Archives du mot-clé Challenge ABC spécial auto-édition

Le cri de l’engoulevent de Magali Cervantes

https://julitlesmots.files.wordpress.com/2017/09/jelisdesauton_ditn_s.png?w=123&h=113

Parution : 13 juin 2017 – Prix papier :  16,00€ – Prix Numérique : 2,99€ – Pages : 280 – Genre : romance – thriller-Psychologie


J’avais une certaine appréhension en plongeant dans cette lecture… J’étais sur mes gardes, car je ne suis pas une fana de romance… J’aime les sentiments torturés et j’aime surtout que cela ressemble à la vie! Pour avoir lu certaines romances étant jeune, j’ai toujours la sensation qu’une fois qu’on en a lu une on les a toutes lu… En bref, j’allais à tâtons et hésitante lire « le cri de l’engoulevent » de Magali Cervantes.

Contre toute attente, l’intrigue m’a vraiment plu et j’ai lu quasiment l’intégralité en une journée. Oui il y a une histoire d’amour, oui c’est une passion mais une très belle surprise.

L’auteur manie l’art des sentiments avec dextérité et ne tombe jamais dans la mièvrerie avec cet amour torturé, mais qui une fois le livre refermé, passe au second plan. Car ce que le lecteur va retenir c’est l’hymne à la vie, le respect que chaque personne doit avoir pour soi-même.

L’auteur nous entraine dans une histoire qui débute dans les années 30 et balaie un pan entier de l’histoire de France, mais nous fait aussi voyager en Afrique, dans un Cameroun qui vit les prémices des premières révoltes de son indépendance… Après la défaite de l’Allemagne lors de la Grande Guerre en 1918, le Cameroun se retrouve, pour la partie orientale administré par la France qui adopte une politique « d’assimilation » et pour la partie occidentale administré par le Royaume-Uni. Chacun de ces deux pays imprimera sa marque à son Cameroun, la France adoptant la politique de l’assimilation et le Royaume-Uni celle de l’indirect rule c’est à dire une colonie gérée par des chefs indigènes au profit de la nation coloniale.

L’Afrique est contée avec magie dans ce qu’elle a de plus merveilleux et la beauté des gens, des paysages tout est ressenti par le lecteur qui est transporté dans cette période lors de laquelle Rose vit une vie parfaite, une vie dont elle a toujours rêvé… Les personnages sont décrits avec justesse et le lecteur arrive à les visualiser grâce à la plume de l’auteur qui leur donne vie. Il se dégage d’eux une douceur palpable, une sérénité contagieuse, qui contamine le lecteur comme Rose qui peu à peu s’ouvre à la vie, comme une fleur qui éclos…

Une fleur que le Cameroun arrose pour la magnifier… Mais la graine de la culpabilité que sa mère a fait germer en elle est trop lourde à porter… Tellement lourde que Rose abandonne ce Cameroun, abandonne son amour, s’abandonne pour se vouer corps et âme à cette mère… Une mère qui n’a cherché que son bien-être à elle, sans jamais se soucier de celui de sa fille… Une mère manipulatrice, dominatrice qui ne vit que pour rabaisser sa fille… Dont la vie n’a certainement pas été simple, mais qui refuse que sa fille soit heureuse, puisque elle ne l’est pas.

Cette mère qui dominera Rose, jusqu’à la toute fin…

Un livre sur la vie, sur la vie que l’on gâche par peur de déplaire… Une vie que l’on refuse de vivre, que l’on oublie de vivre, mais une vie qui nous échappe et qu’il est impossible de revivre lorsqu’elle nous quitte… Une vie que Rose à refuser de vivre, qu’elle a subit… Une vie qui lui échappe… Elle n’est que la simple spectatrice du temps qu’on passe sans décider d’en devenir l’actrice… 

L’auteur m’a touché avec sa plume, m’a bouleversé… Cette histoire de femme ne peut que faire écho et nous renvoyer à nos propres choix.

Un livre d’une grande sensibilité avec une fin très émouvante et révélatrice de l’influce des décisions que nous prenons.

En bref, une lecture touchante dont la romance ne prend qu’une place très secondaire , puisque la trame principale choisie par l’auteur est autre… L’auteur veut pousser son lecteur dans ses retranchements et l’oblige ainsi à ouvrir les yeux et prendre des décisions… Vivre sa vie, la savourer , savourer chaque instant de bonheur mais surtout la vivre non pas pour les autres mais pour soit.

Après 10 années d’écriture, et cinq livres publiés dont le premier « De l’autre côté des nuages » aux éditions l’Apart, je vous invite à découvrir mon travail d’écriture qui consiste à mettre en lumière les gens de l’ombre, et plus particulièrement, les combat de femmes.
Tous mes livres parlent de la lutte.
Des livres positifs, qui donnent envie d’agir et de se battre, parce que lutter c’est vivre et se résigner c’est mourir.
Ce qui m’intéresse : les histoires de vie extraordinaires de gens ordinaires, ou les histoires de vie ordinaires de gens extraordinaires, les histoires de luttes, les relations humaines, les sentiments, les émotions. L’humanité en ce qu’elle a de meilleure.
Les combats de femmes. Ce qui dérange, interpelle, moleste, ne laisse pas indifférent.

