue très originale, sombre, tellement réelle qu’elle en est dérangeante… Car elle touche à nos croyances en l’humanité… Mais l’être humain est à l’image de ce que nous observons… Mauvais, arrogant… 

Les plus gros mangent les plus petits… Jamais cette phrase n’aura pris autant son sens qu’avec ce livre…

Merci à IS Edition pour cette lecture et la confiance qu’elle m’accorde.

Diplômé en ingénierie culturelle, Thierry Moral exerce pendant quelques années le métier de médiateur culturel dans une compagnie théâtrale pour ensuite devenir artiste professionnel. Il passe de metteur en scène à comédien, conteur et auteur. Artiste de proximité avant tout, il joue, raconte, s’exprime dans des lieux aussi diversifiés que des salles des fêtes, des bistros, la rue, des granges, des salles d’exposition, des caves voûtées, des médiathèques et même des théâtres. 

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

La Nature des choses de Charlotte Wood

Parution : 6 septembre  2017 Éditions du Masque  Prix papier :  20,90€ – Prix Numérique : 14,90€ – Pages : 288 – Genre : Thriller

Premier roman de l’auteur à être publié en France par les éditions du Masque que je remercie pour ce livre arrivé dans mon escarcelles grâce à Babelio que je remercie également.

J’étais ravie de découvrir ce livre qui promettait un bon moment de lecture avec une 4ème de couverture intrigante…

Au début on plonge facilement dans l’histoire de ces dix femmes emprisonnées au milieu du désert australien. L’intrigue plante un décor noir, dans un bush australien aride, sec à l’image de la sécheresse et la rudesse humaine à laquelle sont confrontée ces femmes, dont le seul tord est d’être femme indépendante, dans un monde dominé par les hommes, par l’image que la société a des femmes qui ont la mauvaise idée d’assumer leur sexualité… Aventure avec un homme politique, participante à l’émission « The Voice » séduite par le producteur, « Escort girl »…

Ces femmes, qui se veulent sur un pied d’égalité avec les hommes, mais que la société juge… Car ce qui n’est pas choquant pour un homme, l’est pour une femme… Le qualificatif est toujours négatifs vis à vis d’une femme qui aura eu une aventure sans lendemain… Ou aura eu une aventure avec un homme marié… Elles sont punies pour ces comportements… Du moins, c’est ce qu’elles pensent.

Le thème en lui-même est très intéressant et pose une vraie question sociétale…. Pour autant, ce livre qui a remporté plusieurs prix en Australie, a également causé de vifs débats…

J’ai été assez déstabilisée par les choix de l’auteur qui, sans jamais dévoiler le comment, distille une histoire intrigante, entièrement dans la suggestion… Le lecteur est mis à contribution et son imagination est titillée car plusieurs suggestions sont proposées à travers les pensées de ces femmes, mais sans jamais apporter une réponse claire…

Une lecture qui oblige le lecteur à ne pas être passif, à ingurgiter les informations… Le cerveau est en ébullition et on ressort de là un peu vidé.

Vidée, frustrée de ne pas en savoir plus sur ces femmes, mais épatée par la description que l’auteur fait des sentiments humains et surtout du désir de vivre coûte que coûte…

Les descriptions sont parfois à la limite du supportable mais mettent l’accent sur l’état d’esprit des protagonistes qui vont se retrouver enfermés, tout autant ces femmes que leurs geôliers… Et les rapports de force vont s’inverser…

Je m’attendais à un thriller mais je me suis trouvée embarquée dans un huis clos déstabilisant tout en suggestion et dans lequel la nature humaine est montrée telle qu’elle est… Dure, noire et animale…

Charlotte Wood est l’auteur de cinq romans et de deux documents. Elle est titulaire d’un BA de l’Université Charles-Sturt, d’un master de l’Université technologique de Sydney et d’un doctorat de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud. « La Nature des choses » (The Natural Way of Things, 2015), son cinquième roman et le premier traduit en français, a connu un succès retentissant en Australie en remportant de nombreux prix littéraires dont le prestigieux Stella Prize en 2016. Il sera publié dans neuf pays et une adaptation cinématographique est en cours. Charlotte Wood vit à Sydney.

