Archives du mot-clé cinéma

True detective saison 1

true-detective-mixmediasaladesign

La première saison se déroule en Louisiane, en 1995, et narre l’enquête de deux inspecteurs de la Louisiana State Police, Rust Cohle et Martin Hart, chargés de résoudre le meurtre d’une jeune femme coiffée de bois de cerfs et tatouée de dessins sataniques.

true-detective-murder-620x457

Alors qu’ils ont quitté la police, ils sont contactés en 2012 par deux autres inspecteurs alors qu’un meurtre similaire a été commis.

Cet interrogatoire construit les retours en arrière qui dévoilent les étapes de l’enquête et l’évolution des relations entre les deux hommes et leur psychologie. Après cet interrogatoire, Rust va convaincre son ancien coéquipier de reprendre l’enquête que lui n’a jamais abandonnée. À eux deux, ils vont soulever un coin du mystère d’une série de meurtres sataniques et pédophiles.

1e2ceaa40b3c7cf55fbe4d29fcf3caec_large

Une série télévisée d’anthologie (un seul fil conducteur tout le long des épisodes, jusqu’au final)  américaine, créée et écrite par Nic Pizzolatto et réalisée par Cary Fukunaga.

Une bande son à tomber, une ambiance noire dont on ne sort pas indemne.

Tournée comme j’aime à « l’ancienne » comme dans les années 70/80. Ce qui lui donne un cachet terrible.

True-Detective

Les acteurs sont beaux, on les sent habités par les personnages dont ils endossent la peau ! Des meurtres terribles, dont on voit ce qu’il faut sans trop en voir pour donner la possibilité au spectateur de s’approprier complètement ce qu’il regarde!

true-detective-saison-1-photo-promo-rust

Les acteurs sont à la hauteur et arrivent à nous faire ressentir leur rage aussi bien que leur désespoir.

Une grande histoire d’amitié qui se dévoile sur fond de meurtres à élucider.

Du grand art.

true-detective-saison-2-nouvelles-affiches-promos-une-631x250

La deuxième saison prend place dans le nord de la Californie. L’officier de patrouille Paul Woodrugh retrouve un corps dans la juridiction de Ventura mais recherché dans la ville industrielle (fictive) de Vinci. Les inspecteurs Ray Velcoro, de Vinci, et Ani Bezzerides, de Ventura, sont assignés à une unité spéciale créée pour cette enquête. L’entrepreneur Frank Semyon, qui essaie de tourner la page de sa carrière criminelle, et sa femme Jordan suivent le déroulement de l’enquête de près, la victime leur ayant fait perdre beaucoup d’argent.

Bientôt sur mon écran 🙂

Publicités

Le cas 39 #LeFilmDeLaSemaine2016 – 14/52

2797727083_1

Une bonne surprise avec un scénario original et une très bonne entrée en matière. La petite fille arrive sans mal à nous mettre mal à l’aise. De bons acteurs qui rendent ce film encore plus convaincant et une ambiance assez anxiogène. La mise en scène assez efficace nous offre quelques bons moments de questionnements et de sursauts garantis.

Le final est assez terne mais le film est à voir malgré tout 🙂

Emily Jenkins est assistante sociale. Elle pense avoir tout vu parmi les situations familiales les pires… jusqu’à ce qu’elle ait entre ses mains un dossier bien mystérieux, celui d’une enfant de 10 ans, Lilith Sullivan. L’assistante sociale est convaincue que Lilith est maltraitée par sa famille, ce qui sera vite confirmé quand les parents essayeront de tuer leur unique fille. Emily parvient à arracher la jeune fille à son foyer et décide de la garder avec elle en attendant une bonne famille d’accueil. Mais elle ne tardera pas à découvrir que Lilith n’est pas si innocente qu’elle le pensait et que les apparences sont le plus souvent trompeuses.

 

 

 

Le Majordome #LeFilmDeLaSemaine2016 – 13/52

2171657

Savoir filmer presque trente ans de métier (en tant que majordome) à la Maison Blanche sans tomber dans le voyeurisme relève de l’impossible ! Mais le réalisateur y parvient avec Brio.

Le couple que forme Forest Whitaker et Ophra Winfrey est tout simplement magistrale … On est bluffé par cette distribution et par le jeu d’ Oprah Winfrey en femme aimante et alcoolo. Forest Whitaker montre une nouvelle fois qu’il est un grand acteur.

Cette histoire magnifique sert avant tout de toile de fond pour couvrir les plus forts moments de l’histoire américaine et de la ségrégation raciale. Et c’est là que le film tient toutes ses promesses …

Synopsis

Le jeune Cecil Gaines, en quête d’un avenir meilleur, fuit, en 1926, le Sud des États-Unis, en proie à la tyrannie ségrégationniste. Tout en devenant un homme, il acquiert les compétences inestimables qui lui permettent d’atteindre une fonction très convoitée : majordome de la Maison-Blanche. C’est là que Cecil devient, durant sept présidences, un témoin privilégié de son temps et des tractations qui ont lieu au sein du Bureau Ovale.
À la maison, sa femme, Gloria, élève leurs deux fils, et la famille jouit d’une existence confortable grâce au poste de Cecil. Pourtant, son engagement suscite des tensions dans son couple : Gloria s’éloigne de lui et les disputes avec l’un de ses fils, particulièrement anticonformiste, sont incessantes.
À travers le regard de Cecil Gaines, le film retrace l’évolution de la vie politique américaine et des relations entre communautés. De l’assassinat du président Kennedy et de Martin Luther King au mouvement des « Black Panthers », de la guerre du Vietnam au scandale du Watergate, Cecil vit ces événements de l’intérieur, mais aussi en père de famille…

LE SILENCE DES AGNEAUX #LeFilmDeLaSemaine2016 – 12/52

Le_Silence_des_Agneaux

Adaptation du deuxième opus d’une tétralogie écrite par Thomas Harris mettant en scène le personnage fictif d’Hannibal Lecter, brillant psychiatre cannibale.

Jonathan Demme signe ici un classique de l’épouvante. Au fur et à mesure que le film avance, on s’approche de plus en plus du tueur tout en étant de plus en plus perturbé par l’attitude d’Hannibal envers Clarice. Anthony Hopkins, joue un rôle perturbant et Jodie Foster, quant à elle, est incroyable dans ce rôle d’agent innocent perturbé par ce cannibale. Un scénario intelligent, une intrigue haletante, ce film est un excellent thriller policier à ne manquer sous aucun prétexte.

Synopsis

Il y a maintenant plus de dix ans que le monde a explosé. Personne ne sait ce qui s’est passé. Ceux qui ont survécu se souviennent d’un gigantesque éclair aveuglant, et puis plus rien. Plus d’énergie, plus de végétation, plus de nourriture… Les derniers survivants rôdent dans un monde dévasté et couvert de cendre qui n’est plus que l’ombre de ce qu’il fut. C’est dans ce décor d’apocalypse qu’un père et son fils errent en poussant devant eux un caddie rempli d’objets hétéroclites – le peu qu’ils ont pu sauver et qu’ils doivent protéger. Ils sont sur leurs gardes, le danger guette. L’humanité est retournée à la barbarie. Alors qu’ils suivent une ancienne autoroute menant vers l’océan, le père se souvient de sa femme et le jeune garçon découvre les restes de ce qui fut la civilisation. Durant leur périple, ils vont faire des
rencontres dangereuses et fascinantes. Même si le père n’a ni but ni espoir, il s’efforce de rester debout pour celui qui est désormais son seul univers.

 

La route : #LeFilmDeLaSemaine2016 – 11/52

Ma soeur étant venue passer le week-end dernier à la maison, nous avons parlé livres et dévié sur les films qui pouvaient se rapprocher de nos envies livresques!

Ni une ni deux, après avoir lu Extinction de Matthew MATHER, il nous fallait du lourd 🙂

artoff3603

On plonge dans cet univers apocalyptique où l’humanité a presque totalement disparue et ceux qui survient redeviennent des hommes primitifs.

Un film qui remue les tripes, terrifiant qui nous montrant que la phrase du philosophe Hobbes « l’homme est un loup pour l’homme » prend tout son sens. Une descente en enfer avec des personnages dans un univers incroyablement écrit,  souligné par des plans magnifiques et une réalisation parfaite.

J’ai eu des sueurs froide devant une telle violence et monstruosité de la part de cette humanité que nous chérissons tant. Un super film.

Synopsis

Il y a maintenant plus de dix ans que le monde a explosé. Personne ne sait ce qui s’est passé. Ceux qui ont survécu se souviennent d’un gigantesque éclair aveuglant, et puis plus rien. Plus d’énergie, plus de végétation, plus de nourriture… Les derniers survivants rôdent dans un monde dévasté et couvert de cendre qui n’est plus que l’ombre de ce qu’il fut. C’est dans ce décor d’apocalypse qu’un père et son fils errent en poussant devant eux un caddie rempli d’objets hétéroclites – le peu qu’ils ont pu sauver et qu’ils doivent protéger. Ils sont sur leurs gardes, le danger guette. L’humanité est retournée à la barbarie. Alors qu’ils suivent une ancienne autoroute menant vers l’océan, le père se souvient de sa femme et le jeune garçon découvre les restes de ce qui fut la civilisation. Durant leur périple, ils vont faire des
rencontres dangereuses et fascinantes. Même si le père n’a ni but ni espoir, il s’efforce de rester debout pour celui qui est désormais son seul univers.

 

Azur et Asmar un conte empreint de tolérance : #LeFilmDeLaSemaine2016 – 10/52

affiche_2

Décidément Michel OCELOT met la barre haut! Azur et Asmar est un régal.

Des couleurs et des images flamboyantes, qui laissent en admiration. L’histoire est un hymne à la tolérance, l’entraide et le métissage. Les décors sont exceptionnels, les personnages sensationnels. Un voyage idyllique dans un univers enchanteur et merveilleux.

Synopsis

Il y a bien longtemps, deux enfants étaient bercés par la même femme. Azur, blond aux yeux bleus, fils du châtelain, et Asmar, brun aux yeux noirs, fils de la nourrice. Elevés comme deux frères, les enfants sont séparés brutalement.
Mais Azur, marqué par la légende de la Fée des Djins que lui racontait sa nourrice, n’aura de cesse de la retrouver, au-delà des mers. Les deux frères de lait devenus grands partent chacun à la recherche de la Fée. Rivalisant d’audace, ils iront à la découverte de terres magiques, recelant autant de dangers que de merveilles…

 

9 films sur 52 du Challenge #LeFilmDeLaSemaine2016

9 Films vus pour le Challenge sur les 52 à voir pour le challenge

artoff8434

Victoria, fillette noire de milieu modeste, n’a jamais oublié la nuit passée dans une famille bourgeoise, à Paris, chez le petit Thomas.
Des années plus tard, elle croise de nouveau celui-ci. De leur brève aventure naît Marie. Mais Victoria attend sept ans avant de révéler l¹existence de l¹enfant à Thomas et à sa famille.
Sous le charme de la petite fille, ils lui proposent alors de l’accueillir régulièrement.
Peu à peu, Victoria mesure les conséquences de cette générosité.

Mon avis : Victoria, petite fille invisible, puis jeune fille effacée est sans doute un très bon personnage de roman (le film est tiré de l’œuvre de Doris Lessing, prix Nobel de littérature en 2007) mais est moins passionnant au cinéma.  Il y avait de quoi faire un beau mélodrame mais les personnages, le milieu social ne sont qu’effleurer.

———————————————————

305731

Scott Lang, cambrioleur de haut vol, va devoir apprendre à se comporter en héros et aider son mentor, le Dr Hank Pym, à protéger le secret de son spectaculaire costume d’Ant-Man, afin d’affronter une effroyable menace…

Mon avis : Un super-héros de Marvel qui se démarque grâce à ses pouvoirs originaux. La mise en scène nous place dans la peau de l’homme-fourmi. L’intrigue est simple et sans prétention,

 

image

 

#LeFilmDeLaSemaine2016 – 1 – 2 – 3

Je profite de mes congés pour me « vautrer » devant la télé et voir des films en famille.

3 films vus entre vendredi et ce jour :

image
Personne ne croit plus le professeur Trevor Anderson lorsqu’il affirme être sur le point de faire une extraordinaire découverte. Ses hypothèses révolutionnaires l’ont mis au ban de la communauté scientifique. Pourtant, au cours d’une expédition en Islande, Trevor et son neveu, le jeune Sean, sous la conduite de leur guide islandaise Hannah, vont se retrouver plongés dans l’inconnu.
Dans leur périple vers les profondeurs de la Terre, ils rencontreront des mondes inexplorés, des merveilles extraordinaires, des dangers mortels et des créatures fabuleuses… Une seule chose est certaine : à 6 km sous la surface, tout peut arriver.

Sympa comme tout! Une bonne introduction à l’univers de Jules Verne.

image

Dracula et sa bande de monstres déjantés sont de retour ! À l’hôtel Transylvanie, beaucoup de choses ont évolué : Dracula a enfin accepté de dégeler son cœur et d’ouvrir la porte aux humains. Mais il se fait du souci pour son petit-fils, Dennis : mi-humain mi-monstre, ce gamin est bien trop adorable à son goût, et il risque de faire un piètre vampire ! Alors, quand les parents du petit, Mavis et Johnny, s’absentent, Drac fait appel à ses amis Frank, Murray, Wayne et Griffin pour apprendre à Dennis à devenir un monstre, un vrai. Personne ne s’attendait à ce que Vlad, le père de Drac – un vampire très grincheux et très vieille école – choisisse ce moment pour débarquer à l’hôtel. Et quand il découvre que son arrière-petit-fils a du sang humain, rien ne va plus…
Le premier était déjà sympathique, le 2 est encore plus déjanté et a beaucoup plu à mon presque 9 ans.

image
Proposant un nouveau regard sur l’origine des personnages légendaires créés par J.M. Barrie, le film s’attache à l’histoire d’un orphelin enlevé au Pays Imaginaire. Là-bas, il vivra une aventure palpitante et bravera maints dangers, tout en découvrant son destin : devenir le héros connu dans le monde entier sous le nom de Peter Pan.

Une très belle adaptation ! Hugh Jackman est méconnaissable ! La bande son est superbe!

image
Ce challenge démarre fort, mais je prends de l’avance car avec la reprise du travail lundi j’aurais moins de temps 🙂

Seul sur Mars de Ridley Scott #FilmDeLaSemaine2016

image
Film américain de science-fiction réalisé par Ridley Scott, sorti en 2015. Le film est basé sur le roman du même nom de l’auteur américain Andy Weir.

Lors d’une expédition sur Mars, l’astronaute Mark Watney (Matt Damon) est laissé pour mort par ses coéquipiers, une tempête les ayant obligés à décoller en urgence. Mais Mark a survécu et il est désormais seul, sans moyen de repartir, sur une planète hostile. Il va devoir faire appel à son intelligence et son ingéniosité pour tenter de survivre et trouver un moyen de contacter la Terre. A 225 millions de kilomètres, la NASA et des scientifiques du monde entier travaillent sans relâche pour le sauver, pendant que ses coéquipiers tentent d’organiser une mission pour le récupérer au péril de leurs vies.

Mon avis :

Manque 3 éléments au film de Ridley Scott pour que son film soit un GRAND film de science fiction : l’émotion, l’attachement au personnage principal, qui prend tout au second degré. Enfin il manque une once de noirceur, de dramatique, de gravité comme ses précédents films (Prometheus, Aliens).

La première demi heure Matt Damon prend le contrôle pour ne pas se laisser abattre et la dernière demi heure, enfin un peu d’émotion. Less images sont magnifiques mais dans l’ensemble je me suis ennuyée.

Avec plus d’émotions, plus de dramatisation, et une psychologie du personnage plus développée, on aurait pu avoir un chef d’œuvre…

image