Challenge ABC 2017 auto-édition  –  Challenge polar 2017-2018         

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

 

 

 

Publicités

Une dose d’adrénaline de Thomas Lejeune

Parution : 8 février 2017 – Prix papier :  14,99€ – Prix Numérique : 0,99€ – Pages : 530 – Genre : Thriller – romance –

Cela faisait plusieurs mois que ce livre attendait dans ma PAL, effectivement je l’ai acheté suite à plusieurs retours positifs que j’ai vu passer à droite à gauche… 

Une fois ma lecture terminée, je me suis sentie bien seule… 

Bien seule face à ma déception… 

Peut-être suis-je exigeante ? C’est certain… 

Trop sévère ? Non, surtout que ma déception, ne porte pas tellement sur l’intrigue, dont l’appréciation reste très subjective.

Je dois dire que j’ai du mal à faire un retour clair, tellement tout est confus dans mon esprit.

Confus, comme cette lecture l’a été. Mon esprit est confus au même titre que la confusion qui règne dans ce livre… Ok l’intrigue est mignonne, change de ce que l’on a déjà pu lire avec ce jeune couple dont la vie amoureuse est parsemée de jeux de rôle qui pimentent leur quotidien… Cap ou pas Cap… L’idée est vraiment sympa. Mais pour moi ça s’arrête là.

La construction des personnages manque de profondeur, de caractère et je n’ai réussi à m’attacher à aucun d’entre eux… Sauf peut-être le père, qui reflète bien la déchéance d’un père qui a perdu son boulot et qui se retrouve à ne plus pouvoir rien gérer tellement la bouteille est devenue son amie…

Même si l’auteur nous entraine avec un début qui démarre vite, dans des situations aussi tragiques les unes que les autres, j’ai eu du mal à m’imprégner et à entrer complètement dans ce récit.

Ce qui ressort du récit, c’est l’amour que l’auteur a pour cette Irlande, qu’il évoque avec plaisir…

Plusieurs choses m’ont vraiment gêné et je n’ai pu me détacher des erreurs qui parsèment le récit.

J’ai du mal à comprendre comment l’auteur a pu se laisser entrainer dans un phrasé aussi lourd et aussi mal construit. Pourquoi utiliser des phrases compliquées qui ne viennent qu’alourdir le récit et casser une dynamique.

« le vent siffleur amplifiait son mal de crâne corrosif » Pourquoi ne pas utiliser un langage simple qui ne soit pas imagé au point d’en être ridicule.

« son vélo déposé en vrac… » « Des réverbères nasillards » 

« La nervosité la gagna en déchiquetant la première enveloppe »

« Sorti de ses pensées bibliques »

« sa main droite martyrisant le haut du volant. Pris d’un râle de gorge tenace, il grimaça et le défonça de trois violents coups. »

« …elle ôta et s’offusqua devant sa chaussure accidentée toute neuve… » Je n’ai jamais vu une chaussure accidentée…

« aux yeux désorbités »

«…rythme cardiaque cognait sa poitrine par épisodes aléatoires…» Son cœur cognait fort dans sa poitrine… Simple, directe…

«…Aaron retrouvait des brides d’admiration pour Emmy…» Des bribes auraient certainement été plus logique…

Je trouve vraiment dommage que l’auteur présente un texte avec autant de fautes et de contresens. Je suppose qu’en tant que lectrice je devrais m’attacher à l’intrigue et moins à l’écriture. Sauf que pour moi les deux sont intrinsèquement liées et je ne peux apprécier un récit, même si l’intrigue est excellente, car elle sera gâchée par un français approximatif. Il n’y pas d’intrigue si elle est mal écrite !

J’espère sincèrement que l’auteur fera une relecture honnête et retravaillera son livre qui aurait pu être bon, car le postulat de départ avait de quoi faire un bon livre avec un rythme soutenu… Pour cela il faudrait élaguer quelque peu les longueurs et refaire une relecture attentive pour que les corrections soient faites.

Challenge ABC 2017 auto-édition – challenge un pavé par mois

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

challenge-un-pave-par-mois

 

 

 

Challenge polar 2017-2018 –                  ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

Alter Ego : Au-delà des apparences de Sélène Derose

https://julitlesmots.files.wordpress.com/2017/09/jelisdesauton_ditn_s.png?w=123&h=113

Parution : 6 juin 2017 – Prix papier :  13€ – Prix Numérique : 2,99€ – Pages : 386 – Genre : Thriller-psychologique


Je pensais tomber sur un thriller psycho-fantastique, mais je me suis trouvée entrainée dans un roman initiatique… L’auteur entraine son lecteur dans une bulle de douceur, à la recherche de soi… Nous faisons la connaissance de Niya, amérindienne dont la culture différente est très bien décrite par l’auteur.

Avec une écriture fluide, l’auteur nous entraine vers un sujet différent de ce que l’on peut découvrir. Elle nous explique les coutumes des natifs des États-Unis et elle le fait juste comme il faut, sans tomber dans des descriptions qui auraient pu se révéler trop longues et fastidieuses à suivre…

Niya va affronter son passé, pour vivre son présent et son avenir.

L’auteur oblige son lecteur à se poser des questions pour découvrir Niya et malgré toutes ses interrogations, le fin mot sera délivré par l’auteur qui perd son lecteur pour le retrouver et lui livrer une part de vérité… La fin restant ouverte et permettant à chaque lecteur d’appréhender les choses comme il veut…

Un roman sur la quête de soi, sur la recherche de son moi profond…

Des personnages hauts en couleurs et très bien construits, chacun apportant sa pierre à cette lecture la rendant plus agréable.