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

Sans raison… de Mehdy Brunet

 

 

 

 

 

Parution : 27 avril 2015 – Taurnada Editions – Prix Numérique : 4,99€ – Prix papier : 9,99€ –  Pages : 274

Que ferions-nous si notre vie basculait ? En un claquement de doigt ? Peut-être comme Josey et son père… Parfois la vengeance est la seule possibilité que nous entrevoyons …

« Au fur et à mesure que les cercueils s’enfoncent dans la terre, ce sont des morceaux de mon âme qui disparaissent avec elles et le bruit sourd de la plaque de marbre qui glisse sur l’ouverture pour les enfermer à jamais, finit d’aspirer la part d’humanité qu’il me restait. »

Josey, qui vient de perdre sa femme et sa fille dans des circonstances dramatiques,  décide de se venger et de partir à la recherche des sales types… Un périple à travers la France… Mais pas seulement… Il va se transformer, va muter en un monstre sanguinaire… Un monstre froid… Le temps de la vengeance…

C’est une vengeance qui se décide en famille, en famille on décide de se faire justice… La justice semblant faillible et trop clémente avec les crapules… Une famille unie pour le meilleure et pour le pire…

« Je vais les buter papa ! Et ils vont souffrir. »

L’auteur, nous balance les scènes d’une rare violence, mais on y revient… Il nous balance les ressentis des uns et des autres dans un style sans fioritures et sans blablas… On va directement, là où il nous mène, sur les chapeaux de roues, avec des mots justes, percutants…

Les scènes de viols, de séquestrations, de tortures sont décrites avec talent. Comme un film qui se déroule sous nos yeux, la violence est telle que la lecture se fait parfois en apnée.

« Ils ont tué des membres de ta famille, des membres de notre famille et ils doivent souffrir pour ça. Mais

nous ne parlons pas seulement de vengeance, nous parlons aussi de meurtres ! Tu devras vivre avec du sang sur les mains était nuit seront hantées par les cadavres de ses hommes. Après ça, il te faudra vivre caché pour le restant de tes jours.

– Ce n’est pas être meurtrier que de faire disparaître ces monstres de la surface de la terre ! »

Quand à la fin, j’ai trouvé qu’elle était amenée trop vite… Elle aurait pu être plus longue, surtout qu’elle a un impact sur tout le déroulé et la raison du livre…

Sans raison est un bon thriller qui ne se perd pas en tergiversations, puisque dès le départ, on sait que la vengeance sera au cœur du récit.

Cette histoire amène nécessairement une réflexion sur notre possibilité ou non de basculer… Comment la douleur peut nous transformer… Tout à chacun peut « péter un câble » et vouloir tuer à celui ou celle qui a fait le plus mal…

Je remercie Joël des éditions Taurnada pour sa confiance et l’envoie de ce livre.

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

CHARLY : Au commencement de Cédric PERON

 

 

 

Parution : 17 mai 2017 – Auto-édition – Prix Numérique : 2,99€ – Prix papier :  10,55€ –  Pages : 239

Nous sommes tous potentiellement le con de quelqu’un et là Charly a décidé de faire le ménage et de ne rien laisser passer…

Il y a les cons dits gentils, ceux qui s’ignorent, qui n’ont pas conscience de leur état, mais qui ne distribuent pas leur connerie à tour de bras. Mais ceux que j’abhorre par-dessus tout, ce sont les cons méchants irrécupérables, les CMI comme j’aime à les appeler.

Une vraie curiosité que ce livre ! Le thème du thriller est rarement exploité du point de vu du tueur et c’est du coup encore mieux quand l’auteur a en plus une plume addictive.

Charly m’a prise dans ses filets pour faire de moi non sa victime, heureusement pour moi… Mais une admiratrice ! Une admiratrice de l’esprit complètement tordu de Charly ! Bon en même temps, qui n’a pas eu des envies de meurtres ? Qui n’a pas voulu tuer un con ? Je n’ai jamais franchis le pas, mais Charly ne les supporte pas… Les cons le rendent fous… Il ne peut rester sans rien faire et décide de s’occuper d’eux… Bon surtout les Cons Méchants Irrécupérables, les CMI comme il dit… Jusqu’au jour où LE con de trop rencontre sa route… Charly décide de prendre les choses en main et d’écouter ses pulsions… Il va se charger de ce con… à sa manière…

Les choses se mettent en place, peu à peu, mais sans longueurs, les personnages ne sont pas nombreux, mais être dans la tête du tueur donne l’impression d’un huis-clos qui frôle la folie…

