Archives du mot-clé dystopie

LA RUMEUR tome 1 : La fuite de Solenne Hernandez

 

 

 

 

 

Parution : 31 août 2016 – Auto-édition – Prix Numérique : 1,49€ – Prix papier :  12,79€ –  Pages : 424

Qui sait comment notre monde pourrait évoluer si une crise éclatait ? La mode est aux dystopies… Mais pas seulement… Ce qui intrigue lorsque l’on plonge dans ce genre de lecture c’est l’univers que l’auteur aura développé.

Avec la Rumeur, l’auteur nous embarque dans un monde où une crise majeure sévit, plus grand chose n’a de valeur… L’argent ne représente plus rien… Pour sauver cette humanité en perdition, le Secteur, gouvernement en place, pense résoudre la crise, en y mettant un terme.. Une rumeur se propage peu à peu, sans jamais être palpable… Certains vont adhérer… D’autres non… Il y a un prix à payer… Les rêves des enfants…

Afin de rendre le bonheur aux habitants du centre, le Secteur va voler les rêves et l’imagination des enfants pour les leur donner, les rêves deviennent convoités et ont une valeur inestimable… Pour cela on n’hésite pas à faire vivre un enfer aux enfants…

« Qui, qui diable dans ce monde qui courait à sa perte, pouvait donc sincèrement croire en la supposée clémence d’un Secteur qui tuait sans vergogne hommes, femmes, et enfants ? »

Le Secteur garantit l’apport de vivres et de sécurité aux villages et en échange, les habitants doivent travailler… Le Secteur pour le bonheur de certains n’hésite pas à semer la mort et la Terreur…

Dans ce monde post-apocalyptique, la terreur et l’oppression sont les maîtres-mots, les rêves et l’innocence n’ont plus leur places…

Nous suivons Brewen et Oswald qui ont pu échapper au Secteur… Jusqu’au jour où ils doivent fuir à nouveau… Cette fuite est un ordre… Une obligation… Fuir vers le nord ?

Un premier tome addictif, avec des personnages attachants et un univers très bien construit.

Oui c’est un livre Young adult, mais pour peu qu’on aime ce genre ça passe bien, même si parfois c’est très ado… Il est de plus en plus fréquent que les dystopies soient Young adult certainement pour l’espoir et le courage dont ils font preuve… Les adultes sont plus terre à terre et se laisseraient plus facilement glisser… Je n’ai pas de réponse… Toujours est-il qu’avec la Rumeur les adultes sont en général, les « méchants »… Et le but est de ne pas tomber entre les griffes des « silhouettes » et des « chasseurs »

On sent la jeunesse de l’auteur, mais cela ne m’a pas trop gêné dans ma lecture, car la plume est travaillée et ne pourra que s’améliorer.

Un vrai travail a été fait sur ce monde, ce qui offre une très bonne immersion. L’auteur maintient son lecteur en haleine et malgré le nombre de page, l’ennui ne se profile pas, car elle distille savamment les différents ingrédients de son intrigue. Les personnages sont bien présentés ce qui les rend attachants ou non et aide le lecteur à appréhender à travers des flash-back, l’histoire de chacun.

« Ils nous occupent , petit crapaud. Ils nous bernent. Ils essaient d’insinuer de l’espoir et des rêves chez ceux qui n’y croient plus. Ils nous apprennent à nous battre pour qu’on pense pouvoir leur échapper. Pour qu’on s’imagine s’en sortir. Et notre imagination, c’est leur denrée. Souviens-toi. »

Le lecteur est spectateur et découvre l’intrigue en même temps que les personnages, le mystère reste entier, même à la fin du premier tome.

En effet, beaucoup de choses n’ont pas encore été révélées, ce qui maintient le lecteur dans une attente et un suspense maîtrisé.

On sent toute l’inquiétude de l’auteur face à un avenir incertain, compliqué… Reflet d’une génération qui se pose beaucoup de question sur cet avenir, alors même que le présent demande à être vécu… Les peurs et angoisses sont jetées sur le papier, dans ce monde où le rêve n’est pas permis… Pas pour tous du moins…

Un livre… Une histoire… Pour cristalliser ses peurs… Une thérapie face à l’inconnu…

Solenne Hernandez est titulaire d’un master 1 Didactique des langues et des cultures – Français langue étrangère et seconde (DLC-FLES) de l’Université Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand (2011-2012). Elle est rédactrice web desk au sein de Webedia/SNCF depuis 2016. Son premier roman, « La Rumeur, tome 1 : La Fuite » (mars 2016), est le tout premier d’une saga dystopique pour jeunes adultes dont le tome 2 – « L’Espoir » – est disponible depuis novembre 2016.

Challenge ABC 2017 auto-édition – challenge un pavé par mois

17758202_10209531203857745_368592036455944819_o.jpg

challenge-un-pave-par-mois

 

 

 

Challenge polar 2017-2018 – ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

Publicités

L’Origine des Mondes de France Missud

51cqoiicjfl♦ Auto-édition Parution : 02/2016 ♦ Pages : 320 ♦ Prix Broché : 16€ Genre : Aventure

Avec le projet « voyager avec les auto-édités » organisé par Passion Cultur’All je ne pouvais qu’embarquer pour ce voyage en compagnie d’auteurs auto-édités et ainsi contribuer à vous les faire découvrir ! fb_img_1484472858646.jpg

J’ai eu le plaisir de débuter l’aventure et de découvrir l’Origine des Mondes, qui me faisait de l’oeil. Je pensais rester dans un registre familier, au vu de la 4ème de couverture. Mais pour le coup, je me suis trouvée embarqué dans une lecture complètement différente de mon registre habituel.

France Missud m’a prise au dépourvu avec le début de son livre, qui s’annonçait triste … et même si j’aime les lectures trashs, je n’apprécie pas les romans qui nous embarquent dans trop de tristesse, Éloïse et Martin rendent visite à leur mère, en stade final d’un cancer. Waouhhh le décor est campé… Enfin je me suis dis non, c’est pas possible !!! L’auteur ne va pas me faire ça !!!???

Bon, je me suis quand même dis qu’il était impossible de ne pas continuer la lecture, si non j’arrêtais au bout de 40 pages !

Je me suis accrochée… Je ne pouvais pas être tombée dans un traquenard ??? Et là c’est reparti… Bein oui quoi, sur son lit de mort, la mère d’Éloïse lui révèle que sa vie est construite sur un mensonge. Le monde qu’elle a toujours connu n’est pas le sien. Forcée de la croire lorsqu’elle est poursuivie par un homme aux capacités étranges, elle entraîne alors son petit frère et sa meilleure amie dans un voyage mystérieux à la recherche de ce monde parallèle.

Ah ça y est ! Les choses vont pouvoir commencer….

Je ressors de cette lecture, très mitigée. J’ai alterné entre bons moments et moments de lassitude. J’ai cru que j’allais abandonner, n’étant pas fan de romance, j’ai trouvé qu’elle était trop présente.

A part ce côté trop romancé, l’univers créé par l’auteur est vraiment bien travaillé, bien pensé, aboutit à merveille ! C’est grâce à cela que j’ai pu continuer.

« –Dans… le monde… où tu es née… Éloïse… les cigarettes… n’ont jamais… existé. »

Deux mondes sont exposés : le notre et notre opposé. On se retrouve catapulté dans un univers sain en tout point de vu, la faune et la flore sont totalement respectées et les personnages vivent en totales osmose avec la nature. Ils ont appris des erreurs des humains et exploitent leurs capacités à fond. La transition entre les deux mondes m’a semblé longue, on suit Eloïse, son frère et sa meilleure amie en plein apprentissage avant leur intégration.

Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, pas encore mûres à mon sens, non pas dans le travail de l’auteur, mais dans le côté assez puéril des deux personnages principaux, je trouve que cela gâche quelque peu l’histoire…

France Missud nous dévoile un livre de belle qualité, avec une écriture fluide et bien travaillée. Les émotions sont bien transcrites avec ce Paris sous la grisaille pour faire le parallèle avec la maladie et la mort de la mère d’Eloïse… Le sentiment amoureux, les doutes, les questions sont identiques à celles que nous pourrions nous poser face à l’être aimé…

« Je me repassais en boucle la courte scène que je venais de vivre. J’avais été en symbiose avec lui. Communiquer avec un animal avait été l’expérience la plus fascinante que j’avais eu à vivre de ma vie entière. J’avais ressenti ce qu’il avait ressenti et par la même occasion des sensations inconnues. Un instinct primitif, je ne sais pas, quelque chose que les langues n’avaient jamais pu décrire.
« Tu comprends l’intérêt de la télépathie maintenant ? »
Raphaël avait tout compris. Il m’avait fait venir ici pour que je sois moins égoïste. Et j’avais dépassé ses espérances. Tout me parut limpide à présent, notre rôle dans l’univers, notre travail ici. »

Le final s’accélère et on se dit chouette on va en apprendre plus sur cette vie qui se profile, mais c’est sans compter sur le travail de l’auteur qui décide de laisser le suspense à son apogée.

Suite dans la prochaine aventure.. Une ouverture dans le prochain tome, que certains pourraient trouver brutale, mais que j’ai trouvé intéressante.

Avec ce premier opus, l’auteur campe son univers et met en place les pions de manière subtile et adroite, sans jamais trop en dévoiler.

Malgré mon avis mitigé, enfin pas si mitigé que ça, j’ai aimé cette lecture, si on met de côté la romance. Je pense lire la suite car l’auteur a fait en sorte de me donner envie de continuer l’aventure et de découvrir l’univers qu’elle a mis en place. Ce qui n’était pas gagné ! Pour son premier roman l’auteur nous promet de belles découvertes.

trait-rouge

 avt_france-missud_2219Animée par une insatiable curiosité, les nombreux voyages qu’elle a entrepris depuis ses plus jeunes années et ses nombreuses expériences professionnelles ont contribué à forger sa créativité et son imaginaire.

La Tour de Cécile Duquenne

51aeet0ss2l

 Editions Voy'el
 Parution : 11/2015
 Pages : 172
Genre : Thriller fantastique, dystopie.

Jessica, 16 ans, se réveille dans un marécage artificiel aux dangers bien réels. Très vite, elle comprend qu’elle se trouve au sous-sol d’une étrange tour sans fenêtres, et que le seul moyen d’en sortir est de monter jusqu’au toit. Accompagnée de quelques autres jeunes, elle se lance dans l’ascension de sa vie, explorant chaque niveau, affrontant les dangers embusqués…

trait-rouge

J’ai été attirée par ce livre rien qu’avec la couverture ! C’est dire à quel point l’artiste Alexandra V. Bach a du talent. Grâce à elle ce livre a trouvé le chemin vers ma liseuse, le résumé a fait le reste.

Pour écrire ce livre, l’auteur s’est lancée un défit, écrire un mini-roman en 3 jours. Je trouve cela très audacieux et pari réussi, car le livre est superbement écrit !

L’héroïne se réveille au milieu d’un marécage et a perdu la mémoire. A son réveil, elle fait la connaissance d’autres personnages, les plus marquants James, Jonathan et Melissa qui entament une course contre la montre pour leur survie.

Au départ, on ne sait pas grand chose sur la raison de leur présence dans cette Tour, mais les révélations se font tout au long de la lecture. Pour arriver sur un final complètement bluffant ! Je ne m’attendais pas à ça, malgré tout ce que j’avais pu imaginer.

L’auteur, Cécile Duquenne, nous entraîne dans un roman court, mais dense, digne d’un bon survival rythmé comme on aime, angoissant à souhait.

Le peur, le danger et la mort sont le lot des personnages très bien travaillés.

C’est un livre court, on peut même regretter qu’il le soit trop. J’appréhendais, car parfois on reste sur sa faim ! Mais là, l’auteur fait fort avec final complètement déroutant et je ne l’ai pas vu venir.

trait-rouge

1402-duquenne_3

Cécile Duquenne est née en 1988. Auteur amateur de fantasy, fantastique et jeunesse, elle est également libraire en dilettante, étudiante en japonais la plupart du temps, pirate de l’espace dans ses rêves les plus fous et sorcière à Poudlard dans une réalité alternative. Elle aime les sushis, la couleur rouge et le thé sans sucre, par contre elle déteste la betterave, l’hypocrisie, et le café mal fait.