Elle a écrit « Quêtes, d’ombre et de lumière » (2017), un recueil d’histoires courtes et « Alter Ego: Au-delà des apparences » (2017), un roman psycho-fantastique, contemporain et moderne. Sélène Derose vit à Montpellier depuis une dizaine d’années. son site : http://www.selenederose.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/Selene.Derose.auteur/
Twitter : https://twitter.com/selene_derose

Challenge ABC 2017 auto-édition 

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

Elle vivait dans nos yeux de Sophie Blitman

https://julitlesmots.files.wordpress.com/2017/09/jelisdesauton_ditn_s.png?w=123&h=113

Parution : 25 janvier 2017 – Prix papier :  12€ – Prix Numérique : 2,99€ – Pages : 204 – Genre :  thriller-psychologique


Comme chaque année , un groupe d’amis se réuni après les vacances d’été pour passer un moment ensemble. Une parenthèse avant une rentrée qui peut être tumultueuse… L’auteur va prendre le temps de nous planter ses personnages, leurs caractères, en les présentant sur plusieurs facettes… Le lecteur entre dans leur intimité, leurs souvenirs dévoilant par la même occasion leur affinités et opposition… Leurs divergences…

La mort tragique du personnage fédérateur va faire exploser le groupe… Faire émerger les différents… Sa mort va créer un vide et entrainer le lecteur sur les traces de celle que l’on ne connaitra pas… Mais dont la perte sera l’élément déclencheur de la rancœur, un goût amer va entrainer ce groupe dans les désillusions et les trahisons… Le deuil modifie parfois notre perception de l’autre… Les personnages s’interrogent sur leur vie, leurs sentiments, leurs échecs, les rapports qu’ils entretiennent, les non-dits…

L’absence de dialogue est assez déstabilisante, c’est une lecture descriptive des sentiments humains

Le début est long à se mettre en place, l’auteur part dans des descriptions que j’aurais souhaité plus courtes et un démarrage plus rapide… C’est long et lent tout à la fois… J’aurais préféré que  cela soit plus rapide et concis, pour permettre au lecteur de s’approprier l’intrigue sans s’ennuyer…

Malgré ce début, introspection sur chaque personnage, l’auteur évoque un drame… Qui sera le début de la fin de cette amitié… Une amitié qui va en prendre un coup… Les chapitres sont plus courts, plus dense avec des changements de personnages, donnant une dynamique plus intéressante au récit…

Je me suis parfois trouvée un peu larguée… Plus de dialogues auraient pu permettre de s’attacher aux personnages dont les pensées s’entremêlent au point parfois de perdre le lecteur…

Malgré ces longueurs, l’auteur a une plume agréable, j’aurais souhaité plus de profondeur dans la construction des personnages, l’idée de traiter le deuil, le comment vivre après est très bonne, mais les descriptions trop longues m’ont fait perdre le fil et cela ne m’a pas permis de m’attacher aux personnages… Peut-être cette distance créée par l’auteur est-elle nécessaire pour parler de ce sujet, mais du coup le lecteur se sent comme spectateur sans jamais ressentir d’empathie…

Un premier roman, qui a des qualités, mais qui aurait pu être moins descriptif, qui aurait pu être élagué un peu, histoire de faire du lecteur un acteur à part entière et lui permettre de s’identifier aux personnages. L’auteur a du potentiel et sa plume ne peut que s’améliorer…

Je remercie l’auteur, Sophie Blitman pour cette lecture atypique qu’il est difficile de classer, c’est une histoire sur la vie, sur les sentiments et les émotions de chacun…..

Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné en tant que professeure de français avant de se tourner vers le journalisme, tout en restant dans le domaine de l’éducation. Aujourd’hui indépendante, elle partage son temps entre son activité de journaliste et l’écriture de fictions. « Elle vivait dans nos yeux » est son premier roman.

Challenge ABC 2017 auto-édition 

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

 

Le temps des étoiles de Jo Rouxinol

Parution : 1er mai 2017 – Prix papier :  9,50€ – Prix Numérique : 2,99€ – Pages : 176 – Genre : Fantastique-Littérature jeunesse

Depuis sa sortie, il patiente gentiment dans ma liseuse… Toujours d’autres livres… D’autres lectures… D’autres projets… Chaque livre possède son moment de lecture… Notre choix est parfois influencé par une réflexion… Un sujet qui nous touche…

L’auteur, Jo Rouxinol, aborde avec «le temps des étoiles» un sujet qui parle à tout à chacun… Un sujet que l’on ne peut ignore… Surtout en ce moment…

Elle aborde un sujet grave, avec une grande subtilité dans le choix des mots… Une délicatesse dans l’écriture qui fait écho à ce sujet délicat…

Elle aborde avec une sensibilité rare, la haine, la désinformation, l’antisémitisme… Le tout est ponctué d’une écriture d’une très belle qualité et irréprochable.

Il est difficile d’aborder la Shoah, le conflit Israélo-palestinien, l’antisémitisme dans un seul livre, pourtant l’auteur y arrive et cela de manière inattendue…

Non pas en le faisant comme un cours, qu’elle donnerait à ses élèves… Mais en faisant voyager son élève dans le temps… Un élève, qui s’interroge et à qui on montre que tout est manipulation, même la Shoah serait un prétexte… Cela serait faux … Des propose antisémites tenus par un autre élève…

En faisant ce voyage, Ilyes, plonge dans l’horreur… Plonge dans un pan de l’histoire, dont l’être humain ne peut se sentir fière et surtout sera confronté au quotidien d’une famille juive… Perdu, parce qu’il se retrouve dans les années 40 (sans portable…) et perdu parce qu’il va comprendre… Comprendre que l’horreur est vraie et qu’elle n’a rien d’un conte…

Ce qu’il apprend dans son bouquin d’histoire est vrai… Mais comment cela est possible ? Comment l’être humain peut-il faire ça ?

Aucun jugement n’est émis, aucun jugement sur ce que peuvent penser les négationnistes…. L’auteur aurait pu facilement tomber dans ce travers, pourtant elle ne fait que raconter une histoire qui touche sans jamais juger. Elle oppose deux points de vues qui sont présentés : ceux qui y croient et ceux qui pensent que c’est faux…

Le choix narratif est très judicieux et rend la lecture encore plus touchante puisqu’elle permet au lecteur de faire une immersion totale dans le récit.

Les personnages sont touchants et très bien construits. Mehdi trouve peu à peu la lumière et le chemin à suivre, pour enfin s’affranchir de cet autre élève… Cet élève qui a la haine de l’autre… Cet élève qui reflète une pensée haineuse et surtout représente une partie de la population qui se sent exclue et qui recherche sa vérité dans l’extrême… L’extrémisme religieux… Mais pas que…

L’auteur l’aborde avec subtilité mais sans jamais mettre les pieds dans le plat et pointer du doigt une pensée différente… Elle tente d’expliquer, de mener son lecteur par la main, à la manière d’un conte qui guiderait vers une pensée, une réflexion et amènerait le lecteur à se faire son idée… Pas de morale à deux balles qui auraient pu entrainer un débat stérile, mais une pensée qui s’insinue en chaque lecteur pour qu’il trouve sa propre voie…Sa propre réflexion…

Un roman jeunesse, mais pas que «le Temps des Étoiles », c’est une lecture parfait pour aborder certains sujets avec délicatesse et une pré-réflexion. Une lecture, qui ouvre vers le dialogue et la tolérance.

« Le temps des étoiles » est une fiction, certes, mais qui intègre des éléments historiques bien réels. Parmi eux, le témoignage de Charles Baron, à la fin, est totalement conforme à l’histoire de cet ancien déporté d’Auschwitz, dont voici un aperçu:

Une lecture à faire découvrir à nos ados, pour les aider à prendre part à certains sujets et qui devrait être proposée au collège.

En tout cas, je le ferais découvrir à mon fils, en temps voulu…Une lecture, un livre apporte parfois une meilleure réponse…

Challenge ABC 2017 auto-édition

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

Prix des Auteurs Inconnus – Catégorie : Premier Roman – L’Arménien de Carl Pineau

Parution : 6 décembre 2017 – Auto-édité – Prix Numérique : 2.49€ – Prix Papier : 16,90€ – 311 PagesGenre : Thriller – Polar

Ce livre a été sélectionné pour le Prix des Auteurs Inconnus, que je vous invite à découvrir Ici ou ici ou encore   🙂

Avec son premier roman, l’auteur, Carl Pineau, fait le pari de nous embraquer dans les années 80, ce qui est très intéressant et je dois dire que de ce côté-là on est servi…. L’ambiance est vraiment palpable et tellement bien retranscrite qu’on s’y croirait.

Une histoire somme toute banale, un caïd des nuits nantaises qui se fait assassiner, cela aurait pu être une histoire simple, sans fioriture qui aurait fait passer un bon moment, sans laisser de souvenir impérissable. Mais l’auteur a un vrai talent et la construction narrative est excellente avec ces flashbacks, permettant peu à peu au lecteur de comprendre pourquoi le personnage principal, Luc, est retrouvé mort ce 22 décembre 1989, deux balles dans la peau, partiellement calciné…

L’auteur a réussi le tour de force de m’entrainer dans cette ambiance sombre du monde de la nuit, avec cette liberté qui prédominait au début des années 80, avec sexe à gogo, sans protection… C’est glauque, c’est cru, c’est noir et tellement bien construit que l’on visualise la drogue, les dealers, les boites de nuit avec ces videurs, bâtis comme des armoires… King Kong, un personnage secondaire archétype des nuits chaudes…

Bertrand, coiffeur et seul véritable ami de Luc., qu’on aime et déteste à la fois, queutard sans vergogne, confronté à la perte de son meilleur ami… Petite frappe des milieux nantais, dealer d’herbe à ses heures, mais avec de l’honneur, car ne veut pas toucher à la drogue dure… Qui fera connaître les endroits les plus mal famés de Nantes à Luca… Il va l’initier au monde de la nuit, comme un grand frère qui guide…

Françoise, psy de Luc depuis son enfance, qui a développé des liens qui peuvent sembler particuliers, mais que l’on arrive à comprendre au fil de la lecture.

La trame est différente de ce que j’ai pu lire jusqu’à aujourd’hui, puisque ce n’est pas réellement un déroulé d’enquête policière que nous suivons, mais la voix de ses amis qui nous font remonter le fil des évènements.