Nous assistons à la naissance d’un tueur… Nous voyageons dans son esprit… Et il est sympathique ce Charly !  Il a une vie bien rangé et décide par moment d’assouvir son fantasme … Tuer un con… Des cons… La rage que Charly ressent par moment est palpable et c’est dans ces moment que j’ai ressenti du plaisir à être à ses côtés. J’ai ressenti aussi cette rage et cette envie de tuer… Après tout nous sommes tous des meurtriers en devenir… Je me suis attachée à lui et je l’ai compris…

L’auteur divulgue le tout avec parcimonie mais sans fioritures, avec une plume vive, et sur un rythme haletant avec des pointes d’humour noir cynique.

Un excellent thriller psychologique digne des plus grands !

J’ai retrouvé un peu de Dexter dans Charly, qui rend justice à sa manière. Charly n’a pas encore tout dit… Et je suis impatiente de savoir comment la suite va se construire, car les envies de meurtres de Charly ne peuvent que monter en puissance…

Challenge ABC 2017 auto-édition 

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

 

 

 

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

Buczko de Loana Hoarau

 

 

Parution : 22 mars 2015 chez  ÉLP éditeur 161 Pages  –

Prix format numérique : 4,99€ – Genre : Thriller, pédophilie

Je savais qu’en plongeant dans ce livre, je serais proche de la nausée ! Mais, je ne me doutais pas que cela serait à ce point ! J’ai mis du temps à évacuer cette crasse qui me collait à la peau ! J’ai mis du temps à ne plus voir les scènes d’une rare cruauté ! J’ai mis du temps à ne pas avoir la rage au ventre ! J’ai mis du temps à me remettre …

L’auteur, grâce à une écriture fluide, incisive et sans fioritures, nous embarque au cœur de la vie d’un pédophile ! Un monstre avec qui nous vivons, quelques pages d’une violence, distillée au rythme des prises de drogues. Un sociopathe qui va déployer ses ailes et dévoiler sa folie.

Buczko est un maniaque, qui tente de contrôler ses travers avec son goût de la propreté… Cette propreté lui permet d’échapper à ses propres démons… De contrôler ces émotions… Mais à quel prix !

« Je suis le nombril inconnu du monde. Car le monde voleur se prosterne devant ma déviance exacerbée, mon cerveau maladif, mon visage séducteur. Et il l’ignore. Là est toute la subtilité »

Sous ses apparences de monsieur tout le monde, c’est un violeur et tueur de petites filles. Un prédateur qui dans sa folie, enchaîne les fillettes, les habille comme des poupées. Une fois « abîmées », il traque la suivante… Jusqu’au jour où il fait la connaissance de Caroline, 8 ans…

« Un jour peut-être… comprendra que je ne cherche pas à lui causer du mal, mais que tout ce que je lui fais subir est pour mon bien ! »

Buczko est un livre étouffant qui donne la nausée, c’est glauque, c’est d’une violence difficilement descriptible. Malgré ça, l’auteur arrive à nous faire sourire… On a, par moment de, l’empathie pour ce prédateur, torturé… Qui tombe amoureux… C’est cet amour qui le perdra… La machine, si bien huilée, va se dérégler… Jusqu’à le mener à sa perte…

Pour notre grand soulagement ! Au clap de fin, on reprend notre souffle et on se dit, c’est enfin terminé ! Sauf que l’auteur a un tel talent, que Buczko laisse des traces, laisse son empreinte nauséabonde sur notre esprit… Et il faudra du temps pour effacer ses traces…. C’est un récit court, mais dense qu’on lit en apnée tout le long.

« je marque une pause, prends une voix encore plus douce. Je rassure, pour mieux contrôler. Toujours mieux contrôler !  » j’ai pas envie de te faire du mal, mon ange »

challenge polar et thriller 2016-2017 logopolarssharon1

ABC 2017 _ Policier / Thriller capture

Challenge ABC 2017 auto-édition

Challenge ABC 2017 – Policier / Thriller # 1

En me baladant sur la blogosphère, je suis tombée sur un challenge qui me tente bien pour l’année 2017 :

capture

Ce challenge est organisé par Salhuna

Pour ma part, je tente la catégorie 2 :

26 lettres / 26 auteurs et 26 titres à choisir en cours d’année au fur et à mesure : vous avez le droit à 3 tricheries, à 3 BD/manga/album…

Informations complémentaires :

• Un roman Anonyme peut être mis soit en A, soit en X et ne sera pas considéré comme une tricherie
• Un recueil de nouvelles écrit par plusieurs personnes, peut être mis à la lettre de l’auteur que vous voulez, ou en X, et ne sera pas considéré comme une tricherie.
• Une tricherie : quand la lettre ne correspond pas à la première lettre du nom de l’auteur (I : Ingrid Desjours / Y : Peter May / Z : Elizabeth Hayes…)

J’en suis à 8 livres de lus pour ce challenge 🙂

A –

B –

cover102812-medium

Avec Un Sac, l’auteur aborde les relations parents-enfants,  l’absence de désir maternel et ce que cela peut engendrer comme conséquences. Le désir maternel est souvent pensé comme inné, mais l’auteur nous démontre que non. Car oui, on ne naît pas parent, cela se construit. Comment un enfant peut-il devenir le focalisateur de sa propre déchéance et devenir l’objet de sa haine. Comment l’accompagnement des traumatismes doit se faire avec une femme enceinte… Nos rencontres font parfois tout basculer….

Ce livre ne peut pas vous laisser indifférent ! Ce livre va me marquer ! Ce livre est un vrai coup de coeur ! A dédier à toutes les Anna-Marie ! Avis complet ici

C –

D –

41nsmtjmyel

Un excellent thriller psychologique avec une construction déroutante, c’est presque un huis clos oppressant… La manipulation à l’état pur. Tout le monde manipule tout le monde et même la maison devient manipulatrice … Avis complet ici

E –

F –

G –

H –

814o18yhdvl

Un livre qu’on a du mal à refermer, qui m’a réchauffer les sens en plein froid hivernal

Un véritable coup de coeur . Un très bon thriller rural comme on les aime, le paysage est un personnage à part entière, les personnages sont écrasés par leur quotidien complètement imprégnés par cette météo qui n’apporte aucun réconfort et les rend tellement noirs et mauvais. Avis complet ici

I – Tricherie

41s0zjm2t9l-_sy346_

L’écriture est classique, ne révolutionne pas le genre, mais respecte les codes du polar : Un peu de vulgarité, un regard sur les femmes assez salace, un flic meurtri, dépressif sur les bords, un des flics présenté comme inculte, juste bon à avoir de gros bras.

Même si j’ai découvert qui était le meurtrier alors qu’il me restait 150 pages à lire, j’ai trouvé agréable le dernier quart du livre. Avis complet ici

J – Tricherie

cvt_la-balade-electrique-demily-archer_4388

Merci Jof Brigandet, pour cette poésie, cette leçon de vie, ce regard apporté… Merci de m’avoir tantôt fait sourire, tantôt horrifié, tantôt prendre en pleine face ma réalité et le changement que nous devons apporter à nos comportements discriminatoires…

Merci aux éditions du Caïman de reconnaître les talents et de le mettre en avant… Avis complet ici

K –

wp-1485932219469.jpg

C’est une femme qui doit accepter le  deuil pour pouvoir avancer.

Dans ce pavé de 608 pages, plusieurs thèmes sont abordés, sans ennuie malgré quelques longueur. Je m’attendais à lire un thriller mais le style narratif  ne fait ressortir aucune angoisse ou tension que l’on retrouve dans le genre. Je trouve dommage que la 4ème de couverture axe ce livre sur le thriller, alors que ce n’est pas le cas. Avis complet ici

L –

M –

N –

O –

P –

Q –

R –

51gq0akcaml-_sx309_bo1204203200_

Tour à tour, l’auteur nous projette dans les méandres des pensées de Linda avec qui on subit a peur, son stress, ses souvenirs et ses remords.

Très peu de personnages dans ce thriller très bien construit, l’auteur referme le piège peu à peu sur son lecteur jusqu’à la fin. Avis complet ici

S –

T –

U –

51miqmefwvl

Avec Wanda, vous découvrirez l’enfance maltraitée, avec une totale absence d’empathie au point de perdre tous les repères qui font de nous des être doués de sentiments. Je n’ai pas pu lui en vouloir, malgré ses actes, malgré ses révélations et malgré ce final époustouflant qui m’a complètement glacé et laissé sans voix.

Je pourrais vous parler pendant des heures de ce livre, le mieux encore c’est de le lire pour faire la connaissance de Wanda, qui changera votre vision des relations familiales… Avis complet ici

V –

W –

X –

Y –

Z –

La balade électrique d’Emily Archer de Jof Brigandet

cvt_la-balade-electrique-demily-archer_4388

Editions du CaïmanParution : 08/12/2016 Pages : 160 ♦ Prix : 11,00€  Genre : thriller humaniste

Les éditions du Caïman, présentent un texte atypique, court et d’une grande qualité, comme souvent d’ailleurs….

Merci à l’auteur Jof Brigandet pour sa confiance et ce service presse.

Un livre d’une rare poésie, emprunt de noirceur…

J’ai kiffé ! Un rythme soutenu, sans temps morts qui entraîne dans son sillage…

Avec ces 160 pages, « La balade électrique d’Emily Archer » projette,  son lecteur tout de suite dans le vif du sujet, on ne tourne pas autour du pot… Sam Scott est un tueur « unlisted » selon les critères du FBI : pas de motivations particulières et des modes opératoires différents et imprévisibles. A l’aise financièrement, son souhait c’est d’agrandir son appartement grâce à celui inoccupé qui jouxte le sien… Entre en jeu les Archer, qui vont lui souffler ce qu’il convoitait. Sam Scott décide de leur faire payer cet affront…

L’auteur nous entraîne dans une manipulation très intéressante que l’on ne voit pas venir (j’étais dans le métro lorsque je suis tombée sur cette révélation…. Et autant vous dire que je suis assez expressif… (Mon voisin d’en face a noté le titre 😉 ) …

Emily Archer est gravement handicapée et clouée dans un fauteuil…

Sam Scott, que révulse ce genre de personne, décide alors de faire durer le plaisir avec cette proie facile et sans défense. Sam Scott n’est pas un personnage que nous avons l’habitude dans les thrillers, il est attachant, séduisant, parfois naïf  …

L’écriture m’a surprise, déstabilisée au départ, mais peu à peu,elle prend des envolées quasi lyriques, poétiques, malgré un sujet très noir, glauque… Sam Scott s’adresse au lecteur, se dépeint, pour ensuite se détacher complètement et parler de lui à la troisième personne, comme pour observer et analyser ses actes… Il prend le lecteur comme témoin de ses actes, en fin de compte il rend service en se débarrassant de la lie de la société… ceux qu’il pense être comme tel …

« Tel est pris qui croyait prendre »….

La description des sentiments de Sam Scott, de sa haine, de sa sensibilité que l’on découvre peu à peu… Le contact avec Emily Archer marquera sa vie…

J’ai trouvé très intéressante, l’image donnée par l’auteur, d’une personne handicapée… Bravo!!!

Notre comportement face à un handicapé est soit condescendant soit on applique la fuite … J’avoue, comme l’auteur le dit si bien, ne pas savoir pourquoi je peux réagir ainsi… La fuite, la peur de l’inconnu…

dropfin

Pourquoi ce roman ?

Dans notre comportement face au handicap, prédominent généralement deux attitudes :

l’ attention/gentillesse exacerbée, ou l’ évitement gêné et maladroit…

Je ne sort pas de la norme, je suis comme tout le monde, et même plutôt dans la seconde catégorie, celle des lâches, celle de ceux qui préfèrent changer de trottoir, incapable d’identifier cette peur revenue d’on ne sait où qui les saisie à l’angle d’une rue ou au supermarché.

Sans qu’elle le demande, nous sommes prêt à aider cette dropfinjolie brune qui vient d’échapper le contenu de son sac à main, mais eux… les aider à monter dans le bus, c’est une contrainte…

Alors j‘ai eu besoin d’elle, j’ai eu besoin d’ une Emily Archer qui fasse exploser tout ça, d’ une teigne, d’ une vraie dure qui ne supporterait aucun de ces regards, qui n’aurait peur de rien ni de personne; une Emily Archer dangereuse, qui déciderait seule de qui mérite de vivre dans son monde, ou pas… une Emily… tellement femme en fait…

Elle a débarqué un beau matin dans mon imaginaire et s’y est installée. Je ne le regrette pas, comme moi vous l’aimerez, et vous n’y pourrez rien…

Le regard que nous avons sur les personnes handicapées sera transformé après cette lecture ! Jof Brigandet amène son lecteur, avec noirceur, douceur et poésie à changer sa manière d’être, l’image parfois faussée des choses et à réaliser la normalité faite être humain…

Merci Jof Brigandet, pour cette poésie, cette leçon de vie, ce regard apporté… Merci de m’avoir tantôt fait sourire, tantôt horrifié, tantôt prendre en pleine face ma réalité et le changement que nous devons apporter à nos comportements discriminatoires…

Merci aux éditions du Caïman de reconnaître les talents et de le mettre en avant…

dropfin

Jof Brigandet par ses soins :

« Publié sept fois en trois ans, et sur deux continents… mais qu’est ce que l’on s’en fout en fait… Chaque livre paru, c’est un peu de la vie de son auteur qui s’est enfuit, pourquoi vouloir y revenir ? L’actualité d’un écrivain, ses projets, sont beaucoup plus intéressants. Mais promis, à partir d’aujourd’hui je commence ma bio… »

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

 

La fille d’avant de J-P DELANEY

41nsmtjmyel

Editeur : Mazarine Parution : 08/02/2017 ♦ Pages : 432 ♦ Prix : 21,90€ Genre : Thriller psychologique

La manipulation est au cœur de ce livre !

L’auteur, J.P. Delaney, nous propose avec la fille d’avant, un condensé sur la vie humaine et les sentiments contradictoires qui peuvent en découler…

Comment la manipulation s’installe et peut influencer le quotidien d’une personne.

Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Elle découvre « One Folgate Street » et  est conquise par cette maison ultra moderne, chef d’œuvre de l’architecture minimaliste, parfaite. Pour pouvoir y vivre, elle doit se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs.

Quel drame peut entraîner l’être humain à s’auto-punir en acceptant consciemment la manipulation ?

La maison est pensée pour transformer celui qui y vie, Jane en est persuadée. Jusqu’au jour où elle apprend qu’Emma, la locataire précédente, qui lui ressemble …. y a trouvé la mort…

Pour prendre un nouveau départ le mieux c’est encore de changer de lieu de vie, de décor et parfois d’amis… donc pour accéder à la perfection de « One Folgate Street »,  maison ultra-moderne et connectée, dessinée par un architecte adepte du minimalisme, … il faut en payer le prix… Ce n’est pas toi qui décides que tu vas vivre un nouveau départ, c’est le propriétaire qui décide si tu le mérites ou pas… et pour vivre dans cette maison il faut ressembler à cette maison… Il faut la vivre, la sentir, s’en imprégner…

Les chapitres s’alternent et ne ressemblent pas ! J’ai beaucoup apprécié la succession des chapitres qui naviguent entre Jane, la fille de maintenant et Emma la fille d’avant, qui a vécu dans ces murs.

C’est incroyable de constater la similitude des choix qu’elles font.

Elles se ressemblent physiquement et leurs actes sont quasi identiques, malgré les 3 ans qui séparent la vie de ces deux femmes.

Le passé d’Emma rejoint et croise le présent de Jane, les rendant plus proche que jamais au point d’en devenir troublant…

La maison est un personnage à part entière, une maison connectée, qui contrôle ton poids, qui te pose des questions et ne rebranche le tout qu’une fois que ton questionnaire est validé… Cet endroit te possède peu à peu, au point que tu es fait à son image, minimaliste, épuré.

Un excellent thriller psychologique avec une construction déroutante, c’est presque un huis clos oppressant… La manipulation à l’état pur. Tout le monde manipule tout le monde et même la maison devient manipulatrice …

Je tiens à remercier les éditions Mazarine et NetGalley pour cette découverte en avant-première.

Bravo à l’auteur qui a su distiller avec parcimonie le doute, l’obsession, la manipulation. Le suspense est travaillé de main de maître et s’installe peu à peu, à l’image de la maison qui prend peu à peu possession de toi… Le mystère s’épaissit autour de ces deux femmes pour un final d’une excellente qualité et que je n’ai pas vu venir ! Un auteur à suivre c’est certain.

La fille d’avant fait l’objet d’une adaptation par le réalisateur Ron Howard, c’est dire la qualité de ce thriller psychologique dont le cœur est la manipulation…

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

challenge un pavé par mois

challenge-un-pave-par-mois

ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture