Archives du mot-clé fantastique

42 de Lawrence Singclear

 

 

Parution : 8 mai 2017 – Auto-édité – Prix : Ebook : 2.99€ – Broché : 10€

273 Pages  – Genre : fantastique

La lecture débute comme un zoom sur une scène de film, sur un homme qui se réveille dans une forêt. Il ne sait pas ce qu’il y fait et ne se souvient plus de son identité. Sur son bras, le chiffre 42. La première personne qu’il rencontrera essaiera de le tuer. Pourquoi cherche-t-on à mettre fin à ses jours ?

Je pensais lire un thriller avec ce 4ème de couverture, mais je me suis trouvée embarqué par l’auteur dans un univers bien étrange dès le départ.

L’ambiance est étrange et tout le long de cette lecture, j’ai fais un parallèle avec la série « Lost ». Cette atmosphère bizarre qui en fait une lecture addictive, malgré un je ne sais quoi de déception.

J’ai du mal à expliquer cette étrange sensation d’inachevé, une fin dont j’ai eu du mal à trouver un sens… Mais plusieurs jours de réflexions plus tard, j’ai enfin pigé le sens que l’auteur a voulu donner à son livre…

Pourtant, j’ai trouvé le tout intéressant.

Pour survivre, 42 doit tuer des gens, il ne ressent ni la faim, ni la soif, ni le manque de sommeil ! Toutes les sensations, et ce qui fait de lui un être humain, ont disparu… Il avance, avec le seul but de ne pas se faire tuer… Il tue, rencontre des gens et fait alliance avec eux, por survivre. Un monde dans lequel, on meurt, on renait… Et plus les renaissances sont nombreuses et plus on perd notre humanité…

Le personnage principal, évolue dans un monde qu’il ne comprend pas, un monde dans lequel il n’a pas envie de vivre… Il souhaite être libre et ne pas être soumis aux diktats….

Cette quête de liberté, pierre angulaire de cette lecture imprègne les lignes et les pages défilent justement, car tout être humain tend à vouloir cette liberté, parfois au détriment de sa propre humanité…

 Bien entendu, un parallèle peut être fait avec l’actualité avec ces luttes intestines qui dominent le monde, cette lutte contre les dictatures… On prend conscience, que tout ne peut pas être accepté… Pourtant, l’humanité, peut se perd dans cette quête… L’humanité se déshumanise à force de ne penser qu’à cette liberté… L’illusion d’une liberté qui n’a plus de sens… parfois…

La trame est intéressante, mais traîne en longueur… Parfois d’une lenteur déstabilisante, alors que l’histoire est rythmée… C’est tout le paradoxe de ce livre… Peut-être que certains passages, certaines répétitions auraient pu être élagués. Lorsque l’auteur parle à travers 42, cela est encore plus flagrant, comme si ce n’était plus le même écrivain… Pourtant, cet aspect était absent lorsque l’auteur décrivait les choses en mettant de côté 42….

Un livre étrange, intéressant avec un final déstabilisant mais qui amène du sens… Une réflexion sur l’Homme, sur son humanité, sur sa capacité à s’adapter au point parfois de se perdre…

 

Challenge ABC 2017 auto-édition

KIRSTEN de Sébastien Prudhomme-Asnar

 

 

Parution : 28 avril 2017 – Auto-édité – Prix ebook : 3.99€ –

236 Pages  – Genre : horreur, surnaturel

Voilà bien un voyage au plus profond de l’âme humaine

Un voyage avec kirsten à travers les contrés de l’avilissement de l’Homme… aux tréfonds de l’horreur, avec un roman surnaturel tout en poésie !

Oui, j’ai bien dis poésie ! L’auteur a une plume qui t’embarque complètement dans un monde merveilleux, horrible à souhait avec l’horreur au coin de la rue…

Berifos le Dom, pas d’enfants, l’argent n’a aucune valeur et les gens ne vieillissent pas…Totalement coupé du monde… Quelques touristes y atterrissent parfois, mais on se demande bien comment ils échouent dans ce trou paumé… Comme attirés peut-être par… Le Mal… Puissant vecteur qui veille au grain… Jonathan et Frédéric, arrivent dans ce village au moment où une adolescente a été kidnappée…

Là commence l’horreur, mais attention pas bâclée ni rapide … Le tout se fait lentement, de manière crescendo pour atteindre l’horreur ultime… Le tout avec une écriture fluide et addictive.

L’horreur et le sexe liés, sans aucune pudeur et des personnages complètement barges ! Mais tendant vers le but ultime… On s’enfonce dans la fange et dans un bain de sang.

Je ne voyais pas trop comment l’auteur allait conclure, j’ai pensé à une secte avec un gourou magicien, mais je ne m’attendais pas à Kirsten…

Oui, Kirsten, celle par qui le Mal arrive !!! Bon elle est facile ! C’est encore une femme…Oui, mais il faut reconnaître qu’une femme en personnage maléfique ça match bien ! Le même roman avec un homme n’aurait pas été pareil… Elle est terrible, elle est belle ! Oui malgré la description de l’auteur, je l’ai trouvé belle et attachante … Dans tout ce qu’elle a de plus horrible… Ne vous fiez pas aux beaux atours… Ici vous serez dans ce que l’homme a de plus bas et de plus vil, mais aidé par le Mal, le tout prend une ampleur encore plus grande pour nous entrainer dans un page-turner complètement addictif !

Impossible de lâcher ce livre, même tard dans la nuit tellement, j’étais en apnée et en reprenant mon souffle de temps en temps, histoire de pas crever asphyxiée !

Non seulement le tout est poétique, mais en plus on sent l’artiste peintre ! Les descriptions sont telles qu’on se balade dans LE tableau de Sébastien Prudhomme-Asnar ! Un tableau d’une grande noirceur mais haut en couleur !

Un final en apothéose au comble de l’horreur, de la cruauté… Qui m’a hypnotisé, sans me faire peur. Je suis fana de ce genre gore, mystique, surnaturel…

Un petit mot sur cette couverture envoutante, flippante et magnifique, de Laurent Fièvre tout simplement superbe.

Pour les fans de belles plumes, de noirceur avec une pincée d’ésotérisme et un soupçon de thriller Horrifique Kirsten est fait pour vous 🙂

Merci à l’auteur pour cette découverte, merci de sa confiance. Je suis certaine de lire les prochains et de suivre l’auteur avec attention.

Challenge ABC 2017 auto-édition

Guitariste, enseignant de musique, et artiste peintre, Sébastien est revenu à sa première vocation, l’écriture, il y a deux ans. Son recueil de nouvelles fantastiques, « L’âme au fond », est paru en 2015 aux Éditions du Menhir (sélection du prix Masterton). « Kirsten » est son premier roman. Son prochain livre sera un thriller-polar. Parution en 2018

Sentinelle de Jean-Bernard Lemal

Parution : 16 juin 2017

Édition : IS Editions Collection Romans – A paraître

Pages : 188 – Genre : Thriller psychologique – Suspense – fantastique

Proposé par IS Edition, « Sentinelle » de Jean-Bernard Lemal présente deux histoires parallèle. Ce qui parfois peu déstabiliser ou faire perdre le fil, mais amène une belle dynamique, une curiosité, qui sans cela serait certainement une lecture comme tant d’autres…

Ici nous suivront Aka-Bô, l’un des derniers survivants d’un peuple, isolé qui refuse tout contact avec le reste du monde et qui Il lutte pour la survie des membres de sa tribu  sur l’île de Sentinelle, perdue au milieu de la mer d’Andaman.

La nature a une place très importante pour cette tribu qui se trouve à la merci des éléments, mais c’est leur vie… Les éléments se déchainent à travers un cyclone qui va apporter des ordures,  la « civilisation » sur les rivages de l’île et notamment un magasine avec la photo d’un homme que Aka-Bô, prend pour son dieu, Pugalat.

Walter Teagarden travail pour la société WIC et a une belle situation…

Le fantastique rejoint la réalité…

Ako-Bô qui va tout faire pour que son Dieu rejoigne son île, il va faire des sacrifices, entrer en transes et Walter Teagarden, va peu à peu entrer en transe lui aussi… Mais d’une autre manière… Il est à la recherche de son paradis et les évènements vont le pousser à le trouver…

Un homme qui va découvrir les secrets de sa société, des secrets bien gardés, mais qui font froid dans le dos… Cet homme va découvrir qu’il a des sentiments et qu’il peut aimer à en perdre la raison et sa raison il va la perdre et il va faire payer aux autres cette perte ! Toute la mascarade sera découverte et il sera le justicier armé…

La lecture est très dynamique et on a intérêt à ne pas perdre le fil, car l’auteur  dès le début, présente beaucoup de personnages, on s’y perd un peu, mais en fin de compte ce sont toujours les mêmes qui reviennent…

Au fil de la lecture on est immergé dans une histoire tordue bien glauque et très plausible qui est facilement transposable à notre quotidien…  L’intrigue est bien menée et monte crescendo, pour un final digne d’un bon thriller !

De psychopathe refoulé, Walter Teagarden se retrouve justicier… Un personnage qui devient attachant au fil des pages et une symbiose avec Aka-Bô très bien menée…

Une histoire inspirée de faits divers récents… Que je ne souhaite pas évoquer, pour ne pas vous en dire plus… Ce serait dommage d’avoir cette information qui est un vrai fil conducteur…

Né à Madagascar, Jean-Bernard Lemal apprend à lire et écrire avec sa grand-mère et commence à fréquenter l’école lors de son arrivée en France à l’age de neuf ans. On le retrouve musicien, technicien sur plateformes pétrolières, consultant sur des projets internationaux. Il est actuellement installé aux Etats-Unis où il représente des sociétés européennes.  Ayant visité plus de soixante-quinze pays, son projet d’écriture s’exprime par la mise en scène de ses nombreuses rencontres, au travers de récits basés sur une lecture différente de l’Histoire, de destins uniques, de lieux improbables et de milieux particuliers.

challenge polar et thriller 2016-2017 logopolarssharon1

ABC 2017 _ Policier / Thriller capture

 

LE COMPLOT DE TCHERNOBYL de Théo Lemattre

Parution : 29 avril 2017 – AutoÉditionPrix ebook : 0.99€ –

120  Pages  – Genre : thriller fantastique

J’ai eu le plaisir d’être bêta lectrice pour le  nouveau roman de Théo Lemattre et je continue à trouver du talent à ce très jeune auteur.

Cette fois il nous entraîne à Tchernobyl, dans les décombres du 26 avril 1986, avec le réacteur numéro 4 de la centrale qui a explosé. Un incident ? Il n’y a pas de hasard…

L’être humain est présenté comme un être mesquin que rien n’arrête, un être qui ne recule pas devant le rêve fou qu’il imagine quitte à sacrifier des vies humaines, la science et le progrès ne connaissent pas de limites… conduisant le monde en Enfer…

Un très gros travail de documentation a encore été fait et je dois dire que les défauts relevés lors de ma lecture de la malédiction du Vatican commencent à s’estomper et l’auteur prend en compte les remarques de ses lecteurs.

Son nouveau thriller allie le fantastique et le scientifique avec talent et l’idée de départ est bonne et accrocheuse !

L’auteur nous entraîne dans Pripyat et nous fait découvrir un monde parallèle, un monde figé dans la terreur qui fascine malgré les risques que cela peut entraîner il y a un réel tourisme qui s’est développé.

Pripyat la ville communiste par excellence, la ville fleuron et fierté de la Russie est figée par cette catastrophe. C’est osé et talentueux de prendre comme thème cette catastrophe et ça match bien !

Merci à l’auteur pour sa confiance, car je pense ne pas l’avoir ménagé dans mes retours…

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

ABC 2017 _ Policier / Thriller

capture

https://julitlesmots.files.wordpress.com/2017/04/dropfin-e1488406411372.png?w=474

 

L’amour est rouge de Sophie Jaff

♦ Editeur : Calmann-Lévy ♦ Parution : 18/01/2017 Pages : 416 ♦ Prix : 21,90♦ Genre : Thriller-fantastique

Le roman débute par une scène de séduction assez chaude, prélude d’un meurtre sanglant et le début d’une série de meurtres qui sèment la panique à New York. Un tueur en série que les médias vont surnommer «le Faucheur» parce que son art morbide consiste à lacérer le corps de ses victimes à la faucille.

Le ton est donné dès le départ, on est dans la tête du tueur et c’est génial ! Ses pensées, sa manière de voir les choses, c’est déstabilisant, glauque à souhait et totalement oppressant par moment !

« Son odeur est exactement celle que tu aimes sentir sur elle. Tu as envie de dévorer ce qu’elle sent. Tu sais flairer les femmes comme le cochon la truffe. Sniff, sniff, tu flaires la truffe. … « Mon petit chiot mouille-t-il ? » Tu veux savoir. « 

Et tandis que la ville est en proie à une hystérie collective, Katherine tente de démêler les sentiments contradictoires qui la hantent depuis qu’elle a rencontré deux prétendants très différents : le beau et gentil David, et le séduisant mais distant Sael.

Je ne me suis pas du tout attachée à Katherine ! Je l’ai trouvé distante, banale et agaçante ! Le début est déstabilisant, long, je ne voyais pas où l’auteur voulait m’emmener !

Par contre, le tueur, sa psychologie est extrêmement bien travaillée.

Pour lui, chaque sentiment est une couleur : l’excitation est bleu électrique, la terreur couleur de la craie et l’amour, le vrai, est rouge. Il est beau, fin stratège et arrive à faire tomber les femmes même les plus méfiantes dans ses filets et Katherine en fera partie.

Les personnages secondaires sont parfaitement décrits et étudiés.

Je suis bien heureuse de m’être laissée guider.

Un excellent thriller-fantastique, une écriture fluide qui entraîne le lecteur dans un monde qui bascule peu à peu dans le surnaturel.

Dans les chapitres « dans la tête du tueur » on se dit qu’on est vraiment face à un monstre, malade… On est dans sa tête ! Il y a un côté voyeur et malsain. Il se parle, il utilise la deuxième personne du singulier ce qui donne une réalité encore plus palpable.

Mais peu à peu le surnaturel émerge par petite touche dans la vie de Katherine et là, la lecture prend une dimension surnaturelle mais pas complètement loufoque! Non on garde de la crédibilité, on garde de la matière et on se dit bein pourquoi pas ! L’auteur apporte des ingrédients du thriller, de l’amour, du suspense pour nous livrer un thriller-fantastique très bien construit et très bien amené !

La traque oppressante construite par Sophie Jaff de manière méthodique est la grande réussite de ce livre.

Mêlant monde surnaturel et littéraire, fantastique et horreur, passé et présent, L’amour est rouge est le premier volet d’une trilogie, qu’il me tarde de découvrir !

Je remercie les éditions Calmann-Lévy et la plateforme NetGalley pour cette lecture complètement déroutante et addictive !

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

challenge un pavé par mois

challenge-un-pave-par-mois

dropfin

Originaire d’Afrique du Sud, Sophie Jaff est diplômée de la Tisch School of the Arts, où elle a étudié l’écriture de comédies musicales. Elle est également membre de la Dramatists Guild of America. Ses œuvres ont été jouées au Symphony Space, au Lincoln Center et au Gershwin Theater de New York, où elle vit et travaille au deuxième volume de cette trilogie.

Les émeraudes de Satan de Mathieu Bertrand

 Edition Paulo-Ramand ♦ Parution : 20/11/2016 Pages : 288 ♦ Prix : 18Genre : fantastique – Thriller-ésotérique

Je remercie l’auteur,  Mathieu Bertrand, de m’avoir contacté et m’avoir ainsi permis de découvrir son livre, « Les émeraudes de Satan ».

J’étais curieuse et intriguée par ce livre, en effet en lisant le 4ème de couverture, on imagine un thriller-ésotérique fantastique. L’intrigue prend sa base en 1306 à Poitiers :  Le dernier Grand Maître Jacques de Molay, sentant la fin de l’Ordre des Templiers approcher, informe le Pape Clément V qu’il est en possession d’une couronne ayant appartenu à Satan lui-même. Par peur de ne plus pouvoir en assurer la protection, il la confie au Saint-Père. Ce dernier lui promet de la faire enterrer dans les ruines du Temple de Salomon, seul endroit sur Terre en mesure de limiter ses pouvoirs démoniaques. Après un bond de 700 ans, on se retrouve au Vatican en 2013 juste au moment de l’élection du nouveau Pape qui vient de découvrir d’étranges courriers hérités de ses prédécesseurs.

Mathieu Bertrand, nous entraîne des châteaux d’Aquitaine aux remparts de Carcassonne, d’un couvent dans les montagnes corses aux chapelles du Vatican…

L’union sacrée entre le Père Paul Kaminsky, un prêtre catholique et une musulmane Elaheh, une Iranienne, membre de la secte des Assassiyine, faction criminelle censée avoir disparu depuis près de mille ans…

Autant vous le dire de suite ! Ce roman ne va pas vous laisser indifférent ! Plusieurs genres sont abordés : ésotérisme, histoire, thriller, fantastique.

La quête de nos deux héros ne sera pas de tout repos !

Une organisation secrète a décidé de leur mettre des bâtons dans les roues, histoire de corser le tout, il y a des sorcières, des démons, mais pas que ! L’Homme est le pire ennemi de l’Homme …

Une pointe de fantastique, un zeste d’espionnage, une  pincée de thriller et la sauce prend et donne ce bon thriller-ésotérique « Les émeraudes de Satan ».

L’auteur ne s’est pas contenté de fournir un thriller-ésotérique classique et nous embarque dans l’aventure et nous tient en haleine tout le long ! Et jusqu’à la toute fin avec ce retournement d’intrigue, qui redonne une nouvelle directive à ce roman et laisse entendre de futures aventures que je suis bien curieuse de découvrir !

J’ai apprécié les deux personnages principaux, j’ai apprécié leur relation et la quête qu’ils mènent ! La lutte entre le bien et le mal, l’alliance de deux religions  …

Je vous dis à bientôt Mathieu Bertrand pour de futures aventures…

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

dropfin

Né en 1969 à Pontoise . Titulaire d’une licence en relations humaines, il devient surveillant pénitentiaire après une formation diplômante à l’École nationale d’administration pénitentiaire de Fleury-Merogis en 1989.

La cité des Miroirs Tome 3 de Justin Cronin

Editeur : Robert Laffont  ♦ Parution : 16/03/2017  ♦ Pages : 861

♦ Prix : 23.50€  Traduction : Dominique HAAS

Genre : fantastique – post-apocalyptique – thriller

Lors de la publication du Passage, Stephen King déclare: « Lisez les quinze premières pages et vous serez accro. Lisez les trente suivantes et vous vous retrouverez au beau milieu de la nuit, plongé dans votre lecture. Lisez ce livre et le monde réel disparaitre. »

Enfin !! 4 ans que j’attends la suite de cette trilogie ! 4 ans que l’auteur m’a frustré ! 4 ans d’attente pour connaitre ! J’ai enfin pu me délecter des aventures dont je vous parlais avec le Passage et les Douze. Et chose rare chez moi, je n’ai pas lu un autre livre en parallèle ! Je me suis consacré corps et âme à ce dernier opus, pour en apprécier chaque ligne, chaque mot, chaque découverte…

Bien entendu, si vous ne connaissez pas cette trilogie de 2832 pages, je vous invite à le faire et je vous propose de découvrir ou redécouvrir mes avis :

https://julitlesmots.wordpress.com/2014/03/31/le-passage-de-justin-cronin-un-monde-post-apocalyptique-qui-tient-en-haleine/

Il y a dix livres dans ce livre, dix styles de narration différents, on a peur pour les personnages, on craint de tourner la page, c’est terriblement humain, on y croit dur comme fer. Les personnages ont une humanité à fleur de peau et leurs destins entrecroisés dans le temps renforcent les liens que se tissent.

Le passage de Justin Cronin : un Monde post-apocalyptique qui tient en haleine

Une fois de plus, l’auteur nous transporte dans ces ruines américaines aux alentours de l’an 2100.
Une immersion continue dans ce futur moyenâgeux où des factions militaires et esclavagistes tentent d’accaparer les dernières ressources.

Le Passage – Tome 2 : Les Douze – Une suite EPOUSTOUFLANTE

A son père, écrivain, qui lui demandait quel livre elle aimerait lire, la jeune Iris Cronin répondit : « L’histoire d’une fille qui sauve le monde« .

Ainsi germa dans l’esprit de Justin Cronin l’intrigue du Passage, la fascinante épopée qui a créé l’événement en 2010. L’auteur sort du cadre purement littéraire de ses romans précédents, nous présente des monstres à glacer les sangs, et la description angoissante d’une Amérique post-apocalyptique.

La cité des Miroirs clôt magistralement cette épopée post apocalyptique. L’auteur a une plume addictive et je dois dire que le travail de traduction est excellent ! Justin Cronin m’a entraîné dans le sillage des personnages que j’ai aimé, que j’ai pleuré et parfois détesté !

Le nombre de personnages reste très important, mais moins que dans les deux premiers opus. On retrouve d’ailleurs la liste complète des noms, ce qui les rend encore plus réels ! Ils ont évolué, ont pris en maturité et les évènements les obligent à modifier leurs comportements ou leurs stratégies.

Justin Cronin aime ses personnages et les rend vivants, magiques.

Des rebondissements que je n’attendais pas particulièrement, des émotions très présentes, beaucoup plus humaines que dans les deux premiers tomes. Des surprises et un final époustouflant… Une renaissance de l’Humain dans tout ce qu’il a de beau et de merveilleux !

Les questions existentielles sont toujours posées avec retenue et savoir-faire par cet auteur de talent, qui pousse son lecteur à se poser des questions sur les dangers des manipulations génétiques et les comportements destructeurs de l’Homme.

J’ai lu jusqu’à pas d’heure, tellement l’auteur a peaufiné son 3ème tome ! Bon en même temps 4 ans il avait intérêt … Un rythme soutenu, une œuvre dense… Un final à la hauteur de mes attentes…

Il à noter qu’une adaptation par Ridley Scott est prévue, maintenant que la trilogie est terminée, John Logan en serait le scénariste, ce qui peut présager un film vraiment pas mal !

challenge un pavé par mois

challenge-un-pave-par-mois

dropfin

Né en 1962, Justin Cronin fait ses études à l’université de Harvard. Il est l’auteur de plusieurs romans dont Huit saisons (Mercure de France, 2003), couronné par le prix Pen-Hemingway. Le Passage a été publié chez Robert Laffont en 2011. Le succès de ses romans en France vaut aussi par la qualité des traductions que l’on doit à Dominique HAAS, qui est une référence dans cette catégorie de littérature.

 

 

 

 

 

Léviatown de Philip Le Roy

page25_2

Editeur : La Baleine Collection : Club Van Helsing Parution : 20/09/2007 ♦ Pages : 237 ♦ Prix : 9,90€ Genre : fantastique

Hugo Van Helsing, descendant du fameux chasseur de vampires de Bram Stoker, dirait le plus sérieusement du monde : « malgré le positivisme ambiant, des montres rôdent encore dans nos mégalopoles éclairées au néon. »

12 romans pour cette collection, avec une très belle  couverture noire, des monstres avec pour toile de fond notre  société moderne. Chaque livre est indépendant mais avec des personnages récurrents.

  • Guillaume LEBEAU : Gold Gotha
  • Maud TABACHNIK : Tous ne sont pas des monstres
  • Johan HELIOT : Question de mort
  • Jean-Luc BIZIEN : Mastification
  • Philip LE ROY : Leviatown
  • Denis BRETIN et Laurent BONZON : Mickey Monster
  • Catherine DUFOUR : Délires d’Orphée
  • Xavier MAUMEJEAN : Freakshow
  • Jean-Marc Lofficier : Crépuscule vaudou
  • Paul HALTER : La nuit du minotaure
  • Pierre GRIMBERT : Saigneur des loups
  • Pierre PELOT : Outback

Avec Léviatown, Philip Le Roy aborde un aspect très intéressant et donne matière à s’amuser et réfléchir… Il imagine que la Freedom Tower construite sur les décombres du World Trade Center incarne le nouveau pouvoir économique aux yeux du monde et que Hugo Van Helsing y détecte un signe de l’apogée de Léviathan sur terre.

J’ai été emporté dans un vrai film d’action avec une héroïne pleine de ressource,  Kathy Khan, descendante de Gengis Khan et kunoichi (femme Ninja), doit se battre à tous les étages contre une machination orchestrée par les quatre princes de l’enfer. 

L’héroïne est attachante par sa naïveté, sa rudesse et son côté enfantin, une main de fer dans un gant de velours…

Elle découvre, au fil de l’aventure, l’amitié, l’amour, emportée dans un train à grande vitesse.

J’ai été happée par l’action du début à la fin, un vrai scénario à la Kill Bill et Matrix réunis, les arts martiaux à l’état pur…

On embarque dans une lecture pleine d’hémoglobine et d’action, dans une tour avec des étages cachés et des ascenseurs truqués, avec des tueurs dans tous les coins et des personnages complètement étranges…

La plume est vive et incisive, avec de l’action du début à la fin, sans temps morts, aucune respiration, on en prend plein les yeux et les oreilles avec des bandes sons qui nous poussent à aller les écouter si on ne les connaît pas ! L’action est tellement intense qu’on aimerait poser son livre pour ne pas défaillir et reprendre son souffle…

Le final est très surprenant et tellement bien construit qu’il en est probant et on se plaît à imaginer une vérité à tout cela…

Le parallélisme fait entre l’avènement du mal avec la tour construite sur les décombres du World Trade Center est excellent et peut avoir un écho …

J’ai découvert ce livre, grâce à la lecture proposée par Guillaume.

Sans cette lecture, je n’aurai certainement pas lu ce livre de Philip Le Roy, alors que je connaissais sa plume, mais dans un registre différent, avec la Porte du Messie,  alors qu’il a su me tenir en haleine et m’a permis de rencontrer le Club Van Helsing

Je n’ai d’ailleurs pas pu résister …. Je tenterais de vous faire découvrir d’autres livres issus de ce fameux club…

visuel-cvh

Vampires, Golems, Lycans, blob… Depuis quelque temps, ces monstres hantent une série de livres noirs et font beaucoup parler d’eux. Quand Guillaume Lebeau et Xavier Mauméjean ont lancé la collection Club Van Helsing, ils ont fait appel à des auteurs de divers horizons pour imaginer chaque histoire de ce club de chasseurs de monstres.

dropfin

phleroy

Philip Le Roy a d’abord suivi des études en école de commerce avant de devenir scénariste pour la publicité et le cinéma.

Il se lance dans l’écriture en 1998 avec la publication d’un premier thriller, « Pour Adulte Seulement », remarqué par la critique à sa sortie et couronné du Prix Polar de la ville de Toulouse. Il récidivera l’année suivante, dans ce même genre qu’il a semble-t-il adopté, avec « Couverture Dangereuse ».

Il reçoit en 2005 le Grand Prix de littérature policière pour son roman « Le Dernier Testament ».

Il se dit influencé par de nombreux cinéastes dont Alfred Hitchcock, Stanley Kubrick, Brian de Palma ou encore Quentin Tarantino.

Musicien à ses heures perdues (bassiste), il pratique également les arts martiaux

 

La Baie des Morts d’Azel Bury

51wasna0-fl-_sy346_

♦ Auto-édition ♦ Parution : 06/11/2014 ♦ Pages : 276 ♦ Prix broché : 15€ ♦ Prix Ebook : 2,99€Genre : thriller-fantastique, thriller ésotérique

Encore une très belle découverte issue de l’auto-édition, que je suis heureuse et fière de pouvoir vous faire découvrir.

Un livre difficile à classer, tellement l’auteur nous embarque dans une histoire qui peut sembler complètement barge ! J’aime ce côté  flippant, qui te laisse présager une belle découverte…

Irma et Adriel, journalistes pour une émission télé sur les phénomènes paranormaux, débarquent dans la petite ville du nord de l’Écosse pour élucider les phénomènes étranges : un petit garçon est hanté par le fantôme d’une petite fille, Betty et par l’esprit d’un Viking.  L’intrigue est posée ! A moi les fantômes !

Je n’ai pas été déçue par l’atmosphère que dégage Cruden Bay, « la Baie des morts« , lieu d’une terrible bataille en 1012,  Olderik, grand chef viking, meurt, trahi par les siens. C’est aussi à Cruden Bay, qu’un avion s’est écrasé, trente ans plutôt…

Avec Azel Bury, on embarque en Ecosse, pays propice aux légendes en tout genre et ça fonctionne ! L’atmosphère de la petite ville est palpable et donne à la trame du livre un aspect irréel !

L’alternance entre les points de vues des personnages est magistrale et permet de vivre l’intrigue au plus prêt et donne au récit un rythme soutenu, sans temps morts. Cette alternance m’a vraiment permis de m’attacher aux personnages, tous ont un rôle et tous sont travaillés avec brio, au point de les voir défiler devant toi, à l’instar des spectres et vikings de Cruden Bay

Nos deux journalistes, commencent leur enquête de façon simple et on se dit effectivement, cette affaire sera plus du « sensationnel », comme ils ont l’habitude de le faire pour l’émission « au-delà de l’au-delà ». Mais c’est sans compter sur les découvertes qui vont faire émerger l’iceberg , c’est sans compter le passé et ses secrets avec les démons qui hantent le présent…

Rien n’est pris réellement au sérieux au départ et puis on se retrouve vite plonger dans le doute. J’ai vécu l’enquête avec Irma et Adriel et mes doutes ont fondu en même temps que les leurs, mon esprit s’est mis à se poser beaucoup trop de question… L’atmosphère va peu à peu se transformer, nous prendre dans ses filets et nous glacer… Oui, nous, car j’ai également participé à cette enquête!

L’auteur a ça de génial qu’elle t’embarque dans son récit, sans que tu saches que tu vas partir pour un voyage complètement flippant… Entre paranormal et réalité, tu n’arrives plus à distinguer le vrai du faux, la réalité du rêve… Nos peurs sont présentent et les sentiments tellement bien décrits que c’est troublant… 

Rien ne m’a préparé à la fin… Une fin glaçante et complètement surnaturelle… Azel Bury mélange les genres, fournit un livre inclassable, entre le thriller, le paranormal et la sauce prend et j’en redemande !

Je n’ai qu’une envie, c’est de me retrouver aux côtés d’Irma et Adriel pour une nouvelle enquête…

Chapeau bas et merci !

challenge polar et thriller 2016-2017

logopolarssharon1

Les enfants de l’Ile aux Cendres de Sophie Guizani

les-enfants-de-l-ile-aux-cendres-846191-250-400

Autoédition ♦ Parution : 04/2016 ♦ Pages : 230

♦ Prix ebook : 4,99€ ♦ Genre : Thriller- horrifique

Louise, est sur le point de tomber en panne d’essence. Elle est seule sur une route déserte. Il fait nuit, elle a peur et elle sait qu’elle ne pourra jamais atteindre sa destination. Elle maudit sa vieille caisse et sa jauge bloquée à un quart du plein, mais elle ne sait pas que sa soirée va lui réserver bien plus de frissons puisqu’elle va rencontrer un étrange pompiste tout droit sorti d’un film d’horreur…puis, elle va disparaître. Plus tard, elle se réveillera sur une île habitée par des esprits. Cet endroit mystérieux a une âme bien à lui et une emprise maléfique.

https://julitlesmots.files.wordpress.com/2016/11/trait-rouge.png?w=43&h=17

Plus besoin de préciser que l’auto édition recèle des auteurs et des écrits de très grande qualité, c’est pour cela que je suis toujours partante pour découvrir et vous faire découvrir ces auteurs.

banniere-je-lis-des-autoedites-1

Aujourd’hui je vous présente « Les enfants de l’Ile aux Cendres » de Sophie Guizani. Dans mon escarcelle  j’ai « Cellule secrète » et bientôt je vous présenterais « Paranoïa Blog« . J’espère ainsi vous faire envie et me régaler aussi en découvrant sa plume.

« Les enfants de l’île aux cendres » est son premier roman qu’elle publie sous le pseudonyme de Safa Guizman, avant de le republier sous son véritable nom et après l’avoir retravaillé.

Avec « Les enfants de l’Ile aux Cendres« , vous découvrirez une histoire complètement démente, qui tarde un peu à se mettre en place, mais vous entraîne peu à peu dans l’horreur.

Louise, notre héroïne va se retrouver sur une île isolée, entourée d’une famille complètement folle! L’auteur pose les personnages et les décrit très bien, au point de les visualiser. Des fantômes, des êtres horribles, mais peu à peu on découvre leurs histoires.

Des histoires de tortures, de tests dans un asile de fous, d’épidémies… Et ces êtres suspendus entre la vie et la mort deviennent attachants et sympathiques, du moins on comprend…

Cette île maudite marquée par le mal, estampillée maléfique, que tout être avec peu de jugeote ne franchit pas, sera le refuge d’une famille complètement barge qui prend la fuite à la fin de la seconde guerre mondiale et ne trouve que cette île pour fuir la justice des hommes qui les punira pour appartenance nazi… Lui ancien nazi, elle arriviste et débauchée vont élever leurs enfants…

Le sadisme et la cruauté des personnages sont au rendez-vous quoi que l’on puisse en penser…

Cette île maudite sera le théâtre de la folie de cette famille psychopathe dont chaque membre a sa spécificité.

Les âmes sensibles seront scotchées par descriptions et les scènes gores décrites par l’auteur.

Louise qui va les côtoyer sera à la limite de basculer, d’être engloutie par le mal, mais cédera-t-elle ?

La plume de l’auteur est prometteuse, les différents chapitres sont bien posés et la fin qui se précipite est très bien amenée et ouvre sur d’autres possibilités…https://julitlesmots.files.wordpress.com/2016/11/trait-rouge.png?w=43&h=17

avt_sophie-guizani_4651Mariée et mère de trois enfants, Sophie Ochoa Guizani est passionnée de lecture fantastique depuis sa plus tendre enfance,
Fan inconditionnelle de cinéma d’horreur et de séries américaines.