Carl Pineau, propose une intrigue très bien bien ficelée qui peut sembler débuter lentement, mais qui peu à peu entraine le lecteur vers des révélations qui donnent envie de poursuivre la lecture pour comprendre et surtout apprendre à connaitre ces personnages très bien construits, très différents les uns des autres, certains détestables, d’autres attachants… Un langage très crue,parfois vulgaire, qui peut choquer… Mais auquel on se fait très bien puisqu’il cadre parfaitement aux personnages et à l’atmosphère des années 80.

J’ai particulièrement apprécié l’alternance des points de vue et celle alternance entre passé et présent… Même si parfois, il fallait que je m’accroche pour savoir qui parlait … Les indications de temps restent assez floues, certainement voulues par l’auteur pour dérouter son lecteur et l’obliger à se concentrer sur l’intrigue et la construction narrative.

L’auteur parsème son histoire des évènements majeurs des années 80, l’élection de Mitterrand… La chute du mur de Berlin… La découverte du Sida et surtout l’impact que cela va avoir sur les relations sexuelles, la prise de conscience du danger des MST… Mais surtout la transcription de la vie des jeunes de cité et la seule échappatoire qu’ils trouvent en dealant, la place qu’ils ont du mal à se faire sans ces années « touches pas à mon pote » et le racisme auquel ils sont confrontés… En fin de compte, même si les choses ont quelque peu changé… Malgré les années d’écart… Peu des choses ont changé… Dans l’esprit de certaines personnes…

La couverture, faite «maison» présente bien l’ambiance froide et sombre des nuits nantaises dans laquelle le lecteur va plonger.

Pour un premier roman, l’auteur propose un excellent livre, auquel je n’ai trouvé aucun défaut, une plume très bien travaillée et un talent d’écrivain pour le plus grand plaisir des lecteurs amoureux des bons polars.

 

Né en 1966 à Nantes, Carl Pineau commence très tôt à fréquenter la vie nocturne de la ville. Il est encore très jeune lorsqu’une discothèque l’embauche pour animer les soirées. Les lieux cultes nantais deviennent pour lui un univers familier. À 21 ans, il quitte le monde de la nuit et reprend des études. Nantes est sa ville de cœur. Pourtant, en 2009, avec sa femme et ses deux enfants, il décide d’aller voir le monde pour réaliser son rêve d’enfant: écrire.

La famille se fixe d’abord au Québec, où Carl suit les cours de création littéraire de l’université de Laval et entame L’Arménien, et marque le début de la collection Nuits Nantaises.

Depuis 2015, la tribu habite en Thaïlande, où Carl continue d’écrire. Malecón, thriller politico-financier situé entre Paris et Cuba, sortira en 2018. Deux autres polars de la série Nuits Nantaises sont également en rédaction.

Plus d’information sur le blog de l’auteur sur la page Facebook de Carl Pineau et sur son twitter.

Challenge ABC 2017 auto-édition 

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

 

Challenge polar 2017-2018 –                     ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

Avec elle de S. Bakowski – Sans elle de A. Antoine

https://julitlesmots.files.wordpress.com/2017/09/jelisdesauton_ditn_s.png?w=123&h=113

Parution : 9 novembre 2017 – Prix papier :  14,90€ – Prix Numérique : 3,99€ – Pages : 374 – Genre : Thriller-psychologique


Il était une fois une famille heureuse et unie. Des jumelles de six ans qui se ressemblaient comme deux gouttes d’eau. Des fillettes fusionnelles qui grandissaient ensemble et s’adoraient. Avant de se jalouser et s’empoisonner. Il était une fois des jumelles inséparables.
Pour le meilleur, ou pour le pire ?
Il était une fois une histoire qui n’a rien d’un conte de fées.

https://julitlesmots.files.wordpress.com/2017/09/jelisdesauton_ditn_s.png?w=123&h=113

Parution : 9 novembre 2017 – Prix papier :  14,90€ – Prix Numérique : 3,99€ – Pages : 396 – Genre : Thriller-psychologique

Il était une fois une famille heureuse et unie. Des jumelles de six ans qui se ressemblaient comme deux gouttes d’eau. Des fillettes fusionnelles qui grandissaient ensemble et s’adoraient. Jusqu’à un soir de feu d’artifice où l’une d’elles se volatilise brutalement. Il était une fois des jumelles inséparables. Jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une.
Il était une fois une histoire qui n’a rien d’un conte de fées.

Avec elle, de Solène Bakowski et Sans elle, d’Amélie Antoine, deux romans pour un projet commun. Un point de départ identique pour deux histoires distinctes qui peuvent se lire indépendamment l’une de l’autre.
Une même famille, une même situation initiale, mais un événement qui vient tout bouleverser.

Pour tous ceux qui se sont un jour demandé : Et si un seul détail de ma vie avait changé, est-ce que tout aurait été radicalement différent ?
Pour tous ceux qui aiment voir les deux faces d’une même pièce.

Je remercie Solène Bakowski et Amélie Antoine pour leur  confiance et la faveur qu’elles m’ont faite en me permettant de découvrir leurs livres avant leur sortie officielle. J’ai tout de suite été emballée par ce projet et son originalité. Un pari osé qui entraine le lecteur dans deux lectures parallèles, deux romans qui débutent de la même manière, mais qu’un événement vient chambouler. La vie d’une famille sera bouleversée, mais surtout la vie de des deux sœurs jumelles, qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau… Mais jusqu’où la ressemblance peut-elle aller

Dans la version d’Amélie Antoine, « Sans elle », par laquelle j’ai commencé, une des jumelles, disparaît le soir du 14 juillet, sa sœur va apprendre à vivre seule « sans elle »

Dans la version de Solène Bakowski, « Avec elle », le fameux soir du 14 juillet, un lacet fera basculer la vie de cette famille, toujours un drame mais les jumelles grandissent ensemble, s’aiment, se détestent tout à la fois…

Deux versions aussi passionnantes l’une que l’autre, qui peuvent parfaitement se lire indépendamment, mais cette lecture simultanée apporte une saveur toute particulière, car les deux récits, même s’ils sont différents sont complémentaires, au point que parfois les plumes de ces deux auteurs se confondent comme pour n’en faire qu’une.

La question qui se posera, obligera le lecteur à une introspection : « Et si j’avais fait ça au lieu de cela ? Si un seul détail de ma vie avait été différent… Est-ce que ma vie aurait été identique ?

La plume de Solène Bakowski  me fascine toujours autant. A chaque fois que je plonge dans un de ses livres, je suis Bouleversée par sa vision de l’être humain, pas son analyse de la psychologique face aux drames qui jalonnent les vies de ses personnages. Des personnages qu’elle rend vivants tellement ils nous ressemblent et tellement le lecteur peut transposer leur vécu au notre.

« Avec elle » ne déroge pas à la règle des écrits de qualité et sa plume reste aussi incisive, directe et parfois poétique que dans ses autres écrits.

J’ai eu le plaisir de découvrir la plume d’Amélie Antoine que je trouve plus manipulatrice avec son lecteur avec une écriture plus directe. Elle prend moins de gants pour amener les choses et nous plonger dans l’horreur d’une enquête dans laquelle les parents et leur relation sera disséquée, au point que le doute s’immisce entre eux… Le doute le pire ennemie face à une disparition d’enfant… Une mère à bout de force, la nervosité est palpable avec une atmosphère à découper au scalpel tellement elle est lourde et nous prend dans un étau pour nous étouffer..

Le lecteur va suivre cette famille sur une dizaine d’année… Une dizaine d’année qui seront horribles et qui seront l’antre de la chute du couple qui ne pourra résister … Comment se construire lorsque sa sœur jumelle disparait … Comment une petite fille se construit lorsqu’elle grandit dans l’ombre de « l’enfant aimé », Tout est disséqué avec brio, au point que l’on ne peut sortir indemne de ce genre de lecture qui touche à l’amour viscéral que l’on porte à son enfant… Comment continuer à vivre ? Survivre… Pour l’enfant qui reste… Qui devient une victime et otage des sentiments de culpabilité, otage du film que l’on se refait en boucle…

La vie ne tient pas à grand-chose… La vie peut basculer le jour où l’on prend le temps de faire un lacet… Un lacet, comme l’image du fil sur lequel s’étire la vie … Le fil de la vie est tellement tenu… Tellement mince… Qu’il nous arrive de nous répéter inlassablement : « Et si je n’avais pas fait ça… Et si j’avais fait ça… »

Cette sensation que la vie a pris une tournure différente, que ce moment précis a fait basculer, reste vivace toute une vie au point d’affecter tous nos actes… Avec Solène Bakowski, je suis souvent ramené à mes propres choix… Sa plume me transporte et m’oblige à un retour en arrière. On pourrait penser que cela se fait dans la douleur, mais l’acceptation fait partie du processus de guérison et accepter que la vie puisse basculer en une fraction de seconde, permet de ne pas vivre dans les regrets…

Avec Amélie Antoine, j’ai vécu intimement l’enquête, la chute de cette famille qui ne peut se reconstruire. J’ai par moment eu l’impression de vivre au côté de cette famille et d’être spectatrice … Un peu comme une petite souris qui voudrait se faire discrète mais qui continue à venir voir ce qui se passe pour ne pas en perdre une miette…

Ici la gémellité prend une place importante, mais surtout la question de la relation fusionnelle qui peut exister entre les deux. Les relations entre jumeaux sont-elles aussi parfaites que ce que le mythe laisse penser. N’y a-t-il pas un jumeau qui prend le dessus ? Un jumeau souffre-douleur de l’autre ? Un jumeau manipulateur ?

J’ai particulièrement apprécié la relation entre ces sœurs jumelles, on sent un réel travail de fait sur les relations gémellaires. Le mythe tombe et enfin deux personnalités distinctes sont présentent et les jumelles sont tour à tour, amies, ennemies, dominante dominée. Avec la possibilité de se dissocier complètement et de construire sa propre personnalité… Une personnalité qui ne sera pas dans l’ombre de l’une… Mais cela peut-il se faire en présence des deux ?

Les oppositions entre les sœurs, avec leurs sentiments contradictoires, la violence qui caractérise les relations fraternelles, qui n’est pas réservée à la gémellité. Tout est abordé avec talent et retenue. La haine, l’amour, la violence.

Dans avec elle de Solène Bakowski, La place des parents est assez confuse… Le père a une place assez effacée et la mère semble ne pas trouver sa place dans cette relation, au point de parfois les confondre… Oublier qu’elles sont deux… Et ne créer une relation qu’avec une…

Dans cette relation, chaque parent doit trouver sa place pour l’équilibre… Du couple gémellaire mais aussi parental…

Alors que le couple parental est assez proche dans « sans elle », même si la relation s’étiole au fil des années, au fil des espoirs …

Une expérience de lecture qui m’a chamboulé, tant par les intrigues que par la manière que ces auteurs ont abordé des sujets qui m’ont remué les tripes. La perte d’un enfant… La famille qui se disloque… C’est de l’art à l’état pur avec des plumes aussi addictives et talentueuses l’une que l’autre.

Solène Bakowski est née en 1981. Elle est actuellement enseignante dans la région parisienne. Lien vers sa bio

 

 

Après avoir publié en 2011 un récit autobiographique, « Combien de temps », Amélie Antoine choisit l’autoédition en 2015 pour son premier roman, « Fidèle au poste », qui connaît très vite un immense succès numérique : plus de 250 000 lecteurs plébiscitent ce roman à suspense. Il obtient en 2015 le premier Prix Amazon de l’autoédition, avant de sortir aux éditions Michel Lafon en mars 2016 puis aux Etats-Unis.
Son second roman, « Au nom de quoi », est d’abord publié sous le pseudonyme de Dorian Meune en mai 2016. Ce texte hommage revient sur la soirée du 13 novembre 2015 au Bataclan, par le biais de personnages fictifs.

Challenge ABC 2017 auto-édition 

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

Challenge polar 2017-2018          –          ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

Esprit es-tu là de Jean-Philippe Vest

Parution : 1er mai 2017 – Prix papier :  15,99€ – Prix Numérique : 1,49€ – Pages : 613 – Genre : fantastique

Merci à l’auteur pour cette lecture et pour la confiance qu’il m’a accordé.

Ce qui m’a attiré en premier, c’est cette jolie couverture sobre et ce titre énigmatique, qui laissent présager un bon moment fantastique.

L’auteur nous embarque dans une histoire qui débute au 19ème siècle, Été 1853, une soirée mondaine anime un hôtel particulier au cœur de Paris. Les convives rient, discutent, rien ne semble pouvoir les perturber. C’est alors que le jeune Louis entame une conversation avec un invité qui ne devrait pas être présent. Et pour cause, le comte de Lamarck est décédé il y a un an… »

Il ne m’en fallait pas plus pour être ferrer… Et puis, j’étais curieuse de voir comment l’auteur allait tenir ses promesses sur un pavé de 613 pages… Et j’ai été agréablement surprise…

Dès les premières pages, l’auteur nous plonge dans le vif du sujet avec ce roman dont l’histoire peut paraître simpliste, mais qui surprend. En effet ces deux frère ont des dons… Chacun à sa manière est le parfait complément de l’autre… Ils sont jumeaux, rien que cela les rend spéciaux aux yeux des autres…

Dans la première partie, l’auteur nous décrit la vie de ces deux enfants, qui bascule le jour où Louis entame une conversation avec un invité décédé depuis un an… L’auteur nous fait découvrir comment est perçu le spiritisme au 19ème siècle, comment les parents avides de reconnaissance et d’argent pour ne pas perdre le rang qu’ils ont… Sont prêt à « sacrifier » leurs enfants pour que leur don leur soit profitable… Mais la société est régie de telle manière que même dans les plus hautes sphères on cherche à communiquer avec l’au-delà… Mais attention à ne pas être pris pour cible des gens de la haute…

Mais Louis, même en étant un enfant obéissant (nous sommes au 19ème siècle et on doit respect et écoute à ses parents… Même si l’on n’est pas d’accord) se rebelle… Et ne comprend pas pourquoi son don ne devrait profiter qu’à une élite…

J’ai trouvé les personnages très bien travaillés, on sent que l’auteur s’est documenté mais surtout que ses études en Histoire ont été un terreau profitable pour ce livre… Le 19ème siècle est très bien retranscrit avec aussi bien les décors et les descriptions extérieures que le caractère des personnages, leurs costumes… On s’y croirait et cela donne encore plus de volume et de réalité au récit.

Dans la seconde partie, les rôles changent… Des personnages entrent en scène et cela donne une nouvelle dynamique à la lecture et permet au lecteur de ne pas s’essouffler et surtout de maintenir une tension agréable avec une lecture addictive.

J’ai bouclé ce livre en 3 jours, ce gros pavé m’a accompagné dans les transports en commun, c’est dire que je l’ai trouvé bien !

L’auteur a une plume fluide, descriptive qui pourrait l’être moins sur certains passages, les personnages sont attachants, bien travaillés et on a parfois de belles surprises… Les évènements se déroulent sans grain de sable et découlent les uns des autres d’une manière assez agréable…

L’auteur arrive à faire prendre un virage très intéressant à la fin en se basant sur des faits historiques qu’il imbrique dans son récit sans que cela ne semble trop tirer par les cheveux.

Une suite se prépare et j’espère que l’auteur gardera une trame aussi riche à son récit, tout en réduisant quelques descriptions et répétitions superflues…

Il n’en demeure pas moins que j’ai passé un excellent moment de lecture et que j’ai hâte de pouvoir découvrir la suite.

N’hésitez pas à découvrir « Esprit es-tu là » en promotion pour ce mois d’octobre…

Né en 1978, Jean-Philippe Vest a deux modèles littéraires : Théophile Gautier et John Kennedy Toole. Paru en 2008, « Le Musée des Amours Lointaines » s’est vendu à plusieurs milliers d’exemplaires. Depuis, l’écrivain publie un roman par an.

 

Challenge ABC 2017 auto-édition – challenge un pavé par mois

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

challenge-un-pave-par-mois

 

 

 

Challenge de l’épouvante 2017-2018

Ne m’oublie pas de Lou Vernet

 

Parution : 10 juin 2015 – Books on Demand Prix papier :  12,99€ – Prix Numérique : 5,99€ – Pages : 170 – Genre :

En une journée ta vie bascule… En une journée tu peux tout remettre en question… En une journée tu peux décider de vivre et tourner la page ou continuer à te morfondre en tournant en rond…

Lou Vernet nous embarque dans les 24 heures de Jean, confronté à ses démons, ses choix… Et surtout il va devoir faire des choix…

C’est une lecture qui t’oblige à te poser des questions, au même titre que le personnage principal…

Au même titre que Jean, le lecteur ne peut passer au travers des mailles du filet et tout le talent de l’auteur est de nous emmener au plus profond de nous-même… En nous renvoyant à nos peurs, nos douleurs, nos interrogations…

Avec un style poétique et une très belle écriture, l’auteur nous transporte à un rythme lent mais sans lourdeur, de genre de lenteur qui te laisse te remettre après un uppercut… Une lenteur douce et intense, une leçon sur la vie à travers ces 24 heures qui pourraient être les nôtres… Le genre de lecture qui te fait prendre ton temps pour savourer les moment de sa vie ou bien décider qu’il est temps d’affronter ses démons et de construire son avenir, pour améliorer son présent…

Avec l’histoire de Jean, on vit 24 heures en immersion dans sa vie en parallèle à la nôtre, on lit en apnée… Il est tellement difficile de faire sa propre analyse, comme une psychothérapie en accéléré, 24 heures c’est long… Mais très court aussi… Au point qu’à la dernière ligne on émerge pour reprendre son souffle… Et respirer… Renaître… Décider de vivre en fin de compte…

Malgré nos blessures, les claques de la vie… Lou Vernet t’oblige à te regarder dans un miroir, comprendre qu’il faut vivre sa vie, arrêter d’être spectateur et enfin devenir acteur de cette vie…

Merci à l’auteur, pour ce livre qui voyage, pour ce livre véritable leçon de vie, avec lequel elle nous délivre nécessairement une part d’elle-même…

Écrivain, photographe, Lou Vernet est une autodidacte. Passionnée. Têtue. Et libre. Sa devise : « Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous n’en sortirez pas vivant. ». Son idéal et celui de ses lecteurs : Un éditeur fou, enthousiaste, curieux et courageux. 

Challenge ABC 2017 auto-édition

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

CHARLY : Au commencement de Cédric PERON

 

 

 

Parution : 17 mai 2017 – Auto-édition – Prix Numérique : 2,99€ – Prix papier :  10,55€ –  Pages : 239

Nous sommes tous potentiellement le con de quelqu’un et là Charly a décidé de faire le ménage et de ne rien laisser passer…

Il y a les cons dits gentils, ceux qui s’ignorent, qui n’ont pas conscience de leur état, mais qui ne distribuent pas leur connerie à tour de bras. Mais ceux que j’abhorre par-dessus tout, ce sont les cons méchants irrécupérables, les CMI comme j’aime à les appeler.

Une vraie curiosité que ce livre ! Le thème du thriller est rarement exploité du point de vu du tueur et c’est du coup encore mieux quand l’auteur a en plus une plume addictive.

Charly m’a prise dans ses filets pour faire de moi non sa victime, heureusement pour moi… Mais une admiratrice ! Une admiratrice de l’esprit complètement tordu de Charly ! Bon en même temps, qui n’a pas eu des envies de meurtres ? Qui n’a pas voulu tuer un con ? Je n’ai jamais franchis le pas, mais Charly ne les supporte pas… Les cons le rendent fous… Il ne peut rester sans rien faire et décide de s’occuper d’eux… Bon surtout les Cons Méchants Irrécupérables, les CMI comme il dit… Jusqu’au jour où LE con de trop rencontre sa route… Charly décide de prendre les choses en main et d’écouter ses pulsions… Il va se charger de ce con… à sa manière…

Les choses se mettent en place, peu à peu, mais sans longueurs, les personnages ne sont pas nombreux, mais être dans la tête du tueur donne l’impression d’un huis-clos qui frôle la folie…

Nous assistons à la naissance d’un tueur… Nous voyageons dans son esprit… Et il est sympathique ce Charly !  Il a une vie bien rangé et décide par moment d’assouvir son fantasme … Tuer un con… Des cons… La rage que Charly ressent par moment est palpable et c’est dans ces moment que j’ai ressenti du plaisir à être à ses côtés. J’ai ressenti aussi cette rage et cette envie de tuer… Après tout nous sommes tous des meurtriers en devenir… Je me suis attachée à lui et je l’ai compris…

L’auteur divulgue le tout avec parcimonie mais sans fioritures, avec une plume vive, et sur un rythme haletant avec des pointes d’humour noir cynique.

Un excellent thriller psychologique digne des plus grands !

J’ai retrouvé un peu de Dexter dans Charly, qui rend justice à sa manière. Charly n’a pas encore tout dit… Et je suis impatiente de savoir comment la suite va se construire, car les envies de meurtres de Charly ne peuvent que monter en puissance…

Challenge ABC 2017 auto-édition 

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

 

 

 

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture