Derniers jours de Adam Nevill 

Titre : Derniers jours (last days 2012)
Auteur : Adam Nevill
Traduction : Benoît DOMIS
Éditeur : Bragelonne
Pages : 432
Dépôt légal : 2014
Prix : 22€

Kyle Freeman est chargé de réaliser un documentaire sur le Temple des Derniers Jours, une secte basée dans le désert d’Arizona en 1975, aujourd’hui disparue. Depuis, les rumeurs vont bon train sur les pratiques déviantes et les expériences paranormales du groupe. Et bientôt une série de phénomènes inexpliqués s’abat sur la production. Expériences surnaturelles et visites nocturnes troublantes, disparitions soudaines et découvertes d’horribles artefacts, le tournage vire au cauchemar absolu…

Avis

Cela faisait un moment que ce livre était dans ma PAL et j’ai pu y plonger grâce à deux blogueuses. Mon avis sera plus mitigé, malgré un début prometteur.

Je m’attendais à des frissons et de l’horreur, cela fait un bon moment que je n’ai pas eu un frousse terrible en lisant et j’ai été déçue. Suis – je devenue si exigeante, si insensible pour que l’horreur qui transparaît selon la blogo, ne m’atteigne pas?

Une histoire bourrée « de phénomènes inexpliqués » parsemée d’actions et de combats entre le paranormal et ce cinéaste désoeuvré qui pris à la gorge par des problèmes d’argent ne peut refuser ce travail d’enquête avec caméra sur l’épaule pour donner encore plus de sens au Temple des Derniers jours une secte dont les origines remonteraient au 16 ème siècle. Tout est plausible au départ et je me disais chouette je vais flipper ! Moment sadique avec moi-même.

Bein c’était une déception pour moi ! Non pas que ce soit un mauvais livre, je devrais plus parler d’un « journal de bord ». Passée la moitié du livre, tout repose sur l’étrange et le paranormal tourné comme « Rec » ou « paranormal activity ». C’est aussi un genrr de film dont je ne raffole pas.

Les descriptions trop détaillées, cassant le rythme de la narration rendant les entités peu crédibles, l’histoire devenant trop banale ! Ou trop délirante ! Dommage… tout commençait si bien !

Le point positif, c’est le personnage de Kyle, le cinéaste, dont l’évolution tout au long du livre est remarquablement décrite et recherchée, ses peurs, ses délires et ses insomnies sont palpables et visuels !

C’est grâce à ce personnage que j’ai terminé cette lecture.

Dans l’ensemble une lecture mitigée mais que je n’ai pu lâcher car je souhaitais connaître le fin mot de l’histoire, qui sans être extraordinaire a du cachet grâce à son personnage principal.

Biographie de l’auteur

Adam Nevill est né en 1969 à Birmingham. Il est la grande révélation du thriller surnaturel anglais.

 

Publicités

4 réflexions sur « Derniers jours de Adam Nevill  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s